Année 1 et 2 de l’entreprise #2

Pour continuer dans la lignée de mon article précédent étant donné que j’ai plus peiné en B2C qu’en B2B, cet article s’adresse surtout aux chefs d’entreprise exerçant sur le web donc e-commerce. Je m’adresse aux chefs de TPE/PME du web, non pas aux gros pontes de type Zalando ou Sarenza qui malgré des CA records, n’affichent pas toujours des résultats nets de haut vol et surtout passent fort souvent par des levées de fonds afin de continuer à demeurer les dits-mastodontes du web.

► REFERENCEMENT: un casse tête chinois pour un non spécialiste

Comme je le disais, il y a 5 ans, il fallait inscrire son site dans un maximum d’annuaires de qualité sans pour autant tomber dans le duplicate content (copié/collé), procéder à des échanges de liens de qualité aussi (soit en rapport direct ou peu éloigné avec votre propre secteur d’activité), alimenter un blog lié à votre site e-commerce, rédiger même des communiqués de presse sur des plateformes dédiées, sélectionner scrupuleusement ses mots clés en fonction de son activité, et enfin construire sa e-reputation sur les réseaux sociaux pour que Google et internautes sachent que vous existez (SEO).

Aujourd’hui, il faut éviter les annuaires car Google traque sans merci le moindre duplicate content ou image de contenu, continuer à procéder à quelques échanges de liens mais de qualité  ► non-sens du web 2.0: lorsque vous démarrez, vous avez peu de trafic, et si vous voulez des liens de qualité, il vous faut trouver des partenaires qui en ont au minimum autant que vous mais idéalement bien plus que vous. Mais comme vous en avez moins qu’eux, ils refusent l’échange de liens partant du principe que cet échange est inutile pour eux et inéquitable: là aussi on tourne en rond! 

Aujourd’hui il faut éviter les blogs intégrés pour que Google ne qualifie pas votre e-commerce de contenu « surchargé de mots clés » donc tricherie pour remonter dans ses listes de résultats, éviter les communiqués de presse toujours pour ce fameux duplicate content: dur dur donc d’être vu!

A l’inverse, il faut toujours sélectionner scrupuleusement ses mots-clés, et surtout construire sa e-réputation avec 2 points quasi incontournables: construction de la e-réputation au travers d’articles rédigés par des tiers ► BLOGS (avec diverses possibilités pour obtenir ces articles) + construction de la e-réputation au travers des réseaux sociaux, essentiellement FACEBOOK pour les e-commerçants (Twitter étant moins adapté au e-commerce).

J’ai donc fait tous les points énumérés ci-avant pour que Google veuille bien de moi, enfin plutôt de mon entreprise partie web/ e-commerce en première page sur plusieurs mots clés donc recherches des internautes. Ceci a été payant, car au bout de 5 ans (et même bien avant), j’étais en page 1 résultat entre 1 et 3 maximum sur tous mes mots clés. Mais…….. il y a un ENORME MAIS…

Déjà, pour obtenir un article sur un blog tiers, ceci n’est pas sans contrepartie, aussi pendant des années j’ai offert, donné, et encore offert des produits pour que les lecteurs de ces blogs et les blogueurs eux-même connaissent l’existence de mes produits. Si je fais le compte de tout ce que j’ai offert, fait gagner, récompensé, je pense que je tombe à la renverse. Ensuite, pour avoir une réelle communauté sur Facebook, il vous faut vous rendre disponible pour alimenter votre communauté avec un jonglage réfléchi entre informations commerciales, sujets plus légers, promotion d’autres e-commerçants avec lesquels vous avez convenu des partenariats, voir même des hors sujets: activité donc chronophage.

Comme je l’exposais dans mon tout premier article, je parlerai d’abord de mon vécu d’entrepreneur puis ensuite de mes analyses et de mon lot de fléaux. C’est pourquoi pour le moment, je laisse de côté cet énorme MAIS et double MAIS: les blogs et Facebook, acteurs du fameux web 2.0. Attention, il y a blog et blog. A titre d’exemple, j’apprécie tout particulièrement certains blogs au contenu souvent très utile pour améliorer nos connaissances et nos performances en tant que chefs d’entreprise, comme emarketinglicious.fr, le blog d’Isabelle Mathieu. Ce n’est pas à ce type de blogs auquel je pense.

média sociaux, web 2.0= ♪♫ Dallas, ton monde impitoyable♪ mélangé à Secret Story ♪♫ version web!

Au premier/à la première qui ose mettre en commentaire: « Oui mais là c’est bien un blog que tu tiens! » Je réponds par anticipation:

1/ Ce blog est à la base pour évacuer mon trop plein de trop de tout. J’avais 2 choix, soit utiliser word, soit faire profiter de mon expérience à mes pairs chefs d’entreprise TPE/PME en mode public. J’ai préféré la seconde possibilité auquel cas elle soit au moins utile à autrui.

2/J’ai beaucoup de difficulté avec le « tu » car un écran, sauf erreur de ma part, ne permet pas de connaître les gens, donc pas de « tu » ici mais le « vous ». Merci de votre aimable compréhension sur ce sujet.

3/ Ce blog s’adresse à tous les ex/actuels et futurs chefs d’entreprise, ainsi que toute personne intéressée par l’entrepreneuriat, et je mets mes 2 mains à couper qu’AUCUN CHEF D’ENTREPRISE passé, présent ou futur, n’aura l’indécence de me soulever ce type de commentaire.

 

Année 1 et 2 de mon ENTREPRISE #3

La suite au prochain article.

Rendez-vous sur Hellocoton !