Après le dépôt de bilan, bilan d’ex-chef d’entreprise #Analyse

L’année 2014 va bientôt s’achever et depuis plusieurs jours, lorsque je réfléchis à cette année écoulée, je me dis que je reviens réellement de parmi les morts et c’est peu de le dire… En effet, une étude récente a soulevé un taux que j’estime plus qu’alarmant, celui d’un suicide de dirigeant d’entreprise tous les 2 jours et pourtant, cette étude ne fait pas la « UNE » des informations télévisées, quelle triste constatation…

Depuis une année, j’aurai enchaîné souffrance de chef d’entreprise, dépôt de bilan, mésaventures avec le RSI qui m’aura remercié de mes bons et loyaux services de dirigeant pendant 5 années par une régularisation de mes cotisations de l’an passé (et pas une petite régularisation!), continuité de mes désagréables correspondances avec la DGCCRF, et enfin, une dépression sévère qui aura bien failli me coûter la vie. Purée que c’est tout de même étrange de parvenir enfin à regarder en arrière et de se dire que l’on a été comme dans un film de Quentin Tarentino bien barré du cerveau sans que l’on ai rien demandé et que ce film est, je l’espère de tout coeur, enfin terminé. Il le sera réellement lorsque mon échéancier de régularisation de cotisations N-1 RSI sera bouclé, et que mon dossier avec cette chère inspectrice (saloperie serait plus adapté) de la DGCCRF sera clos une bonne fois pour toutes…

Que de points de suspensions dans ces quelques lignes précédentes, cela en dit long sur ma perplexité vis à vis de 2014 écoulé, et sur cette alarmante situation qui touche de plein fouet les chefs d’entreprise actuels.

Il est une question tout de même qui me taraude: Pourquoi de plus en plus de chefs d’entreprise finissent-ils par se faire sauter la tête? Et surtout pourquoi personne ne fait rien pour endiguer cette montée en puissance de suicides? Bonnes questions auxquelles j’ai la réponse pour la première mais pour lesquelles je n’ai pas la réponse pour la seconde.

Evidemment que les chefs d’entreprise français sont de plus destinés à finir entre 4 planches après avoir tiré leur révérence volontairement lorsque l’on voit ce que le Pingouin a planté comme MERDE en France! Bien que Manuel Valls prône que son gouvernement « is Pro Business », il faut juste ouvrir les yeux sur le fait que NON, le gouvernement Valls/Pingouin est juste « Pro Dépôt de Bilan et Pro Liquidation Judiciaire des entreprises françaises » en raison des multiples freins, non-sens, incompétences diverses et variées des services administratifs avec le RSI en tête de ces incompétences, des taxes et sur-taxes, bref, d’un tout qui provoque un tourbillon extrêmement nocif pour tout chef d’entreprise qui se respecte.

Il est quasi improbable qu’un être humain ne finisse pas par disjoncter totalement lorsque l’on supporte ce que supportent les chefs d’entreprise actuels! Pour ma part, entre l’extrême fatigue des heures passées à m’acharner au travail (heures impossibles à chiffrer), les soucis liés aux charges et diverses taxes à payer, les soucis liés à motiver mes troupes, les soucis liés au parasitisme des administrations qui vous font tourner en rond et dépenser du temps et de l’argent à vous justifier, la perspective de la perte de ma société puis la perte de celle-ci, si je suis encore vivante, c’est non pas grâce à une cellule de crise mise en place par le gouvernement pour soutenir les chefs d’entreprise en souffrance et en détresse totale (oh non, le gouvernement n’aura rien fait pour m’éviter le burn-out ni l’envie de ne plus jamais me réveiller pour fuir mon monde devenu un enfer de chef d’entreprise puis d’ex-chef d’entreprise), c’est grâce au soutien de mes proches qui ne m’ont pas lâché une seule journée ou même demi-journée toute seule sachant que si je me retrouvais sans personne pour veiller sur moi et me surveiller, c’était certain, je me serais fait sauter la tête.

suicide des patrons

Si j’avais à adresser quelques lignes à tous les chefs d’entreprise, dirigeants de société en France qui se battent comme des lions pour survivre, sauvegarder leurs emplois, éviter la faillite coûte que coûte, voici ce que j’écrirais:

« Chefs d’entreprise et dirigeants de France, tenez-bon car vous êtes le coeur de l’économie bien que votre gouvernement n’ait de cesse de toujours vous appuyer sur la tête. Vous êtes le cerveau de ce corps appelé EMPLOIS, et sans cerveau, le corps ne devient qu’enveloppe dépourvue de toute réaction et action. Certes vous êtes le dindon de la farce, la vache à lait de l’Etat, le souffre douleur des administrations comme le SIE, le RSI (qui me dégoûte encore plus depuis que j’ai regardé l’émission sur ces centres d’appels qui traitent les dirigeants comme de la merde), l’URSSAF et j’en passe. Cependant sans vous l’Etat français ne se résume qu’à être un blaireau monumental qui distribue des aides à ceux qui n’en n’ont pas forcément besoin. Fédérez-vous pour ne plus subir tant de pressions, contraintes, incohérences et aspirer à retrouver une économie et une consommation dignes de ce nom! Fédérez-vous pour rendre la monnaie de sa pièce au RSI qui vous pourrit la vie et vous réclame sans cesse des appels à cotisations et/ou régularisations de cotisations tout droit sorties du chapeau tel un mauvais tour de magie. Dites stop au Pingouin avant 2017 pour que la France cesse de s’enfoncer et vous avec. Bref, puisque vous êtes le cerveau de ce corps appelé EMPLOIS, faites travailler ce cerveau en vous unissant car seuls chacun dans notre coin nous ne pouvons et vous ne pouvez pas faire grand-chose. Courage et surtout ne vous laissez jamais aspirer par le tourbillon d’un burn-out car ce tourbillon est bien trop dangereux et dévastateur! Soyez fiers de vous et de vos accomplis, vous le pouvez et vous le méritez. Je souhaite à tous, encore un beau chemin sur les routes de l’entrepreneuriat et de la direction, ainsi qu’une longue vie pérenne à vos entreprises. »

Petite dédicace aparté également aux parasites des réseaux sociaux qui sont tout aussi nocifs pour nous, chefs d’entreprise: Que Facebook décline tant, que vous vous sentiez à votre tour enfin bien seuls et que votre fausse toute puissance sur la toile cesse enfin pour que vos tristes petites vies de peureux minables reviennent à ce qu’elles auraient toujours dû être sans ce Facebook parasite (d’ailleurs qu’elle idée saugrenue de baptiser des personnes dans nos contacts des « amis », un ami ce n’est pas un inconnu ou presque derrière son clavier). A vous parasites Facebookiens et bloguesques, je ne vous souhaite pas tout le meilleur pour l’année 2015 à venir dès demain, loin de là, je vous dédaigne telle une crotte de chien que l’on évite sur le trottoir pour ne pas salir ses Louboutin (bien que je n’en aie pas).

Rendez-vous sur Hellocoton !

Tout fier, Pôle Emploi propose 210.055 offres d’emploi.. Oui mais il y a petit hic!

Tout est dans le titre, à ce jour où j’écris, Pôle Emploi affiche fièrement ses 210.055 offres d’emploi. Bien! Mais NON PAS BIEN! Si vous faites un simple calcul: en Août 2014 les chiffres parlaient d’eux-même, il y avait plus de 3.413.300 demandeurs d’emploi soit 1 emploi possible pour 16 personnes environ. Et encore, selon les corps de métiers, vous n’êtes pas 16 sur la même offre car il y a des offres tellement spécialisées qui requièrent un réel savoir-faire, une réelle formation très particulière, que sur ces offres-ci, vous êtes moins de 16, mais pour les plus généralistes, il ne faut pas se leurrer, c’est la foire au CV, la jungle!

** Rien qu’à regarder ce diagramme, on en a presque envie de pleurer, se rouler par terre, quitter la France aussi pourquoi pas? **

chomage en France

► Pas d’emploi, POURQUOI?

Pourquoi n’y-a-t-il pas d’emploi d’ailleurs? Bonne question non?

Il n’y a pas d’emploi car il y a quasi autant de créations d’entreprise que de fermetures. Il n’y a pas d’emploi car (et j’en ai fait le triste test), vous répondez à une annonce et dans les minutes qui suivent vous recevez un mail comme quoi NON, on ne retient pas votre candidature…. Heu comment font-ils pour étudier une candidature quasi en mail auto-reply? ► FAUSSE ANNONCE d’emploi donc pas d’emploi dans le cas présent.

Il n’y a pas d’emploi car dorénavant, il faut pile rentrer dans le moule du poste proposé, qu’il soit en intérim, CDD, CDI (là on relève du miracle!). Trop qualifié pour le poste: recalé! Pas assez qualifié pour le poste: recalé aussi! Vous habitez trop loin, avant même que l’on vous laisse vous expliquer que non, cela n’est pas grave que de faire un certain trajet pour aller travailler car vous VOULEZ TRAVAILLER: recalé une fois de plus!

Il n’y a pas d’emploi car le système français assomme les sociétés de charges sur salaires, aussi comment embaucher alors que vous peinez déjà à payer URSSAF, CFE, TVA, RSI, et autres taxes diverses et variées?! Tant qu’un salarié ne coûtera pas quasi le double de son salaire à son employeur en raison des charges patronales, il n’y aura pas d’emploi.

Tant que le système de consommation demeurera aussi plat qu’il l’est déjà depuis un bon laps de temps, il n’y aura pas d’emploi, il y aura même de plus en plus de fermetures donc de licenciements…

Tant que le Pingouin ne se bougera pas réellement les neurones pour parer à ce marasme économique, il n’y aura pas d’emploi. Bref, de nos jours, avoir un emploi revient quasi à être privilégié et même s’il est « merdique », il faut s’y accrocher comme une moule à son rocher, c’est triste mais vrai. Ensuite, créer un emploi pour un chef d’entreprise/ société, revient à prendre des risques, il ne faut pas l’oublier! Je parle en connaissance de cause.

Vous êtes chef d’entreprise, vous embauchez un ou plusieurs salarié(e)s, ceci implique que vous vous devez de faire monter votre CA pour pouvoir payer les salaires de vos employé(e)s car vous êtes responsables d’eux (et une responsabilité/ un souci de chef d’entreprise de plus!). Par ailleurs, la mentalité française fait que, on ne sait pourquoi, le salarié a beaucoup plus tendance à avoir recours à l’arrêt maladie que l’indépendant. Le trou de la Sécu donc CPAM ça vous parle? Car paradoxalement le RSI n’est pas du tout déficitaire lui: logique, un indépendant, même malade, continue d’aller travailler.

Créer un ou des emplois pour un chef d’entreprise revient donc à s’exposer à certains risques fondés: le risque de voir ses charges exploser, le risque de ne pas pouvoir payer ses salariés comme il l’avait prévu lors de/des embauches selon l’évolution de son activité, le risque de devoir affronter de l’absentéisme, pire encore s’il y a un CE et/ou un syndicat: affronter de la grogne, de la résistance à une prise de décision et de mesures, une grève (Pas vrai Air France? 😀 ). Et comme le contexte économique dans lequel les sociétés françaises évoluent actuellement, la prise de risque n’est guère à l’ordre du jour, au contraire, tous les chefs d’entreprise que je côtoie font très attention à leurs charges et tentent tous de les réduire au plus bas, donc qui dit réduction des charges fixes dit pas d’embauche.

Bien que je sois une femme, donc que je sois passée par la maternité, créer un emploi / un poste occupé par une femme, c’est également s’exposer à un congé maternité, pire encore un congé maternité anticipé avec un arrêt pour grossesse pathologique et succédé par un congé parental = le MUST HAVE du chef d’entreprise qui embauche: « Et voilà, il va falloir que je recrute pour remplacer mon employée et surtout que cette remplaçante soit au plus vite opérationnelle ».

Tout cela mène donc bien à un cercle vicieux, et c’est peu de le dire qu’il est très vicieux ce cercle, car nous sommes réellement en train de tous tourner en rond sans que personne ne nous apporte la solution, que l’on soit chef d’entreprise ou demandeur d’emploi. Donc on fait quoi? On attend 2017 sans nos dents?

On se met auto-entrepreneur histoire de se créer son propre emploi (et on survit tant bien que mal avant de mettre la clé sous la porte au bout de maximum 18 mois?)

Chefs d’entreprise, tentez d’embaucher des salariés en cessant de payer vos charges patronales => là vous allez vous faire taper sur les doigts par notre cher Etat français racketteur!

♪ Travailler c’est trop dur (car pas d’emploi), et voler c’est pas beau. D’mander la charité, c’est quéqu’ chose j’peux pas faire (dit la chanson) ♪♫

rasta surprise

LA SOLUTION: Ne pas travailler, ne pas voler, ne pas faire la charité, mais se lancer dans la RASTA SURPRISE, WHY NOT? (I’m joking, vous serez bien gentils Services des Stupéfiants de prendre cette phrase au 2ème degré ok, j’ai assez d’ennuis au quotidien, merci bien, vous êtes bien aimables!)

 Rendez-vous sur Hellocoton !

 

La perception qu’autrui se fait d’un chef d’entreprise: en gros le patron est un con

Comme je cherche un travail, j’ai récemment décroché un entretien pour une embauche éventuelle et ceci m’a ouvert les yeux sur comment, nous, chefs d’entreprise, étions perçus par les recruteurs.

► Petite parenthèse: j’ai dû envoyer au moins une centaine de CV, oui oui, au moins 100, et soit je n’ai pas de réponse, soit j’ai eu une/des réponse(s) mais négative(s) (y compris pour des postes pourtant bien en dessous de mes compétences), et cet entretien aura pour le moment été le seul que j’aurai réussi à décrocher, entretien que je n’ai pas hésité à aller passer à 600km de chez moi car je suis dans l’urgence de trouver un emploi. Et après, je vois aux informations télévisées que Mr Rebsamen, Ministre du Travail parle de renforcer les contrôles chez les demandeurs d’emploi….humhum…je reste dubitative… Effectivement il y a des chômeurs professionnels, mais il y a aussi des demandeurs d’emploi comme moi qui s’usent chaque jour à en trouver un, souvent d’ailleurs sous-payé compte tenu du contexte économique, souvent précaire (trouver une offre en CDI relève du miracle).

Alors Mr Rebsamen, déjà, cela coule de source qu’il y ait sanction en cas de fraude à la déclaration de situation de demandeur d’emploi: ça chez moi, ça s’appelle pondre une phrase débile et ne pas avoir inventé la poudre. Au lieu de parler de contrôles renforcés chez les demandeurs d’emploi, pourquoi ne contrôleriez-vous pas ceux qui en ont un dans vos administrations étant donné que la seule chose qu’ils sachent correctement faire est de surveiller la pendule ou la machine à café? Pourquoi Mr Rebsamen ne cherchez-vous pas plutôt une solution pour endiguer la montée du chômage et la montée en puissance de la fermeture des entreprises, petites, moyennes ou grandes? En fait d’ailleurs, pourquoi vous ne vous tairiez-vous pas tout court afin d’éviter de sortir des conneries aussi monumentales que celle-ci, bien que je ne sois pas surprise puisqu’elles sont dans la continuité des toutes les conneries monumentales de ce Gouvernement Pingouin, qui, au lieu d’agir pour ce fameux changement, n’a pour le moment su que pondre une réforme scolaire qui dépasse toute logique!

Pour en revenir à l’objet de cet article, suite à mon entretien avec le recruteur en question mentionné ci-avant, voici ce que j’en ai déduit aux vues de l’orientation qu’a pris cet entretien, c’est à dire: mauvaise, et, bien que je sois au fond du trou, malheureusement, quand je trouve qu’on me sort des inepties infondées, je ne peux pas me taire, d’où un entretien « fight »* (*houleux, dirons-nous).

Comme le poste à pourvoir était non pas pour être « Responsable de… », « Chef de… » mais plutôt orienté « Faire partie de… », ce Monsieur a donc d’entrée commencé par mettre en doute mes capacités à m’intégrer dans une équipe. Ensuite, il a fait une description du profil des chefs d’entreprise comme étant des machines, sans coeur, sans sentiment, dépourvus de toute empathie, de toute capacité à s’impliquer dans un schéma économique et social et non seulement économique tout court, en gros, pour lui, nous, chefs d’entreprise, sommes associables, ne savons pas ce qu’est l’esprit d’équipe, nous sommes de VERITABLES CONS.

► Et c’est là que je ne suis pas du tout d’accord!

patron percu comme un enfoiré

Moi aussi avant d’être chef d’entreprise je suis passée par le salariat et effectivement, des patrons cons, j’en ai croisé, mais tous ne l’étaient pas! Je parle surtout de mon point de vue de patron d’une TPE comme je l’étais, pour les patrons de PME, les artisans, les commerçants. Croyez-vous que cela nous plaît de prendre, surtout lorsque l’on est seul aux commandes de sa société, certaines décisions dont nous connaissons les répercutions sur l’humain que nous gérons? NON!

Malheureusement, peu de personnes arrivent à intégrer dans leur cerveau borné que lorsque nous sommes chef d’entreprise, surtout si notre entreprise est de taille humaine, justement nous sommes HUMAINS. Nous devons faire notre Dr Jekill et Mister Hide. C’est à dire que nous devons prendre des décisions parfois très dures car ces décisions sont cruciales pour le devenir de notre société, mais en parallèle, nous souffrons réellement de devoir faire ces choix. Pour le lambda, étant donné que nous sommes une seule et unique personne, nous sommes donc des machines sans coeur selon les décisions difficiles que nous devons prendre pour notre société. Or, NON, nous avons un coeur, nous sommes altruistes, mais devons jongler en permanence avec nos objectifs incontournables à réaliser pour ne serait-ce que payer nos charges et diverses taxes toujours plus lourdes, et les relations humaines que nous entretenons avec nos personnels si nous gérons de l’humain, et ce jonglage est très difficile psychologiquement à supporter. 

D’ailleurs, je reviens juste en quelques mots sur ce qui a alimenté certains de mes précédents articles, si ces blogueuses hyènes parasites, facebookiens emplis de haine et de hargne, si PassWord, R2D2, ces adorables inspectrices de la DGCCRF, ainsi que beaucoup de mes VDI, avaient ne serait-ce que réfléchi une seconde au fait que OUI, je ne pouvais qu’être humaine puisque je ne suis pas faite de métal ni de circuits imprimés, sans doute aurais-je été épargnée de tout le tourment que l’on m’a fait endurer pendant 2 années et qui dure encore au travers de cette chère Inspectrice de la DGCCRF qui veut ma peau à titre personnel. Oui j’étais chef d’entreprise et mon entreprise se portait bien MAIS j’étais et je suis un être humain, avec des sentiments! J’ai l’impression de faire comme dans le film « Elephant Man » et de crier haut et fort: JE SUIS UN ÊTRE HUMAIN! 

Je-suis-un-être-humain.

Voyez que non comptant d’être en souffrance lorsque nous avons notre entreprise, nous continuons au final de l’être après lorsque nous cherchons un emploi car nous sommes catalogués, et c’est bien dommage de nous mettre cette étiquette de PATRON = CONNARD. Tout comme c’est dommage que lorsque l’on est femme chef d’entreprise, on ait soit l’étiquette de la « truffe de service » si nous sommes trop souples, ou l’étiquette « du diable incarné qu’il faut absolument descendre » si nous adoptons un management un peu plus strict….

Et comme tant qu’à faire, qui ne tente rien n’a rien, pour rappel: JE CHERCHE UN EMPLOI.

Ah j’oubliais! Comme j’ai eu le triste privilège d’y assister impuissante devant mon écran de télévision et que chaque année, le 11 Septembre, je ne peux m’empêcher de penser à ce terrible moment, voici pour toutes les victimes ainsi qu’à leur famille:

in_memory_of_the_innocent_victims_who_died_on_september_11_2001

 

Entreprises et financement: Banques et Crowdfunding* (*financement participatif)

La suite au prochain article.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Made in, non sens de chef d’entreprise

Pendant que Mr Arnaud Montebourg part en guerre pour la promotion absolue du « MADE IN FRANCE » (quoique vu qu’il n’est plus Ministre de l’Economie car remplacé par Mr Maceron, il va plutôt maintenant partir sur les bancs de touche maintenant et ce n’est pas grande perte) , moi j’ai une question essentielle qui me vient en tête et que j’adorerais lui poser:

► « Comment vendre un produit Made in France à prix public TTC convenable donc concurrentiel par rapport au même produit Made in ailleurs? expliquez-moi svp. »

En effet, il y a un énorme NON SENS entre le fait de prôner: « ACHETEZ FRANCAIS », tandis que le français lui, veut acheter PAS CHER, donc DU PRIX (vive le pouvoir d’achat à ras les pâquerettes).

LA THEORIE DU « ON TOURNE EN ROND »: 

Si nous fabriquons français, compte tenu du coup des salaires français et des charges sur ces salaires, compte tenu qu’un français ne travaille que 35h par semaine, qu’il prend des RTT, et que lorsqu’il ne prend pas de RTT et ne travaille pas 35h, se met volontiers en grève, arrêt maladie pour un bobo au doigt, ou travaille à la vitesse d’un escargot (rendement est un mot que visiblement les français ne connaissent pas), un escargot qui râle sans arrêt sinon il n’est pas un vrai français car le français ADORE RÂLER pour tout et même rien, comment faire pour obtenir, une fois cette liste précédente évoquée, un produit compétitif en terme de prix de vente public constaté? C’est juste mission IMPOSSIBLE!

Pour vendre du MADE IN FRANCE à prix compétitif, il faudrait avoir un coût de masse salariale plus faible, des charges sur ces salaires plus bas, des travailleurs plus engagés avec moins d’absentéisme, moins de RTT et + de 35h de travail par semaine pour une rendement efficace (vive le trou de la Sécurité Sociale: CPAM pas RSI car nous, chefs d’entreprise, évitons au maximum tout arrêt même si nous sommes malades comme des chiens car nous n’avons pas le choix que de travailler, travailler et encore travailler pour payer……… le RSI: mais que c’est drôle et pitoyable en même temps!). Tant que nous, chefs d’entreprise auront des charges sur salaire aussi élevées, nous ne pourrons pas produire du MADE IN FRANCE compétitif!

anaud Montebourg Made in France

La THEORIE du « blaireau and Co consommateur » et son illogique:

Le consommateur français adore se vanter n’acheter que du Made in France, ou tout au moins le prétend. Et il veut bien entendu acheter du made in France mais au prix du Made in Bangladesh ou Pakistan. (Là nous avons un sérieux problème technique!). En gros le français veut le beurre, l’argent du beurre, le c** de la crémière qui va avec, et comme il achète DU PRIX, il attend aussi en « bonus », une réduction sur le prix affiché: tout à fait, avec plaisir, et un billet de 100 en paquet cadeau aussi?

Si vous ne vendez pas du Made in France, on crie au loup: « bouhhhhhhhhhhhhhhhh pas bien, c’est made in X, Y, ou Sahara fait par les touaregs, bouhhhhhhhhhhh pas bien! »

A l’inverse, le français a un smartphone Samsung (Coréen), Iphone (fabriqué en Chine), un téléviseur Sony (Japon), un canapé en cuir acheté chez Conforama (Chine ou Roumanie), des vêtements pour ses enfants achetés chez Orchestra ou Kiabi (Là nous avons le choix: Bangladesh, Pakistan, Chine, Inde, Côte d’Ivoire etc etc…) => CQFD, le français qui prône tant le MADE IN FRANCE est entouré de produits PAS MADE IN FRANCE!

made in

► Parlons MARGE:

Si nous, chefs d’entreprise voulons marger, compte tenu de ma liste énumérée ci-avant des charges, coûts des salaires, problèmes liés à l’absentéisme etc etc, nous devons à contre-coeur délocaliser nos productions. Ce n’est pas le sourire jusqu’aux oreilles que nous choisissons de faire fabriquer HORS FRANCE (surtout sachant qu’une fois nos marchandises arrivées dans notre pays, les adorables douaniers nous attendent avec presque la Kalachnikov à la main, pour éplucher tous nos documents d’import, nos factures commerciales, nos codes HS (code d’Harmonisation des Marchandises appliqué par tous les pays dans le monde entier), inspecter nos marchandises, mettre nos container à quai parce qu’ils l’ont décidé ou qu’ils sont juste de mauvais poil et ont besoin de facturer de la mise à quai pour alimenter les caisses de l’Etat. C’est donc la mort dans l’âme que nous délocalisons pour juste espérer MARGER tout en espérant de ne pas trop se faire pourrir la vie par les douaniers.

La marge est, et vous le savez chefs d’entreprise, le nerf de la guerre. Tout comme ce qui compte au final n’est pas tant le chiffre d’affaires réalisé mais le résultat net de votre exercice comptable. Si je raisonne bien, mieux vaut faire 250.000€ HT de CA et avoir un résultat net de 30.000€ que de faire 4.000.000€ HT de CA et finir avec un petit 12.000€ de résultat net, vous en conviendrez. Mais n’oublions pas qu’il faut aussi un juste dosage de ce résultat net pour n’être imposé en IS quà 15% plutôt qu’à 33%: là aussi vous devez faire faire une gymnastique de singe savant à votre comptable pour éviter le méga coup de massue de l’Etat.

Fabriquer du made in France pour ne marger ne serait-ce qu’à 1.75 voir 2 les jours de grand vent, ou revendre des produits made in France pour ces mêmes marges ridicules, revient à se tirer une balle dans le pied car une fois vos charges, taxes, TVA et autres moult impôts et frais fixes payés, il ne vous reste RIEN voir pire encore vous êtes en NEGATIF.

Aussi, qui a la solution magique de nous permettre de ne plus délocaliser nos productions, de nous permettre de faire du Made in France qui nous dégagera une marge confortable et permettra au consommateur d’acheter du Made in France à prix compétitif est volontiers invité à me donner sa formule par mail.

marge commerciale

 

Vécu d’entrepreneur: analyses et anecdotes de vente directe

La suite au prochain article.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Chefs d’entreprise: taxes, taxes, et encore des taxes

En tant que chef d’entreprise ou ex-chef d’entreprise, vous connaissez fort bien, même trop bien ce dont je veux parler avec le mot TAXES.

Lorsque l’on se lance dans l’entrepreneuriat, même si nous savons à l’avance que nous allons avoir des charges diverses et variées ainsi que des taxes à payer, nous sommes loin d’imaginer que nous n’allons au final ne faire que ça: PAYER DES TAXES! Nous en payons d’ailleurs tellement que nous croulons sous les taxes que notre cher Etat français adore nous imposer.

Tout commence avec la création de votre entreprise pour laquelle vous devez payer le CFE (Centre de Formalité des Entreprises), le GTC (Greffe du Tribunal de Commerce) et arrive très vite, mais alors trèèèèèèèèèèèèèèèèèès vite, votre premier appel à cotisations RSI. Ce premier appel est d’ailleurs comme le double effet Kiss Cool, car souvent basé sur un forfait, donc par définition d’un montant exorbitant alors que vous n’avez même pas encore pu rentrer le moindre € de chiffre d’affaires. A votre comptable de leur écrire (et hop une 1ère lettre recommandée une!) pour leur signifier que par A + B vous ne devez pas cette somme basée sur le sens du vent, mais bien sur la rémunération gérant fixée d’après les annexes à vos statuts.

Le plus drôle, c’est que vous devez aussi payer une annonce qui ne sert à rien mais qui coûte relativement cher, pour faire savoir que ça y est, vous avez créé votre entreprise. Annonce dont le prix varie selon sa parution dans l’un des magazines faisant partie d’une liste imposée.

TAXES

Le décor des taxes est donc posé dès le début de votre parcours d’entrepreneur… Pour résumer la suite de ce décor qui va bien entendu s’étoffer, voici l’ambiance dans laquelle vous allez jongler entre ces diverses taxes et charges:

Le pire avec ces fameuses taxes est lorsque vous arrêtez votre société: car si j’additionne tout ce que j’ai payé en tampons divers (Près de 400€ un coup de tampon au SIE tout de même! A ce prix là il est en or leur tampon j’espère!) et frais d’enregistrement d’Assemblée Générale pour signaler ma dissolution, cessation d’activité,dépôt des comptes annuels et de liquidation, parution d’une première annonce de cessation puis une seconde pour la liquidation, sans oublier bien entendu l’IS sur l’exercice comptable clôturé (dont je tairai le montant par pudeur) et bien même sans cet IS, j’ai payé la modique somme de 1000€ rien qu’en tampons et frais d’enregistrements! Et comme dans la pub de cet opérateur téléphonique, ce n’est pas fini! Une fois votre société liquidée, vous recevez un dernier appel RSI appelé « appel de régularisation » et cette régularisation vous met définitivement K.O.

► Logique me direz-vous de payer autant lorsque l’on liquide sa société car généralement si on la liquide c’est que ça va mal donc que les comptes vont mal et que votre trésorerie ressemble au désert de Gobi, mais non, vous payez quand même!

Si vous ajoutez l’IS, puis une prise éventuelle de dividendes qui, si est inférieure à 10% du montant de votre capital social vous donnez 15% de ces dividendes pris au RSI, mais si ces dividendes sont supérieurs à 10% du montant de votre capital, non seulement vous payez 15% de RSI dessus mais en plus de ces 15% donnés gracieusement au RSI alors que vous les avez déjà grassement entretenus avec vos appels à cotisations trimestriels, vous payez également 40% de plus au RSI sur toute prise de dividendes supérieurs au montant de votre capital social!  BRAVO L’ETAT FRANCAIS, vous avez trouvé le moyen de nous plumer comme des poulets avec une très grande finesse d’esprit! Pour le coup, ça mérite une médaille je pense, la médaille du MEILLEUR MAC DE TOUS LES TEMPS!

L'Etat et ses taxes, les frères qui rapent tout

Mais il faut selon cet Etat français encourager l’entrepreneuriat car c’est tellement louable pour eux et valorisant que d’afficher de jolies statistiques prouvant sur le papier qu’il y a eu x% d’augmentation de créations d’entreprise telle année. D’ailleurs cela dit en passant, l’année 2013 a explosé les records de fermetures de sociétés depuis la crise de 2008: Merci l’Etat, merci son dirigeant sans envergure que même Mme Merkel ne daigne bien souvent pas regarder tant il semble lui paraître transparent.

Sauf que ces X% cachent la souffrance vécue par une chef d’entreprise surtaxé, mais là on ne fait pas de statistiques sur ce sujet: c’est TABOU!

Voici une liste non exhaustive des taxes basiques que nous, chefs d’entreprise, hormis celles de constitution et dissolution devons régulièrement payer:

RSI + URSSAF + CFE (ex Taxe professionnelle mais qui ne sert à rien, tout au moins pour nous chefs d’entreprise)+ IS + TVA + selon votre activité Taxe Transports + frais d’enregistrement de toute modification de votre structure (modification de vos statuts, de votre capital social etc etc…) et bien entendu étant donné que nous sommes des citoyens, nous payons aussi des Impôts sur le Revenu. ► Et après on s’étonne que nous, chefs d’entreprise perdons le sommeil, devenons des chevaliers du Lexomil, faisons volontiers le soir venu, ami ami avec un petit verre de Jack Daniel’s, avons des cernes sous les yeux de la taille de la valise d’un touriste japonais en visite de 3 semaines à Paris, et qu’au bout d’un moment, n’en pouvant plus, finissons par non seulement ne plus partir en vacances car il faut payer le RSI, mais de toute façon on ne peut plus partir car nous sommes épuisés moralement et physiquement, au bord si ce n’est en plein dedans, du BURN-OUT.

A contrario, vous qui conduisez les yeux hagards votre petite voiture citadine, vous croisez régulièrement de splendides voitures allemandes flambantes, avec à leur volant des jeunes hommes tout juste âgés d’une vingtaine d’années, qui vivent dans des logements sociaux, le tout aux frais de la princesse, mais visiblement, eux, ils ont le sourire puisqu’ils roulent fenêtre ouverte, musique à fond, tout en sachant bien qu’ils n’ont pas de N° Siret EUX car on ne délivre pas de N° Siret pour une activité de type BIC: vente de sucre en poudre compacté en boulette! Finalement, qui a raison, vous dans votre voiture poubelle ou eux avec leurs gros moteurs et leur sucre en poudre ou/et savonnette?

Et là, dans ce genre de moments, je suis certaine que vous, chefs d’entreprise du présent ou du passé vous vous êtes tous au moins une fois dit: « Mais qu’est ce que j’ai fait de me mettre dans mon activité actuelle et à mon compte, j’aurais mieux fait de me lancer dans la vente d’herbes aromatiques aux feuilles si particulières, au moins je saurais pourquoi je ne dors que d’un oeil! »

cannabis

Vécu d’entrepreneur et entreprise: vérités, analyse, incohérences.

La suite au prochain article: « Le non-sens du Made in »

Rendez-vous sur Hellocoton !

2014 ou l’hécatombe des entrepreneurs, article à coeur ouvert

Maintenant que je me suis enfin débarrassée par écrit sur ce blog de mes fléaux incarnés: PassWord, La Blogosphère ce Dallas impitoyable, et la DGCCRF et ses Inspectrices inhumaines serial-killers tristement cautionnées par l’Etat, j’ai besoin de faire un article PAUSE pour évacuer la tristesse qui me remplit car je continue de voir à quel point c’est l’hécatombe au sein de mes contacts professionnels.

Que je parle avec des chefs de grosses sociétés, des chefs de TPE, de PME, avec des artisans, avec certains de mes anciens partenaires et prestataires, j’entends toujours la même triste phrase: « ça va mal, même très mal, on n’a jamais connu ça. » Même les associations fonctionnant grâce aux financements divers des Conseils Régionaux, Départementaux etc etc …pleurent que le gâteau se rétrécit d’année en année et que les budgets alloués sont de plus en plus serrés.

Il est un Pingouin qui avait dit en 2012: « Le changement c’est maintenant! » Pour sûr oui, il y en a eu depuis 2012 du changement, mais pas dans le bon sens…

La France plonge, les entreprises souffrent, ferment, les chefs d’entreprise que je continue de côtoyer sont de plus en plus dépités, désabusés, usés, et tout ceci m’attriste et me révolte à la fois. Que faut-il donc faire pour que ce plongeon vers une  France version crise grecque cesse, s’endigue? Faut-il continuer à faire gonfler le nombre de signatures de la pétition pour la démission de Mr Qui ne Sert à Rien, nombre déjà supérieur à 30.000 signatures, pour enfin sortir, ne serait-ce qu’un peu, la tête de l’eau?

Hollande-Demission-

Faut-il fermer nos frontières pour que les logements sociaux financés en grande partie par les Conseils Régionaux, les Communes donc nous, contribuables, puissent être attribués aux français plutôt qu’à des Roms? Faut-il faire des coupes claires dans cette Europe des 28 qui compte malheureusement trop de pays qui tirent l’Europe des 12 vers le bas? Je n’ai pas la réponse. Mais je m’inquiète. Je m’insurge contre ce « nouveau monde du changement » qui n’est qu’une vaste fumisterie et qui nous tire tous: foyers, chefs d’entreprise, salariés, libéraux, vers un gouffre sans pareil.

Lorsque j’entends certains grands, très grands et très capables chefs d’entreprise me dire qu’ils ne savent pas comment ils vont faire pour sauvegarder leur propre emploi et celui de leurs salariés, comment moi, moi qui ne suis qu’une ex-chef d’entreprise de taille TPE pourrais-je trouver LA solution à ce marasme sans précédent?

Tout ce que je sais, c’est qu’il faut très vite réagir et trouver de la compétence incarnée ►

nicolas_sarkozy

Je passe du coq à l’âne, mais comme je viens d’évoquer plus haut dans cet article mes anciens partenaires et prestataires, même s’ils le savent car je leur ai dit avant que je ne cesse mon activité, je voudrais dire publiquement qu’en 5 ans, j’en ai croisé des pourritures, OUI VOUS AVEZ BIEN LU: DES VRAIES POURRITURES HUMAINES, enfin plutôt inhumaines, mais j’ai malgré tout, eu le privilège de faire de très belles rencontres avec une fidélité de partenariat sans faille pendant ces 5 années.

Qui figure parmi mes « MERCI à vous et vous me manquez, mes anciens partenaires et prestataires »?

-> Mon collaborateur comptable qui est juste une perle rare pour sa compétence, sa disponibilité, son empathie, sa gentillesse, son amour pour le travail bien fait.

-> Mes webmasters pour leur compétence aussi, leur disponibilité également, pour les moments de rire que nous avons partagé, pour leurs conseils prodigués alors que je n’étais qu’une novice du web 2.0.

-> Mon transitaire, enfin mes transitaires car j’ai eu plusieurs interlocuteurs et tous autant qu’ils sont, ont toujours été à la hauteur de la complexité du travail qui leur est confié.

-> Mon tout premier banquier qui m’a dit « OUI » lorsque j’ai créé ma société et m’a accordé mon si petit prêt de 6.000€.

-> Certains de mes pairs de la vente directe qui n’auront jamais été avares de leurs conseils, soutient, suivi, encouragements.

-> 2 femmes de coeur qui étaient au sein de mon réseau de VDI et qui ont su voir en moi la personne que je suis et non une machine chef d’entreprise.

Comme ceci me contrarie, j’en oublie très certainement, aussi mes profondes excuses à ceux que je ne cite pas..

merci

A contrario, qui figure parmi mes « Vaya con Dios, vous ne méritez pas que je daigne regarder en arrière vous concernant »?

-> En toute logique mes fléaux incarnés: PassWord, R2D2, les blogs parasites de Facebook, la DGCCRF, tout organisme d’administration d’Etat qui m’aura sucé jusqu’à la moelle comme le RSI, le Trésor Public et j’en passe, et enfin, quasi toutes mes VDI qui auront toutes plus ou moins fait comme dans la chanson de Mr Dutronc: « Retourné leur veste » en me crachant dessus à la moindre occasion.

-> Mon dernier banquier, cette girouette sans courage, sans panache, qui se sera dégonflé tel un ballon de baudruche lorsque je lui ai dit de vive voix et entre 4 yeux ce que je pensais de lui. Peu glorieux pour un grand gaillard d’environ 1.85m et 90kg que de devenir une vraie petite souris face à une frêle femme chef d’entreprise d’1.65m les jours de grand vent et 45 kg.

J’avais besoin d’écrire ma tristesse, mon inquiétude concernant l’hécatombe que je vois se dérouler sous mes yeux, j’avais besoin de remercier publiquement ceux qui m’auront accompagnée jusqu’au bout dans mon aventure d’entrepreneur, et j’avais besoin aussi de dédier cette photo ci-dessous à ceux que je veux oublier à tout jamais:

fléaux d'entrepreneur

Si vous m’avez lue, ici, sur cet article et que vous avez adhéré à mes propos, MERCI à vous aussi.

Rendez-vous sur Hellocoton !