Un an après ou presque et toujours guérie mais fuck!

Waouh….. Je n’ai pas écrit ici depuis le 15 janvier… soit plus de 6 mois….

Pourquoi? Parce que trop occupée à guérir naturellement de cette dépression sordide d’ex-chef d’entreprise avalée tout cru dans une tourmente qui aura ressemblé aux portes de l’enfer, voir même l’enfer tout court. Parce que trop occupée à être une bonne salariée modèle, docile, appliquée et impliquée qui rentre dans le moule pour décrocher un CDI (c’est chose faite!). Parce tellement usée par tous ces mois durant lesquels j’ai vécu comme une paria, une saleté de pourriture de femme chef d’entreprise qui avait osé travailler comme une damnée pour les 3 pauvres sous qu’elle gagnait pour faire vivre ses enfants… Parce que chaque mois je faisais mon docile chèque au RSI pour ma régularisation d’appel à cotisations d’une société que je n’avais pourtant plus (bande de fils de pu**). Parce que j’ai voulu me lobotomiser le cerveau positivement à oublier ces blogueuses dégueu et ces VDI tout aussi dégueu: Olivia, Maud (x2, décidément ce prénom n’est pas un cadeau de Dame Nature…), Marion, M-Amélie, Amélie tout court, Brigitte, Stéphanie, Emilie, Vanessa, Aurélie, Alexandra, etc …, et j’en passe et surtout en oublie et c’est tant mieux!

Bref, voilà un an que j’ai failli rendre mes enfants orphelins, volontairement ou pas je n’en sais rien, mais un an que j’ai failli mourir de chagrin, de souffrance, de douleur, de fatigue, de haine envers tous ceux qui m’ont sucée jusqu’à la moelle et envers moi en voulant me punir d’être, juste être tel le verbe: exister.

Que suis-je aujourd’hui?

Je suis devenue une femme qui vit pour ses enfants, qui vit pour faire sa place parmi ses collègues (du moins sa place tout court car je suis et resterai une battante donc je veux évoluer là où je suis), et qui vit tout court en prenant beaucoup de recul sur tout ce que j’ai traversé, bravé, enduré sans m’abrutir à coup d’anti-dépresseurs (ce qui pourtant m’aurait soulagée je pense sur le moment mais m’aurait fait fondre mes neurones sur le plus moyen – long terme). Ceci étant je suis restée une FUCK OFF du système faussement entrepreneurial, une FUCK OFF du Pingouin et son soutien à la Grèce alors que la France s’est encore plus enfoncée dans la misère qu’il y a 6 mois en arrière lorsque j’écrivais régulièrement ici, une FUCK OFF des blogs de merde, une FUCK OFF de la nature humaine vil, méchante et surtout sans COURAGE.

Bref, le chemin a été long pour revenir de parmi les morts, mais j’en suis revenue, et ça, c’est l’essentiel…..

Pourquoi ça me toque de venir écrire ici aujourd’hui? Bonne colle, je n’en sais rien.

Peut-être ai-je besoin de poser sur mon clavier le fait que ça y est, j’ai enfin fini de faire la pute de l’Etat avec mon dernier chèque au RSI, que ça y est, j’ai fait mon deuil de ma société perdue et arrachée, que ça y est, je suis………….. prête. Prête à continuer mon petit bonhomme de chemin avec qui sait, encore de belles victoires à remporter, même si je sais qu’il n’y aura me concernant pas de victoire sans bataille car visiblement, je n’ai pas de bonne fée qui se sera penchée sur mon berceau et tout ce que j’ai, je dois le gagner à la sueur de mon front et à mes efforts envers et contre tout. C’est ainsi, et je fais avec.

Voilà pour moi, voilà tout court pour le moment, et nous verrons bien ensuite.

Ainsi va la vie, ainsi bascule-t-elle, ainsi nous nous relevons tant bien que mal pour continuer la route de notre destin…

Bon courage à vous entrepreneurs, je reste de coeur parmi les vôtres même si sur le papier je n’en suis plus ♥

1426762424947

Ah j’oubliais: merci aux gentils messages que j’ai pu recevoir parfois car très touchants même si je ne me suis pas étendue plus que ça dans mes réponses (chat échaudé craint l’eau froide). Et si tu t’appelles Olivia ou Maud ou Brigitte ou un de ces prénoms que j’ai mentionnés et que ça te troue le cul tellement tu le prends pour toi, moi aussi je t’aime connass*, c’est cadeau 😉

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publicités

Le copiage ou l’entrepreneur sans panache qui se sert des idées des autres

J’ai malheureusement vécu ce qu’était le copiage, vous savez, comme celui à l’école où vous retrouvez contre votre gré assis à côté de la purge de service qui n’a rien appris mais se sert de vous comme un pion, l’Encyclopédie Universalis pour trouver la réponse à ses questions de fiches/ exercices et j’en passe.

S’inspirer d’une idée appartenant à autrui si on lui ajoute une certaine valeur ajoutée, un  professionnalisme manquant à cette idée qui ressemble à une idée bonne en soi, mais d’amateur, pourquoi pas, et j’irais même jusqu’au bien! Mais copier purement et simplement, là non, TROP C’EST TROP (pas Tropico non) Et je l’ai vécu à 2 reprises, mais fort heureusement avec de la médiocrité donc je n’ai eu au résultat final quelques cernes éphémères de plus , un coup de sang, puis ensuite un certain plaisir à les voir, ces 2 copieurs, patouiller dans leur copiage d’incompétents.

Je vendais des produits XYZ et ils cartonnaient. Qu’à cela ne tienne, grâce à PassWord (la pire personne à l’esprit pourri qui puisse exister sur Terre), l’un de mes concurrents directs s’est lancé dans la vente directe avec des produits très similaires et ceci avec mes propres documents et guides divers internes confidentiels servis sur un plateau d’argent par cette même PassWord. Mais comme il est de la famille des « neuneus », j’ai pesté pendant 1 semaine voir un peu plus, ce qui peut se comprendre, et quant à lui il s’est littéralement planté.

Je vendais toujours ces mêmes produits XYZ, et bien figurez-vous que j’ai eu une VDI qui a rejoint mon réseau pour en savoir plus sur mon mode de fonctionnement. Elle est restée si peu de temps que ça m’a même alertée car bizarre, et BINGO, que vois-je quelque temps après, elle aura copié mon concept (mal copié certes), et mélangé celui-ci avec des trucs bizarres qui n’ont rien à voir avec la choucroute genre quelque chose lié aux couches, peluches, sacs etc etc..: bref la « Foire à tout », mais il n’empêche qu’elle m’a sournoisement copié et en plus elle a fait partie (Bravo pour une soit-disant commerçante professionnelle du web…) de celles qui ont été les pires à s’acharner sur moi… A y repenser, c’est tout de même injuste tout ceci.

A ces 2 copieurs sournois sans panache, j’aimerais, maintenant que je suis hors jeu, que votre copiage vous conduise tout droit au burn-out et surtout au banqueroute et à mon tour de m’en délecter comme vous vous êtes délectés de mon décès de chef d’entreprise.

Ah si j’oubliais! J’ai également vécu le coup des concurrents directs ou indirects qui avaient observé mes partenariats, et qui systématiquement faisaient le même partenariat/ jeu concours, test produit etc etc… la même semaine voir la suivante, sur le même blog: d’où le fait que je dis que les blogs ne sont, pour beaucoup, pas intègres.

** J’ai aussi eu droit à des phrases poétiques du genre (attendez-celle-là elle est d’un délicieux sans pareil!) , car en fait j’en ai plein, ce Monsieur est un réel Poët Poët**

Le mouton  bleu

« Oh que c’est mignon! Non, C’est juste petit à la limite du ridicule. »

Quant au second copieur, qui est une copieuse, je tais son nom par intelligence mais DEVINETTE►

Mon premier porte le mot d’un Fruit de cette saison et Mr Chirac les adore, ou bien est le premier mot du refrain de Mr Sacha Distel dans sa chanson célèbre qui parle des Scoubidous.

Mon second peut se traduire par un nom avec cet émoticone: ♥ ou au pire le mot « Love »

Mon troisième est que cette copieuse a un second site e-commerce mais celui-ci « tenu » par un très proche familial, qui quant à lui a préféré opter pour un nom de fruit à coques mais avec une originalité orthographique certaine..

Vous avez trouvé? BRAVO! Vous séchez, ne vous inquiétez pas ça va venir, je suis là pour vous y aider et surtout pour décaper ceux qui m’ont plus que désossée. Je sais, je suis cynique et caustique dans cet article, mais lorsque vous lisez mon « A propos », vous ne pouvez que comprendre le ton de ce que vous venez de lire. Ne me jugez pas si vous trouvez cet article trop acerbe car je l’ai écrit, mon blog, donc ce blog, est autant pour témoigner de mon vécu d’entrepreneur que pour enfin expliquer tout ce par quoi l’on m’aura injustement fait passer…

** Allez, je suis bien brave, je vous aide en images **

pommescacahuètes

Rendez-vous sur Hellocoton !

La théorie du petit: dérogation spéciale d’une ex-chef d’entreprise #2

Petit vous avez dit petit? Mais Késako ce fameux petit?

Le petit de cet article n’est pas le « Petit Nicolas » (le livre ou le dessin animé), non, le petit de cet article est la généralisation d’une pensée, d’un comportement qui a pour conséquence que le Français, abstraction faîtes d’être RÂLEUR, MAL ELEVE, est PETIT mais pas en taille, PETIT D’ESPRIT.

Le Français, de manière de plus en plus répandue, pense petit, fait petit, obtient donc petit, mais à l’inverse de sa petitesse multiple, il me fatigue avec sa GRANDE GUEULE!

esprit petit

EXEMPLES CONCRETS divers et variés à travers des mots simples:

1/ ENTREPRENDRE- CREER – NEGOCIER

Lorsque l’on entreprend avec une vision petite de son projet, de son entreprise, on ne peut qu’à aboutir à de petits résultats. C’est juste une question de logique. Ceci étant, lorsqu’on entreprend, il faut savoir suffisamment connaître les limites de sa « grandeur » à atteindre pour ne pas voir trop grand avant même d’avoir démarré, car l’effet obtenu risque fort d’être le même: trop d’investissement tue le résultat final => on obtient du petit. 

Lorsque l’on crée, à titre d’exemple lorsque l’on rédige son business plan, si l’on ne voit que la pointe de ses propres chaussures pour donner une image à la chose, on s’expose à avoir rapidement fait le tour de son projet puisque l’on aura occulté sa dimension de développement, d’évolution. Aussi un projet pensé petit n’aboutira qu’à de petits résultats.

Lorsque l’on négocie, à titre d’exemple en sourcing ou mieux encore en déstockage, faire le marchand de tapis que ce soit en tant que vendeur ou acheteur n’aboutit qu’à du petit voir du rien du tout. La négociation est un jeu de rôle à prendre au sérieux tout en ayant l’air détaché mais SURTOUT à maîtriser! Il y a peu de temps, j’ai aidé un ami lors d’une négociation commerciale avec un potentiel acheteur en déstockage. Et bien figurez-vous que je suis restée sur les fesses de voir le comportement du potentiel acheteur en question tant il voyait petit, pensait petit, tandis que l’offre de mon ami pouvait pourtant lui permettre de faire grand, très grand même… Parfois, la place qu’occupe certains acheteurs ne les mérite pas ou inversement, car j’ai réellement assisté à une négociation niveau cours de récréation de maternelle pour sa part et ceci m’a choqué.

Je fais une parenthèse sur le statut d’auto-entrepreneur qui reprend mon premier exemple qu’est celui d’entreprendre. Être auto-entrepreneur si l’on vise du B2C et surtout si l’on veut au préalable tester son projet en action avant de changer de statut au bout d’un certain laps de temps, je trouve cela très bien en soi. Mais VOUS, les auto-entrepreneurs guignols du dimanche qui avez un autre travail à côté, je sais, vous allez détester ce qui va suivre, vous parasitez les VRAIS ENTREPRENEURS, ceux pour qui il est vital de faire du CA pour ne serait-ce que MANGER et faire manger les siens. Si j’avais à faire abroger une loi, j’interdirais tout simplement le statut d’AE si ce n’est pas la seule et unique activité de cet auto-entrepreneur, ainsi, le monde du web serait moins encombré de charlatans, qui, même s’ils n’enregistrent que 10 commandes mensuelles, cela demeure toujours 10 commandes de moins que VOUS, VRAIS entrepreneurs du web auriez eu si ces amateurs du web 2.0 n’existaient pas.

2/ REFLECHIR- JUGER

J’ai pu le vivre au travers de mes ex VDI, beaucoup de français/françaises réfléchissent petit, réfléchissent peu, voir pas du tout. Chez moi ça s’appelle « ne pas voir plus loin que le bout de son nez ». Penser petit veut dire bien des choses au final: soit voir les choses en petit et faire donc des économies de bouts de chandelles, soit penser vil et avoir une petitesse d’esprit que l’on appelle plus communément méchanceté. Le degré de réflexion, s’il est bas, donc petit, est souvent accompagné du jugement facile. En gros l’expression « bête et méchant » est avérée et prouvée. Moins l’on réfléchit à un certain degré, plus l’on se permet de juger et bien entendu ce n’est pas un jugement positif, sinon ce n’est pas drôle, NON AU CONTRAIRE, c’est un jugement acerbe, moralisateur, bref, un jugement de merde.

réfléchir

3/ QUELQUES-UNS DES PRINCIPAUX PECHES CAPITAUX

Parmi les 7 péchés capitaux, il existe: l’orgueil, l’avarice, l’envie, la colère, la luxure, la paresse et la gourmandise. En ce qui me concerne, je suis une pécheresse en raison de ma colère.

D’après mon vécu, un petit, lui, les cumule quand même pas mal ces péchés capitaux. Au travers de mes fléaux principaux donc pour rappel: cette ex-vdi qui m’a pourri la vie (PassWord), cette Facebookienne au QI de moule (R2D2), la DGCCRF, la plupart de mes ex-vdi qui m’auront craché à la figure, les Facebookiens qui m’auront harcelée si longtemps, et enfin les blogueuses hyènes en bande organisée, j’ai pu déceler chez ces …. choses (non pas personnes, impossible!) les péchés suivants:

La palme de l’orgueil revient à ma chère inspectrice de la DGCCRF. Pour la luxure, je ne suis pas allée fouiller dans ses tiroirs à tenter de trouver un sex-toy! Quant à la gourmandise, je pense qu’elle y succombe vu son gabarit.

La palme de l’avarice revient à mes ex-vdi qui rouspétaient pour le moindre euro. On peut aussi remettre la palme de la paresse et de la gourmandise à certaines d’entre-elles. Idem, pour la luxure, je ne suis pas allée vérifier dans leur culotte.

La palme de l’envie et de la colère revient aux autres ci-avant encore non mentionnées (pour beaucoup aussi celle de la paresse) et je regrette que la méchanceté et la bêtise ne fassent pas partie des péchés capitaux (Dieu, songe donc à les ajouter s’il te plaît, tu seras bien aimable!). Même remarque que précédemment pour la luxure.

allergique aux personnes negatives

4/ COURAGE – ENVIE

Un petit d’esprit et non de taille n’a bien souvent aucun courage, et encore moins d’envie. Il se réfugie derrière sa petitesse, tel un petit oisillon dans son nid et surtout n’entreprend rien SEUL. Pour un petit, le courage est synonyme de courage de groupe, de meute (cf blogueuses organisées, Facebookiens déchaînés). Il faut du courage pour entreprendre, pour créer, pour développer, mettre en place! Il faut de l’envie pour ces mêmes choses. Mais lorsque l’on est qu’un petit, bien souvent un petit caché derrière son écran à faire croire que l’on est un grand personnage important (mythomane plutôt!), le courage individuel n’est pas une qualité spontanée, loin de là. Quant à l’envie, mis à part l’envie de faire chier son monde, je n’en vois pas d’autre.

5/ PROCEDURES

Au moindre souci, aussi mince soit-il, le mot procédure est désormais employé à toutes les sauces (cf mon article concernant Facebook ou les prémices du consommacteur qui va trop loin). Un souci de délai de livraison allongé bien que tout avait été programmé pour que cela se passe bien => « Blablabla je fais de ce pas saisir UFC! » Un souci de défaut produit => « Blablabla je vais en informer la DGCCRF! » Que c’est fatiguant que de constater que les petits se reproduisent vite, trop vite, et que nous, chefs d’entreprise, penseurs à l’endroit et non tordus, sommes obligés de les supporter…….. Que cette petitesse et ces procédures sont usantes… Mais comme ici c’est mon blog  et que, sauf erreur de ma part, en France, il nous reste au moins la liberté d’expression, j’ai juste une question à poser à tous ces petits: « Et sinon, as-tu déjà fait un petit test de QI? » ah si, j’en ai une autre! « Aurais-tu l’amabilité de bien vouloir grandir un peu dans ton esprit, au moins, ça libérerait un peu de place sur le territoire de Blaireauland qui devient de plus en plus surpeuplé?! »

Rendez-vous sur Hellocoton !

RSI et Pôle Emploi: ces nids à perles, entre racket et idiotie

Parlons de deux organismes avec lesquels j’ai un joli lot de vécu d’entrepreneur et surtout une tonne d’anecdotes plus aberrantes les une que les autres: le RSI et Pôle Emploi.

Le RSI, ce cauchemar pour tout entrepreneur affilié au régime TNS* (Travailleurs Non Salariés)

Comme je l’évoquais dans un précédent article avec mon anecdote de multiple carte vitale lorsque je suis passée d’EI à société, je confirme une fois encore avec ce nouvel article que non RSI  ne veut pas dire Régime Social des Indépendants mais bien Ramassis de Sangsues Incompétentes, ou Racket Systématique des Indépendants (au choix).

Outre le fait que le RSI nous suce nous, chefs d’entreprise, jusqu’à la moelle et même plus encore, le RSI nous saigne littéralement à blanc, le RSI c’est ça:

1/ Des appels à cotisation la plupart du temps erronés pour lesquels c’est à vous de justifier que NON, vous ne devez pas la somme demandée.

2/ Des personnels administratifs qui ne sont plus joignables à 11h56 car comme ils finissent à 12h00 tocantes, ils mettent déjà le répondeur en route au minimum à 11h50 histoire d’être bien certains de ne SURTOUT PAS FAIRE ne serait-ce qu’une minute de travail supplémentaire (si l’on peut employer le mot travail le fait de surveiller la pendule à tout bout de champ, et de faire une pause café, puis une pausé thé, puis une pause de pause etc etc…)

3/ Des personnels administratifs à la limite de l’aimable au téléphone si toutefois vous avez un coup de chance inouï que d’arriver à les avoir au téléphone d’ailleurs!

4/ Des personnels administratifs ignorants car lorsque vous entendez une employée du RSI vous demander suite à votre question: » Mais c’est quoi VDI? De quoi me parlez-vous? » ou encore « Ah oui mais non Monsieur X (mon collaborateur comptable), votre cliente doit payer l’intégralité de l’appel ANNUEL de cotisations même si elle a liquidé sa société avant la fin de l’année civile car l’appel étant généré en début d’année, il faut qu’elle paie en fonction du document émis ».

=> Dans le cas de la première énorme (pardon pour ce qui va suivre, ne m’en veuillez pas de ce langage châtié) question monumentalement CONNE de « c’est quoi VDI? » vous vous demandez sérieusement si elle est réellement aussi intelligente qu’une moule ou si en fait elle est de bonne humeur et veut juste vous faire une blague, car travailler au RSI et ne pas connaître le terme VDI c’est comme être boulanger et ne pas connaître la levure.

=> Dans le cas de la réponse donnée à mon collaborateur comptable, là encore pardonnez ce langage châtié: Mais où cette pauvre dame a-t-elle lu une connerie aussi grosse et surtout que fait-elle à travailler au RSI, car moi qui cherche désespérément un emploi, lorsque j’entends ce genre d’idiotie, je me dis…. qu’on marche sur la tête!

RSI POLE EMPLOI O pointé

Ce qui m’amène d’ailleurs donc vu que l’on donne dans la pure perle de culture, à évoquer une seconde perle d’inculture de culture: Pôle Emploi.

PÔLE EMPLOI cet organisme qui ne sert à rien ►

Quand je parlais plus haut de TNS, pour un non averti il est bien entendu tout à fait normal que TNS ne vous dise strictement rien. Mais lorsqu’on travaille à Pôle Emploi, et qu’on vous dit: « heu, je ne comprends pas, TNS, c’est quoi? » Là encore, ne pas connaître ce que signifie TNS en étant employée de Pôle Emploi revient à ne pas connaître la levure pour le boulanger ou le filtre à huile pour le mécanicien….

Pire encore: Je cherchais à organiser des job dating avec diverses antennes Pôle Emploi afin de recruter des VDI pour mon réseau. D’une part ce fut le parcours du combattant pour arriver à enfin, après moult « je vous passe mon collègue », « je vous passe une autre collègue », « je vous passe le service qui s’en occupe car ce n’est pas moi », tomber sur THE personne en charge de ces job dating sociétés de vente directe/ demandeurs d’emploi, mais le pire est dans ce qui va suivre ci-après.

Pour situer le contexte, un accord a été signé entre l’Etat français représenté par le Ministre en charge de l’emploi (donc indirectement tout organisme relevant de ce Ministère) et le Président de la FVD (Fédération de la Vente Directe) en Septembre 2010 concernant la reconnaissance du statut de VDI en tant que statut de travailleur au même titre qu’un statut employé, cadre, etc etc… Ce n’est qu’en Février 2012 que cet accord a réellement été appliqué sur le terrain (punaise, 2 ans pour faire remonter l’info et la mettre en place, ils ont fait 4 fois le tour de la planète en vélo ce fameux accord à la main pour le mettre en oeuvre ou bien?!)

Lorsque j’ai donc (et ce n’était pourtant pas en 2012) demandé à pouvoir disposer de salles dans certaines annexes de Pôle Emploi pour mes job dating ainsi qu‘une diffusion sur plusieurs départements cibles de mes offres de poste de VDI à pourvoir pour le compte de ma société, voici ce que j’ai entendu: « Ah mais non Madame, là on ne peut pas prendre votre annonce d’offre d’emplois car une offre pour être vendeur à domicile ce n’est pas un emploi! » => (moi de penser) Et Louis XIV, c’était peut-être le Père Noël aussi! OU « Ah mais non Madame, on ne peut pas vous réserver une salle pour du job dating car nous n’allons tout de même envoyer une convocation à certains de nos demandeurs d’emploi pour juste être VDI, ce qui n’est même pas un travail en plus! » => Là je ne m’étale pas sur ce à quoi j’ai pensé mais je vous informe vous,chers lecteurs, que cette dernière perle vient de Pôle Emploi de NÎMES! 

pole emploi de nimes

Pire du pire du méga pire de chez Popol Emploi ► J’ai perdu beaucoup de VDI à cause de Pôle Emploi. En effet, Pôle Emploi ne sachant pas comment calculer l’ARE des VDI qui en bénéficiaient, tout en percevant aussi des commissions de VDI, étant donné que les 2 statuts sont CUMULABLES, Popol a préféré jouer au jeu du « Ch’sais pas et comme CH’SAIS pas, donc je gèle l’ARE du demandeur ». De ce fait, et donc en raison de l’incompétence de notre cher Popol, certaines de mes VDI ont dû cesser leur activité pour le compte de ma société car Pôle Emploi leur avait gelé leur ARE partant du principe que comme ils ne savaient pas dans quelle case les mettre et surtout comment calculer leur ARE du mois en fonction des commissions perçues, ils bloquaient tout les concernant, les mettant parfois dans une difficulté financière sans pareil…

Entre RSI et Pôle Emploi, de mon point de vue de chef d’entreprise (enfin, ex-chef malheureusement), ces deux organismes sont donc de véritables plaies ambulantes mais bien que plaies ambulantes, ce n’est pas pour autant qu’on les soumet à des contrôles de compétences tandis que nous, chefs d’entreprise, l’Etat ne se gêne absolument pas pour nous soumettre à tous types de contrôles. Cherchez l’erreur….

pole emploi pas d'emploi et chomage

Comment un chef d’entreprise est-il perçu par un non chef d’entreprise?

La suite au prochain article.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Spontané, vrai, injuste, WTF de chef d’entreprise! Hurler de douleur ça existe!

Au cas où vous auriez loupé un train, non comptant de subir moult harcèlements et acharnements, j’ai donc depuis 2 ans de fléaux de tout chef d’entreprise, eu le privilège dégoût de côtoyer les Inspectrices de DGCCRF dont l’une continue de me poursuivre à titre personnel bien que je ne sois plus gérante depuis belle lurette.

Aujourd’hui, j’ai donc reçu un beau dossier d’au moins 2 kgs de pièces diverses et compte rendus variés.

Au passage, vu que j’ai maintenant tous les noms de celles qui sont impliquées dans mon contrôle (drôle hein, il n’y a pas un seul homme!), essuyez vous bien les fesses car vous êtes toutes loin de les avoir propres. Pour beaucoup vous savez de quoi je parle (ça ne vous dit rien Congé parental qui n’en est pas un?)

Tout cela pour dire que Oui, je vais passer devant Mr Le Juge selon le bon vouloir du Procureur de la République: Quand, je ne sais pas, Avec qui pour me défendre, encore moins, mais grâce à qui, grâce à cette Inspectrice faisant de mon ancienne affaire de société une affaire personnelle sur ma personne physique.

Rappelez-vous , je dirigeais une TPE, juste une simple TPE, et bien voici en public le montant de mon amende: XX.000€ et/ou 2 ans de prison  – le 1er X commence par un chiffre compris entre 5 et 9 tout de même! – (je précise que je ne vendais ni shit ni de la coke: peut-être aurais-je dû…) et comme son dossier tellement lourd pour mes bras devenu si faibles, je n’ai pas eu le courage de le lire en entier, je crois qu’il comporte également une autre peine possible, mais accablée, je ne l’ai même pas lue.

Aussi, voici pour toi, Inspectrice de la DGCCRF et pour vous l’Etat qui cautionne les suicides des chefs d’entreprise en souffrance ►

DGCCRF SOURCE DE SUICIDES DE CHEF DENTREPRISE

 

** Et si tu veux la vraie photo de moi suite à ton dossier de MERDE, fais toi plaisir, c’est CADEAU! **

DGCCRF CRIMINEL suicide de chef dentreprise cautionné

Et voici pour vous qui figurez sur la liste des noms m’ayant chargée comme un mulet ► Je vous présente le lieu dans lequel vous devriez élire logement. D’ailleurs, avez-vous remarqué, j’ai trouvé votre sosie commun! Cool non?!

lapin crétin aux wc

 

La suite au prochain article si je suis toujours là. Mais j’y serai, car « I never give up,never.Even If I shall have to put down a knee on the flour for instance* (*Je ne lâche jamais rien, jamais, même si pour l’instant T je suis un genou à terre).

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vécu d’entrepreneur: la vente directe, Analyse et anecdotes #2

Dans mon article précédent je vous dressais une petite liste des perles de VDI de mon réseau et comme je me suis arrêtée à la perle n°3, sur un total de 8, voici donc la suite avec pour démarrer cet article, la jolie perle n°4.

4/ En vente directe, le ba-ba pour récompenser les efforts fournis par vos VDI, abstraction faite de leur payer leurs commissions, vous mettez en place, que ce soit chaque mois, chaque trimestre, des incentives/ challenges, qui s’ajoutent aux commissions dues, afin d’augmenter leur motivation mais aussi pour leur montrer que vous les considérez. C’était donc mon cas. Je mettais en place des incentives avec divers cadeaux, récompenses à gagner, en sus de leurs commissions. Il m’est même arriver pour booster mon réseau encore plus que je souhaitais le booster, de mettre en place des « sur-challenges » soit une récompense supplémentaire cumulable avec l’incentive du mois.

Un jour, alors que j’avais décidé, pour motiver les troupes à leur maximum, de mettre en place un sur-challenge avec des produits de mes gammes à gagner en sus du challenge en cours, l’une de mes VDI, pourtant fraîchement recrutée, a remporté haut la main ce « sur-challenge ». Je lui ai donc fait parvenir ses produits gagnés afin qu’elle reçoive au plus vite ce pour quoi elle avait fait du très bon travail et ainsi lui témoigner toute ma considération.

Savez-vous ce que j’ai eu en retour? Un mail se plaignant qu’elle avait bien reçu ses cadeaux MAIS qu’elle aurait voulu les choisir (OR, il était stipulé dans le libellé de mon sur-challenge que les produits à gagner seraient sélectionnés en interne et non par la VDI gagnante) et que puisque c’était comme ça, elle ne serait presque plus active. (Je tempère les propos car ils vous rendraient aveugles).

vdi cadeau pas satisfaite

5/ Lorsque j’offrais un produit qui n’était pas prévu au programme à une VDI car j’estimais qu’elle avait réellement progressé et/ou fait de gros efforts, c’est très rare que l’on m’ait dit: MERCI. A croire que malheureusement, dès que vous êtes chef d’entreprise, quoique vous fassiez, quoique vous offriez, c’est un dû et comme vous êtes chef d’entreprise, par définition vous passez pour celui/celle qui est bourré d’argent, qui s’engraisse sur le dos de ceux qui travaillent pour vous (ça non, c’est l’inverse, c’est l’Etat qui s’engraisse sur nous chefs d’entreprise, nous il nous reste juste des miettes, tels de vrais Jacquouilles), bref, vous êtes (pardonnez-moi par avance pour cette expression) l’enfoiré(e) de service. Je reviendrai d’ailleurs dans un prochain article sur la perception qu’autrui a de nous, chefs d’entreprise.

6/ Je veux bien reconnaître que j’ai un âge certain donc que je ne suis pas au top du langage « djeuns », mais j’ai régulièrement été obligée de demander à mes VDI qui m’écrivaient par mail de… TRADUIRE ce qu’elles avaient bien voulu m’écrire. D’ailleurs, abstraction faite que je n’y comprenais rien, ce qui me choquait était le manque de respect que d’écrire ainsi à son patron, car même si en vente directe il n’y a pas de notion de subordination, j’étais tout de même au final leur patronne.

Exemple: « Slt (mon prénom), dsl de te répondre ke mnt ms j’avais pls de pc et mon tel été en panne mais tkt je m’occupe de sa dès ke je px. En + ma BM été à l’hopital pr un pb de santé aussi c pa de ma faute. A +. signé X (qui aurait besoin d’un Bescherelle -> ça c’est moi qui le pense et le rajoute). ► Si vous avez tout compris à cette phrase dénuée d’orthographe, de vrais mots, de conjugaison: BRAVO vous pouvez vous lancer dans la vente directe mais prévoyez un abonnement chez Afflelou avant par précaution!

langage sms

7/ Pour continuer dans la lignée du 6/, je ne comptais plus les mails ne commençant ni par « BONJOUR », ne finissant pas non plus par une formule de politesse ou ne serait-ce que « A BIENTÔT », bref, les mails de « ni bonjour, ni merde ni mange » comme il se dit en langage familier. Là encore, il semblerait qu’en plus d’être un râleur, le français soit un mal élevé.

8/ Le super message vocal du répondeur ► Parfois, tentant de joindre l’une de mes VDI, je tombais sur leur répondeur. Je leur avais pourtant toutes expliqué qu’elles se devaient d’avoir une messagerie de répondeur dégageant sérieux, professionnalisme afin d’inspirer la confiance et surtout représenter correctement la société qu’elle représentait soit la mienne. J’aurais mieux fait d’aller faire pipi dans la mer, au moins, non seulement j’aurais vu la mer, mais cela m’aurait évité de perdre du temps car voici ce sur quoi je suis régulièrement tombée en guise de messagerie vocale (censée donner une image professionnelle) ► « Salut vous êtes sur le portable de X (avec les enfants qui hurlent la mort derrière en fond sonore), chuis pas là pour le moment alors rappelez plus tard ». Pire encore, j’ai eu droit aux messageries « blagues » téléchargées de type: (sur une musique à fracasser les tympans) « Yo, chuis là mais j’ai pas envie d’te répondre ducon, alors j’te rappelerai quand j’aurai envie! A + gros naze (rires). Et là, je vous garantis que vous avez envie de 2 choses: passer à travers le téléphone pour étrangler votre interlocuteur auteur de cette messagerie OU aller vous jeter à la mer.

guide-du-ras-le-bol

 

Vécu d’entrepreneur: RSI et Pôle Emploi, analyse et anecdotes

La suite au prochain article.
Rendez-vous sur Hellocoton !