Je suis presque Charlie, mon prénom commence pareil: vérités caustiques

Après les événements de la semaine passée, après 1 mois en immersion dans mon nouvel emploi puisque je ne suis plus chef d’entreprise, arrive enfin l’envie de crier haut et fort mes vérités profondes, non loin de l’article ultime avec au final peu de mots à résumer.

En tant qu’ex chef-d’entreprise: J’aime / Je vomis ►

1/ J’aime mes proches, mon cocon, mes murs, mon chez moi qui est mon refuge de ce monde de fous.

2/ J’aime réfléchir, continuer à tenter de devenir une personne bien meilleure professionnellement en apprenant de mes choix du passé.

3/ J’aime l’idée qu’un jour notre monde ne connaîtra plus jamais de #JesuisCharlie

4/ J’aime les chaussures de luxe, les sacs à main en croco et les bijoux Swarovski mais comme je ne suis qu’une ex-chef d’entreprise, j’aime virtuellement tout ceci.

5/ J’aime les tatoos et surtout les tatoos « tête de mort ».

6/ J’aime qu’il y ait eu une mobilisation sans pareil depuis 1945 contre la haine véhiculée par ces babouins d’extrémistes au nom d’une religion faussée et aveuglée par la haine.

ce qui ne tue pas nietzche

MAIS

1/ Je vomis les intégristes et leurs actes barbares et je les qualifierais de sous-m**des pour notre devenir.

2/ Je vomis le système français: RSI, URSSAF, Service des Impôts des Entreprises, Le Pingouin et son Iznogoud Valls ainsi que bien plus encore.

3/ Je vomis beaucoup de blogs pourris et creux auxquels j’ai fait allusion quasi à l’ouverture de mon blog.

4/ Je vomis le faux-culisme que je constate en permanence au travail.

5/ Je vomis le manque de franchise de ces supérieurs hiérarchiques, qui pourtant pour la plupart vantent mon passé de chef d’entreprise pour faire-valoir auprès de leurs interlocuteurs et autres, d’avoir embauché une employée compétente à l’expérience certaine; car mieux vaut être sain, franc et direct que de tourner autour du pot avec un sourire mielleux comme une mouche tournerait autour d’une merde.

6/ Je vomis Facebook mais ça, si vous m’avez suivie, vous savez déjà.

7/ Je vomis la bêtise humaine, bien que force est de constater que nos propres enfants sont instruits par des professeurs des écoles sans panache, sans envergure, voir sans compétence ni éducative, encore moins pédagogique, donc tous ces ratés de la CAMIF (l’ex-CAMIF qui a fait faillite et leur a tous bien collé quelques euros de commandes de fringues moches des années 70 dans le c**.). Je vomis leur look aux cheveux gras comme des frites et leur haleine fétide avec un farouche besoin urgent de s’équiper de pâte à dents!

8/ Je vomis le gauchisme et sa politique actuelle faussement socialo, bien que fort sociale dans ses extrêmes: aidons les Roms, les Smarties mais surtout laissons crever les personnes âgées à retraite ridicule, laissons crever les entrepreneurs, laissons crever beaucoup trop de ceux qui ont un réel besoin pour privilégier des « pleurnicheurs professionnels ».

9/ Je vomis le mot « hiérarchie » tout court qui donne tout pouvoir à de nombreux péteux sans panache.

10/ Je vomis cette situation critique dans laquelle la France se trouve économiquement et financièrement pour ses citoyens.

Pour résumer, à force d’écrire plus de « je vomis » que de « j’aime », je pense que, comme les français ont démontré qu’ils pouvaient être solidaires, humains, au-delà de toute barrière de croyances, j’espère que cette solidarité va s’amplifier et contaminer positivement tout registre, y compris la solidarité des chefs d’entreprise contre ces institutions bourrées de nuls sans nom.

Bref, je ne m’appelle pas Charlie, je ne m’appelle pas comme ces 17 victimes de ces fennecs, je m’appelle C. et je suis moi: aimante, humaine, souhaitant la paix et le calme, la justice, compatissante pour ces dommages humains récents, hormis pour ces 3 barbares, mais détestant beaucoup de choses, trop de choses.

Que le peuple français continue sur sa lancée pour que je ne vomisse plus, s’il vous plaît.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Lorsqu’une ex-chef d’entreprise murmure à l’oreille des chevaux

Je ne cache pas que je suis très « Brigitte Bardot » et que j’aime beaucoup les animaux. Je regrette d’ailleurs au plus haut point de ne pas avoir fait des études me permettant d’exercer un métier en rapport avec les animaux, comme vétérinaire, même si je pense que j’aurais eu énormément de mal avec l’euthanasie.

Pourquoi est-ce que j’aime les animaux? ► Car un animal n’étant pas doté de pensée, s’il vous accepte, il vous sera toujours loyal et fidèle, tandis qu’avec un humain, c’est tout autre chose… Et en règle générale, l’humain m’a beaucoup déçue.

Pourquoi ce titre? ► Parce que c’est moi sur cette photo, et là je parle à ce cheval et j’ai presque plus de choses à lui dire qu’à un humain et au moins, se laissant caresser, me faisant même un câlin, je sais que lui, cheval qu’il est, ne me mordra pas car s’il avait dû le faire, il l’aurait déjà fait depuis le temps où je suis à ses côtés.

équithérapie

Qu’est-ce que l’ex-chef d’entreprise saltimbanque que je suis aujourd’hui pourrait bien avoir à murmurer à l’oreille des chevaux? ► Beaucoup de choses mais au final que l’on peut résumer en peu de phrases:

« Que Dieu ou Dame Nature ou même le Père Noël fasse que cet article soit vu et lu, que de ce fait l’ensemble de mes articles précédents soient lus aussi et que grâce à l’opération du Saint Esprit ou celui de ma grand-mère, mes murmures à ce cheval soient entendus! Ma décision est prise et au final j’en prends 3.

La première est: de ne plus venir sur ce blog tant que je n’aurai pas trouvé un emploi car je n’ai plus envie de repenser que j’ai pu être chef d’entreprise étant donné que c’est essentiellement en raison de cette expérience professionnelle que je fais fuir les recruteurs, partant du principe que je ne serai pas gérable (foutaise mais bon, on ne me laisse même pas une chance de prouver le contraire).

La seconde est: de revenir sur ce blog pour faire l’article de la fin lorsque j’en prendrai le temps et l’aurai décidé parce que pas plus tard qu’aujourd’hui, j’ai accompli quelque chose qui m’a prouvé que JE POUVAIS ENCORE DECIDER.

La troisième et dernière est: de ne plus donner de conseils aux chefs d’entreprise ou futurs chefs d’entreprise car au final l’humain s’en fout bien comme de l’an 40 de ce que vous pouvez dire, faire ou devenir. Je pense donc dorénavant comme un humain soit à MOI ET MOI SEULE. J’envisage même de faire une grève de la faim pour tenter d’attirer l’attention sur le fait que cela fait des mois que je tente de refaire surface après tout ce que l’on m’aura fait traverser et que malgré tout cela, tout le monde s’en tamponne! Donc pourquoi ne pas faire une grève de la faim après tout? Personnellement, ceci m’est facile. Par contre vu que je suis déjà épaisse comme un stylo, il ne faudra pas trop tarder à être réactifs vous, de l’autre côté de l’écran, sinon, la personne aux capacités et compétences avérées que je suis sera très rapidement un vulgaire tas d’os. De surcroît, malgré tout le temps que j’aurai pris pour me remettre en question et m’analyser, je retiens encore et encore toujours la même chose: I WIN! (JE gagne!) Aussi que l’on me prouve que je peux perdre en prêtant attention à mon histoire et me sortant de la situation précaire dans laquelle je suis: J’ATTENDS, je vous ATTENDS. »

Rendez-vous sur Hellocoton !

Comme un lion en cage!

Moi qui avais l’habitude de faire des journées de folie lorsque j’étais chef d’entreprise, même malade, je travaillais entre 9h à 15h par jour tant j’étais débordée (c’est d’ailleurs ce que l’on appelle du présentéisme acharné et c’est aussi ce qui peut conduire à un épuisement physique et moral, ce danger pour tout chef d’entreprise), maintenant que mes journées sont composées uniquement depuis des mois de réponses à des offres d’emploi sans pourtant arriver à en décrocher un, je tourne comme un lion en cage.

En gros, je n’en peux plus de ne plus sortir de chez moi, je n’en peux plus de ne plus ramener fièrement mon gagne pain et le gagne pain pour mes enfants à la maison, je n’en peux plus de me sentir inutile et de ne rien faire de productif.

Ce matin, je discutais avec l’un des mes anciens pairs chef d’entreprise qui recrute, mais pas du tout pour un poste pour lequel je pourrais être qualifiée car rien à voir avec mes champs de compétences. Il me disait que c’était la première fois que, pour une création de poste qui n’est pas une nouveauté en soi quant à son libellé et au sein de sa société, il recevait autant de CV. Il en a même reçu des improbables tant la distance à parcourir pour son potentiel futur employé est grande entre son lieu d’habitation, et son lieu de travail. C’est un poste généralement occupé par des hommes, et bien il a même reçu des candidatures de femmes. En gros, il m’a confirmé que je n’étais pas au bout de mes peines pour trouver un emploi car lui-même était stupéfait du nombre de personnes se précipitant à envoyer leur CV en si peu de temps que son annonce était visible. Je risque donc de tourner comme un lion en cage un sacré moment encore et je n’en peux plus…

On se croirait dans la pièce « Le Cid » De Corneille« Oh rage oh désespoir! »…. Version 2014 => « Mais quand vais-je donc sortir de cette situation pourrie?! »

C’est très dur comme je l’expliquais dans un précédent article, de perdre son entreprise. C’est une véritable souffrance morale et même physique. Mais je n’imaginais pas que cette souffrance allait perdurer après cette perte, pire encore, être accentuée par le fait de ne pas trouver de travail, ne serait-ce qu’un travail tout simple pour lequel je serais sur-qualifiée…

C’est très dur de passer de la vitesse d’une voiture de course à celle d’un vélo vu que je n’ai rien à faire hormis chercher encore et encore la moindre annonce d’offre d’emploi.

C’est très dur de ne pas avoir de réponse à mes candidatures ou pire encore de lire un NON « malgré mes compétences » (je cite). A cela j’ai envie de dire: « Si je suis compétente, alors POURQUOI NON? »

lion en cage

Bref, c’est très dur tout court et j’ai l’impression qu’après avoir mené un dur combat pour faire vivre et grandir ma société, après avoir décidé, pour ne pas mourir moi-même de l’arrêter, de mener un nouveau combat très dur lui aussi: celui de trouver de quoi arrêter de tourner comme un lion en cage (ce qui d’ailleurs se cumule avec mon combat contre la maladie, mais sur celui-là, j’ai l’impression de progresser un peu même si je reste très très fragile).

J’imagine bien que je suis loin d’être la seule dans ce cas aux vues des fermetures de sociétés et liquidations en tout genre ces derniers mois … malheureuse triste constatation.

A souhaiter que je puisse prochainement avoir moins de temps pour ce blog, cela voudra dire que j’ai enfin arrêté de tourner en rond et que je suis de nouveau le pied à l’étrier du TRAVAIL. A ce sujet, cela fait plusieurs fois que je me pose la question de continuer ou non ce blog même si je ne trouve pas un travail, car j’ai une idée sous-jacente, mais pour le moment je n’en dirai pas plus. Si je l’arrête, il aura un article de fin digne de mon pseudo, il sera extrêmement caustique mais tellement empli de vérités..

Rendez-vous sur Hellocoton !

Etre femme et mère: ni facile en tant que chef d’entreprise, ni en tant qu’employée

Lorsque j’avais ma société/ mon entreprise, j’étais déjà maman, mais j’ai eu un enfant également durant le temps de vie de ma société et je peux témoigner qu’être une femme chef d’entreprise et mère en même temps n’est pas une mince affaire.

Tout d’abord, vous devez tenter dans la mesure du possible d’assumer avec brio les 2 casquettes. Celle de chef d’entreprise qui vous prend tout votre temps (pour ma part étant toute seule aux commandes, oui, tout mon temps voir même un temps inhumain à supporter à faire des 15h par jour parfois..) et celle de maman. Au départ, comme je peinais à faire décoller mon entreprise, je n’avais pas mis en place de modes de type: cantine, garderie périscolaire. Puis, lorsque dès l’année 3 de mon entreprise, tout a commencé à s’emballer tel un cheval plein de fougue, il m’a fallu réagir vite car j’arrivais toujours en retard aux sorties d’école, de crèche etc etc.. J’avais donc instauré cantine + garderie périscolaire pour les plus grands, et augmenté dans la mesure du possible (en terme de places disponibles hors contrat) les heures que mon dernier enfant allait passer en crèche.

J’ai mis mon dernier enfant en crèche dès l’âge de 3 mois/ 4 mois je ne me souviens plus, et lorsque j’ai fini par réaliser que mon tout petit dernier rentrait à la maternelle et que je ne l’avais pas vu grandir, j’ai eu comme un choc. Parallèlement, c’est en même temps que du jour au lendemain, fatiguée et usée de subir un harcèlement quasi constant sur Facebook (que ce soit de la part des blogueuses hyènes en bande organisée, de la part des Facebookiens parasites), un acharnement de convocations, contrôles, documents et pièces à fournir de la part de mes, mais surtout l’une de mes chères inspectrices de la DGCCRF, les soucis du quotidiens d’un chef d’entreprise avec ses surcharges de taxes en tout genre, les soucis liés au dossier PassWord et tout ce que cela impliquait vu qu’elle avait intentionnellement violé la clause de confidentialité de son contrat et transmis à mon concurrent direct des documents qui lui auront permis de tout savoir sans rien payer, j’ai dit STOP, j’arrête, je jette l’éponge.

ANECDOTE ► Lorsque j’étais prête à accoucher de mon dernier enfant, je me souviens que ce jour là, bourrée de contractions depuis le petit matin, je me suis quand même rendue à la Poste pour y expédier les commandes de mon site e-commerce, rendue chez mon comptable pour y déposer des documents. J’ai même été prise d’une contraction si violente en pleine Poste que la dame qui m’a servie était en panique totale pensant que j’allais accoucher en plein bureau de Poste. Toujours pour la naissance de mon dernier enfant, je me souviens avoir emmené avec moi mon PC pour pouvoir travailler un minimum (même sans accès internet) à la maternité et dès mon retour, j’ai aussitôt traité mails, commandes, bref, tout ce qu’être seule à son compte comporte, avec mon bébé tout fraîchement sorti de mon ventre, de mes chairs, blotti dans son écharpe de portage.

femme chef d'entreprise et mère

Maintenant que je ne suis qu’une ex-chef d’entreprise, et que je cherche désespérément un travail depuis des mois et des mois, je me rends compte qu’au final, être femme et mère n’est pas facile non plus en tant qu’employée, même si je ne le suis pas encore, malheureusement pour mes finances.

En effet, le peu d’entretiens que je passe, on me demande l’âge de mes enfants et comme ils n’ont pas 20 ans, à chaque fois on demande: « Oui mais vous savez avec les horaires, comment allez-vous faire avec vos enfants si jamais en plus il faut que vous dépassiez le planning fixé »? Et à chaque fois je réponds, avant d’être mère on ne vous prend pas ou l’on vous prend avec des pincettes de peur que vous fassiez des enfants donc que vous vous mettiez en congé maternité, et lorsque vous en avez et surtout n’en voulez plus car vous avez vos raisons de ne plus en vouloir, on hésite à vous prendre PARCE QUE VOUS AVEZ DES ENFANTS, et que l’on craint que vous ne sachiez pas jongler entre vos horaires parfois biscornus et ceux de vos enfants calqués sur cette CONNE DE REFORME des rythmes scolaires (conne de réforme ça c’est moi qui le pense mais je ne le dis pas tout de même devant autrui qui pourrait m’embaucher). => « C’est le chien qui se mord la queue et on tourne en rond! »

J’aurais donc tendance à me demander si les recruteurs osent poser la question du mode de garde périscolaire lorsqu’ils reçoivent un HOMME en entretien?… Bonne colle!

Moralité, être une femme chef d’entreprise c’est déjà dur en soi et surtout compte tenu de la mentalité pourrie des autres femmes envers vous si vous réussissez. Être une femme avec des enfants lorsqu’on est chef d’entreprise relève du WONDERWOMAN. Et enfin, être une femme à la recherche d’un travail ou employée, pardonnez-moi l’expression, mais c’est la merde car au final cette question du mode de garde périscolaire et de vos horaires revient sans cesse.

=> Donc on fait comment? On se fait greffer un sexe d’homme et des poils sur le torse pour qu’enfin on puisse avoir l’esprit tranquille à gérer sa société et rentrer et mettre les pieds sous la table tel un gros macho de service? On se fait couper les trompes pour ne pas faire d’enfants et ainsi on règle cette question du mode de garde quand on est employée?

via active de femme et mère

** CONCLUSION dédiée à ces jeunes socialistes et leur campagne crétine et stigmatisée **

S’il avait appris à l’école qu’une FEMME n’est pas faite comme un HOMME car ELLE, si Dame Nature le veut bien, peut faire des bébés, ce RECRUTEUR ne lui poserait pas systématiquement cette question CON et les femmes chef d’entreprises (qui sont mère de surcroît) seraient plus respectées par autrui.
Rendez-vous sur Hellocoton !

Tout fier, Pôle Emploi propose 210.055 offres d’emploi.. Oui mais il y a petit hic!

Tout est dans le titre, à ce jour où j’écris, Pôle Emploi affiche fièrement ses 210.055 offres d’emploi. Bien! Mais NON PAS BIEN! Si vous faites un simple calcul: en Août 2014 les chiffres parlaient d’eux-même, il y avait plus de 3.413.300 demandeurs d’emploi soit 1 emploi possible pour 16 personnes environ. Et encore, selon les corps de métiers, vous n’êtes pas 16 sur la même offre car il y a des offres tellement spécialisées qui requièrent un réel savoir-faire, une réelle formation très particulière, que sur ces offres-ci, vous êtes moins de 16, mais pour les plus généralistes, il ne faut pas se leurrer, c’est la foire au CV, la jungle!

** Rien qu’à regarder ce diagramme, on en a presque envie de pleurer, se rouler par terre, quitter la France aussi pourquoi pas? **

chomage en France

► Pas d’emploi, POURQUOI?

Pourquoi n’y-a-t-il pas d’emploi d’ailleurs? Bonne question non?

Il n’y a pas d’emploi car il y a quasi autant de créations d’entreprise que de fermetures. Il n’y a pas d’emploi car (et j’en ai fait le triste test), vous répondez à une annonce et dans les minutes qui suivent vous recevez un mail comme quoi NON, on ne retient pas votre candidature…. Heu comment font-ils pour étudier une candidature quasi en mail auto-reply? ► FAUSSE ANNONCE d’emploi donc pas d’emploi dans le cas présent.

Il n’y a pas d’emploi car dorénavant, il faut pile rentrer dans le moule du poste proposé, qu’il soit en intérim, CDD, CDI (là on relève du miracle!). Trop qualifié pour le poste: recalé! Pas assez qualifié pour le poste: recalé aussi! Vous habitez trop loin, avant même que l’on vous laisse vous expliquer que non, cela n’est pas grave que de faire un certain trajet pour aller travailler car vous VOULEZ TRAVAILLER: recalé une fois de plus!

Il n’y a pas d’emploi car le système français assomme les sociétés de charges sur salaires, aussi comment embaucher alors que vous peinez déjà à payer URSSAF, CFE, TVA, RSI, et autres taxes diverses et variées?! Tant qu’un salarié ne coûtera pas quasi le double de son salaire à son employeur en raison des charges patronales, il n’y aura pas d’emploi.

Tant que le système de consommation demeurera aussi plat qu’il l’est déjà depuis un bon laps de temps, il n’y aura pas d’emploi, il y aura même de plus en plus de fermetures donc de licenciements…

Tant que le Pingouin ne se bougera pas réellement les neurones pour parer à ce marasme économique, il n’y aura pas d’emploi. Bref, de nos jours, avoir un emploi revient quasi à être privilégié et même s’il est « merdique », il faut s’y accrocher comme une moule à son rocher, c’est triste mais vrai. Ensuite, créer un emploi pour un chef d’entreprise/ société, revient à prendre des risques, il ne faut pas l’oublier! Je parle en connaissance de cause.

Vous êtes chef d’entreprise, vous embauchez un ou plusieurs salarié(e)s, ceci implique que vous vous devez de faire monter votre CA pour pouvoir payer les salaires de vos employé(e)s car vous êtes responsables d’eux (et une responsabilité/ un souci de chef d’entreprise de plus!). Par ailleurs, la mentalité française fait que, on ne sait pourquoi, le salarié a beaucoup plus tendance à avoir recours à l’arrêt maladie que l’indépendant. Le trou de la Sécu donc CPAM ça vous parle? Car paradoxalement le RSI n’est pas du tout déficitaire lui: logique, un indépendant, même malade, continue d’aller travailler.

Créer un ou des emplois pour un chef d’entreprise revient donc à s’exposer à certains risques fondés: le risque de voir ses charges exploser, le risque de ne pas pouvoir payer ses salariés comme il l’avait prévu lors de/des embauches selon l’évolution de son activité, le risque de devoir affronter de l’absentéisme, pire encore s’il y a un CE et/ou un syndicat: affronter de la grogne, de la résistance à une prise de décision et de mesures, une grève (Pas vrai Air France? 😀 ). Et comme le contexte économique dans lequel les sociétés françaises évoluent actuellement, la prise de risque n’est guère à l’ordre du jour, au contraire, tous les chefs d’entreprise que je côtoie font très attention à leurs charges et tentent tous de les réduire au plus bas, donc qui dit réduction des charges fixes dit pas d’embauche.

Bien que je sois une femme, donc que je sois passée par la maternité, créer un emploi / un poste occupé par une femme, c’est également s’exposer à un congé maternité, pire encore un congé maternité anticipé avec un arrêt pour grossesse pathologique et succédé par un congé parental = le MUST HAVE du chef d’entreprise qui embauche: « Et voilà, il va falloir que je recrute pour remplacer mon employée et surtout que cette remplaçante soit au plus vite opérationnelle ».

Tout cela mène donc bien à un cercle vicieux, et c’est peu de le dire qu’il est très vicieux ce cercle, car nous sommes réellement en train de tous tourner en rond sans que personne ne nous apporte la solution, que l’on soit chef d’entreprise ou demandeur d’emploi. Donc on fait quoi? On attend 2017 sans nos dents?

On se met auto-entrepreneur histoire de se créer son propre emploi (et on survit tant bien que mal avant de mettre la clé sous la porte au bout de maximum 18 mois?)

Chefs d’entreprise, tentez d’embaucher des salariés en cessant de payer vos charges patronales => là vous allez vous faire taper sur les doigts par notre cher Etat français racketteur!

♪ Travailler c’est trop dur (car pas d’emploi), et voler c’est pas beau. D’mander la charité, c’est quéqu’ chose j’peux pas faire (dit la chanson) ♪♫

rasta surprise

LA SOLUTION: Ne pas travailler, ne pas voler, ne pas faire la charité, mais se lancer dans la RASTA SURPRISE, WHY NOT? (I’m joking, vous serez bien gentils Services des Stupéfiants de prendre cette phrase au 2ème degré ok, j’ai assez d’ennuis au quotidien, merci bien, vous êtes bien aimables!)

 Rendez-vous sur Hellocoton !

 

♫ Je suis tombée par terre, c’est PAS la faute à Voltaire ♪ Hibou, genou, plus de sous! Article à coeur ouvert.

Cet article pourrait presque être une compilation de plusieurs chansons car là, en réalité, je commence à le rédiger et il est 5h00 du matin ► « Cinq heures du mat’ j’ai des frissons. Je claque des dents et je monte le son. Seul sur le lit. Dans mes draps bleus (non les miens ne sont pas bleus par contre) froissés. C’est l’insomnie. Sommeil cassé » (je suis en mode HIBOU depuis 3h du matin et la nuit, quand tout le monde dort mais que vous NON vous ne dormez pas, c’est long!)

De ce fait j’ai pensé à cette chanson qui pourrait bien illustrer, en son début, le manège enchanté dans lequel mon cerveau burn-outé (je sais ce terme n’existe pas) est embarqué contre son gré. Cette chanson, et bien c’est le titre de cet article! Je suis tombée par terre, mais c’est pas du tout la faute à Voltaire, c’est la faute à plein de monde en réalité: blogueuses à l’esprit vérolé, blaireaux de FacePlouc ou de Facebook pour son nom officiel, ex-VDI, DGCCRF, et un peu aussi d’accumulation d’un vécu personnel cahin-caha… et ce tout cumulé en images pourrait se comparer à: « à force d’en prendre plein la figure (au sens figuré du terme), on aboutit à ceci ↓, donc à la suite de ça, à ce qui suit »

rocky

Tout cela pour exprimer que vivre dans ma tête depuis que j’ai enfin accepté que PAF, « je suis tombée par terre » et VLAN, je n’ai pas le nez dans le ruisseau mais dans une big dépression sévère et bien le genou à terre, c’est un peu comme regarder le film: « Dans la peau de John Malkovich » ► En gros, au quotidien, mon cerveau est embarqué dans un Grand Huit (moi qui déteste les manèges) et ça tourbillonne de tous les côtés moult fois par jour et je me demande bien quand ce fichu forain décidera d’appuyer sur le bouton: « ♫♪ STOP, c’est fini les amis, tout le monde descend, wizzzzzzz ♫♪ »!

dans-la-peau-de-john-malkovich

► HIBOU, GENOU, PLUS DE SOUS => COMPIL MEGA MIX

Plutôt que des phrases, vu que cet article ne parle absolument pas de l’entrepreneuriat (comme quoi, ne pas dormir rend dingue et vous fait faire bien des choses improbables finalement, comme rédiger un article en pleine nuit), voici donc en images l’univers très spécial dans lequel mes neurones ainsi que mon enveloppe corporelle d’ex-chef d’entreprise en souffrance se trouvent ► MUSIQUE MAESTRO!

♫♪ C’est ma direction ! J’ai pété les plombs, sans abandonner ni baisser les bras. Plus d’nouvelles, batterie faible, malédiction. Dorénavant, je vais de l’avant, c’est ma direction. Ma direction.♫ = Sexion d’Assaut / Maître Gims

sexion dassaut

♫♪ Coucou Hibou, Coucou Hibou, Coucou Hibou, Coucou ♫ (Je veux dormir!)

coucou hibou

♫ J’ai plus une tune ♪

jai plus une tune

Sia- ► ♫ Dressed in Black ♪

Sia dressed in black

Mais bon, à ce qu’il paraît, à force de volonté et de patience….. et surtout si je peux enfin me réaliser de nouveau au travers d’un EMPLOI

 ♪♫ I will survive ♪ – Gloria Gaynor

Gloria-Gaynor-I-Will-Survive

Et à ce qu’il paraît aussi, même si pour l’instant je n’en suis plus là, mais je l’ai été cependant, pas avec un coeur en acier mais un trop gros coeur en revanche…

Manowar – ♪ Heart of Steel ♫

Manowar heart of steel

Ayant une attirance pour la langue anglophone, je ne suis pas très douée pour trouver des morceaux musicaux francophones, aussi pour Sia et Manowar, Tapez Youtube en mode lyrics français et vous comprendrez mieux les quelques lignes ci-dessus mentionnées.

** Avec mes plates excuses pour cet article hors sujet entrepreneuriat, mais traducteur de mon manège enchanté , qui à mon humble avis, cessera si je change enfin de vie grâce à UN EMPLOI…. ** / Merci de m’avoir lue, Soude Caustique

Chefs d’entreprise: Erreurs à éviter, Conseils #1

La suite au prochain article.

Rendez-vous sur Hellocoton !