Comme un lion en cage!

Moi qui avais l’habitude de faire des journées de folie lorsque j’étais chef d’entreprise, même malade, je travaillais entre 9h à 15h par jour tant j’étais débordée (c’est d’ailleurs ce que l’on appelle du présentéisme acharné et c’est aussi ce qui peut conduire à un épuisement physique et moral, ce danger pour tout chef d’entreprise), maintenant que mes journées sont composées uniquement depuis des mois de réponses à des offres d’emploi sans pourtant arriver à en décrocher un, je tourne comme un lion en cage.

En gros, je n’en peux plus de ne plus sortir de chez moi, je n’en peux plus de ne plus ramener fièrement mon gagne pain et le gagne pain pour mes enfants à la maison, je n’en peux plus de me sentir inutile et de ne rien faire de productif.

Ce matin, je discutais avec l’un des mes anciens pairs chef d’entreprise qui recrute, mais pas du tout pour un poste pour lequel je pourrais être qualifiée car rien à voir avec mes champs de compétences. Il me disait que c’était la première fois que, pour une création de poste qui n’est pas une nouveauté en soi quant à son libellé et au sein de sa société, il recevait autant de CV. Il en a même reçu des improbables tant la distance à parcourir pour son potentiel futur employé est grande entre son lieu d’habitation, et son lieu de travail. C’est un poste généralement occupé par des hommes, et bien il a même reçu des candidatures de femmes. En gros, il m’a confirmé que je n’étais pas au bout de mes peines pour trouver un emploi car lui-même était stupéfait du nombre de personnes se précipitant à envoyer leur CV en si peu de temps que son annonce était visible. Je risque donc de tourner comme un lion en cage un sacré moment encore et je n’en peux plus…

On se croirait dans la pièce « Le Cid » De Corneille« Oh rage oh désespoir! »…. Version 2014 => « Mais quand vais-je donc sortir de cette situation pourrie?! »

C’est très dur comme je l’expliquais dans un précédent article, de perdre son entreprise. C’est une véritable souffrance morale et même physique. Mais je n’imaginais pas que cette souffrance allait perdurer après cette perte, pire encore, être accentuée par le fait de ne pas trouver de travail, ne serait-ce qu’un travail tout simple pour lequel je serais sur-qualifiée…

C’est très dur de passer de la vitesse d’une voiture de course à celle d’un vélo vu que je n’ai rien à faire hormis chercher encore et encore la moindre annonce d’offre d’emploi.

C’est très dur de ne pas avoir de réponse à mes candidatures ou pire encore de lire un NON « malgré mes compétences » (je cite). A cela j’ai envie de dire: « Si je suis compétente, alors POURQUOI NON? »

lion en cage

Bref, c’est très dur tout court et j’ai l’impression qu’après avoir mené un dur combat pour faire vivre et grandir ma société, après avoir décidé, pour ne pas mourir moi-même de l’arrêter, de mener un nouveau combat très dur lui aussi: celui de trouver de quoi arrêter de tourner comme un lion en cage (ce qui d’ailleurs se cumule avec mon combat contre la maladie, mais sur celui-là, j’ai l’impression de progresser un peu même si je reste très très fragile).

J’imagine bien que je suis loin d’être la seule dans ce cas aux vues des fermetures de sociétés et liquidations en tout genre ces derniers mois … malheureuse triste constatation.

A souhaiter que je puisse prochainement avoir moins de temps pour ce blog, cela voudra dire que j’ai enfin arrêté de tourner en rond et que je suis de nouveau le pied à l’étrier du TRAVAIL. A ce sujet, cela fait plusieurs fois que je me pose la question de continuer ou non ce blog même si je ne trouve pas un travail, car j’ai une idée sous-jacente, mais pour le moment je n’en dirai pas plus. Si je l’arrête, il aura un article de fin digne de mon pseudo, il sera extrêmement caustique mais tellement empli de vérités..

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publicités

Etre femme et mère: ni facile en tant que chef d’entreprise, ni en tant qu’employée

Lorsque j’avais ma société/ mon entreprise, j’étais déjà maman, mais j’ai eu un enfant également durant le temps de vie de ma société et je peux témoigner qu’être une femme chef d’entreprise et mère en même temps n’est pas une mince affaire.

Tout d’abord, vous devez tenter dans la mesure du possible d’assumer avec brio les 2 casquettes. Celle de chef d’entreprise qui vous prend tout votre temps (pour ma part étant toute seule aux commandes, oui, tout mon temps voir même un temps inhumain à supporter à faire des 15h par jour parfois..) et celle de maman. Au départ, comme je peinais à faire décoller mon entreprise, je n’avais pas mis en place de modes de type: cantine, garderie périscolaire. Puis, lorsque dès l’année 3 de mon entreprise, tout a commencé à s’emballer tel un cheval plein de fougue, il m’a fallu réagir vite car j’arrivais toujours en retard aux sorties d’école, de crèche etc etc.. J’avais donc instauré cantine + garderie périscolaire pour les plus grands, et augmenté dans la mesure du possible (en terme de places disponibles hors contrat) les heures que mon dernier enfant allait passer en crèche.

J’ai mis mon dernier enfant en crèche dès l’âge de 3 mois/ 4 mois je ne me souviens plus, et lorsque j’ai fini par réaliser que mon tout petit dernier rentrait à la maternelle et que je ne l’avais pas vu grandir, j’ai eu comme un choc. Parallèlement, c’est en même temps que du jour au lendemain, fatiguée et usée de subir un harcèlement quasi constant sur Facebook (que ce soit de la part des blogueuses hyènes en bande organisée, de la part des Facebookiens parasites), un acharnement de convocations, contrôles, documents et pièces à fournir de la part de mes, mais surtout l’une de mes chères inspectrices de la DGCCRF, les soucis du quotidiens d’un chef d’entreprise avec ses surcharges de taxes en tout genre, les soucis liés au dossier PassWord et tout ce que cela impliquait vu qu’elle avait intentionnellement violé la clause de confidentialité de son contrat et transmis à mon concurrent direct des documents qui lui auront permis de tout savoir sans rien payer, j’ai dit STOP, j’arrête, je jette l’éponge.

ANECDOTE ► Lorsque j’étais prête à accoucher de mon dernier enfant, je me souviens que ce jour là, bourrée de contractions depuis le petit matin, je me suis quand même rendue à la Poste pour y expédier les commandes de mon site e-commerce, rendue chez mon comptable pour y déposer des documents. J’ai même été prise d’une contraction si violente en pleine Poste que la dame qui m’a servie était en panique totale pensant que j’allais accoucher en plein bureau de Poste. Toujours pour la naissance de mon dernier enfant, je me souviens avoir emmené avec moi mon PC pour pouvoir travailler un minimum (même sans accès internet) à la maternité et dès mon retour, j’ai aussitôt traité mails, commandes, bref, tout ce qu’être seule à son compte comporte, avec mon bébé tout fraîchement sorti de mon ventre, de mes chairs, blotti dans son écharpe de portage.

femme chef d'entreprise et mère

Maintenant que je ne suis qu’une ex-chef d’entreprise, et que je cherche désespérément un travail depuis des mois et des mois, je me rends compte qu’au final, être femme et mère n’est pas facile non plus en tant qu’employée, même si je ne le suis pas encore, malheureusement pour mes finances.

En effet, le peu d’entretiens que je passe, on me demande l’âge de mes enfants et comme ils n’ont pas 20 ans, à chaque fois on demande: « Oui mais vous savez avec les horaires, comment allez-vous faire avec vos enfants si jamais en plus il faut que vous dépassiez le planning fixé »? Et à chaque fois je réponds, avant d’être mère on ne vous prend pas ou l’on vous prend avec des pincettes de peur que vous fassiez des enfants donc que vous vous mettiez en congé maternité, et lorsque vous en avez et surtout n’en voulez plus car vous avez vos raisons de ne plus en vouloir, on hésite à vous prendre PARCE QUE VOUS AVEZ DES ENFANTS, et que l’on craint que vous ne sachiez pas jongler entre vos horaires parfois biscornus et ceux de vos enfants calqués sur cette CONNE DE REFORME des rythmes scolaires (conne de réforme ça c’est moi qui le pense mais je ne le dis pas tout de même devant autrui qui pourrait m’embaucher). => « C’est le chien qui se mord la queue et on tourne en rond! »

J’aurais donc tendance à me demander si les recruteurs osent poser la question du mode de garde périscolaire lorsqu’ils reçoivent un HOMME en entretien?… Bonne colle!

Moralité, être une femme chef d’entreprise c’est déjà dur en soi et surtout compte tenu de la mentalité pourrie des autres femmes envers vous si vous réussissez. Être une femme avec des enfants lorsqu’on est chef d’entreprise relève du WONDERWOMAN. Et enfin, être une femme à la recherche d’un travail ou employée, pardonnez-moi l’expression, mais c’est la merde car au final cette question du mode de garde périscolaire et de vos horaires revient sans cesse.

=> Donc on fait comment? On se fait greffer un sexe d’homme et des poils sur le torse pour qu’enfin on puisse avoir l’esprit tranquille à gérer sa société et rentrer et mettre les pieds sous la table tel un gros macho de service? On se fait couper les trompes pour ne pas faire d’enfants et ainsi on règle cette question du mode de garde quand on est employée?

via active de femme et mère

** CONCLUSION dédiée à ces jeunes socialistes et leur campagne crétine et stigmatisée **

S’il avait appris à l’école qu’une FEMME n’est pas faite comme un HOMME car ELLE, si Dame Nature le veut bien, peut faire des bébés, ce RECRUTEUR ne lui poserait pas systématiquement cette question CON et les femmes chef d’entreprises (qui sont mère de surcroît) seraient plus respectées par autrui.
Rendez-vous sur Hellocoton !

Le copiage ou l’entrepreneur sans panache qui se sert des idées des autres

J’ai malheureusement vécu ce qu’était le copiage, vous savez, comme celui à l’école où vous retrouvez contre votre gré assis à côté de la purge de service qui n’a rien appris mais se sert de vous comme un pion, l’Encyclopédie Universalis pour trouver la réponse à ses questions de fiches/ exercices et j’en passe.

S’inspirer d’une idée appartenant à autrui si on lui ajoute une certaine valeur ajoutée, un  professionnalisme manquant à cette idée qui ressemble à une idée bonne en soi, mais d’amateur, pourquoi pas, et j’irais même jusqu’au bien! Mais copier purement et simplement, là non, TROP C’EST TROP (pas Tropico non) Et je l’ai vécu à 2 reprises, mais fort heureusement avec de la médiocrité donc je n’ai eu au résultat final quelques cernes éphémères de plus , un coup de sang, puis ensuite un certain plaisir à les voir, ces 2 copieurs, patouiller dans leur copiage d’incompétents.

Je vendais des produits XYZ et ils cartonnaient. Qu’à cela ne tienne, grâce à PassWord (la pire personne à l’esprit pourri qui puisse exister sur Terre), l’un de mes concurrents directs s’est lancé dans la vente directe avec des produits très similaires et ceci avec mes propres documents et guides divers internes confidentiels servis sur un plateau d’argent par cette même PassWord. Mais comme il est de la famille des « neuneus », j’ai pesté pendant 1 semaine voir un peu plus, ce qui peut se comprendre, et quant à lui il s’est littéralement planté.

Je vendais toujours ces mêmes produits XYZ, et bien figurez-vous que j’ai eu une VDI qui a rejoint mon réseau pour en savoir plus sur mon mode de fonctionnement. Elle est restée si peu de temps que ça m’a même alertée car bizarre, et BINGO, que vois-je quelque temps après, elle aura copié mon concept (mal copié certes), et mélangé celui-ci avec des trucs bizarres qui n’ont rien à voir avec la choucroute genre quelque chose lié aux couches, peluches, sacs etc etc..: bref la « Foire à tout », mais il n’empêche qu’elle m’a sournoisement copié et en plus elle a fait partie (Bravo pour une soit-disant commerçante professionnelle du web…) de celles qui ont été les pires à s’acharner sur moi… A y repenser, c’est tout de même injuste tout ceci.

A ces 2 copieurs sournois sans panache, j’aimerais, maintenant que je suis hors jeu, que votre copiage vous conduise tout droit au burn-out et surtout au banqueroute et à mon tour de m’en délecter comme vous vous êtes délectés de mon décès de chef d’entreprise.

Ah si j’oubliais! J’ai également vécu le coup des concurrents directs ou indirects qui avaient observé mes partenariats, et qui systématiquement faisaient le même partenariat/ jeu concours, test produit etc etc… la même semaine voir la suivante, sur le même blog: d’où le fait que je dis que les blogs ne sont, pour beaucoup, pas intègres.

** J’ai aussi eu droit à des phrases poétiques du genre (attendez-celle-là elle est d’un délicieux sans pareil!) , car en fait j’en ai plein, ce Monsieur est un réel Poët Poët**

Le mouton  bleu

« Oh que c’est mignon! Non, C’est juste petit à la limite du ridicule. »

Quant au second copieur, qui est une copieuse, je tais son nom par intelligence mais DEVINETTE►

Mon premier porte le mot d’un Fruit de cette saison et Mr Chirac les adore, ou bien est le premier mot du refrain de Mr Sacha Distel dans sa chanson célèbre qui parle des Scoubidous.

Mon second peut se traduire par un nom avec cet émoticone: ♥ ou au pire le mot « Love »

Mon troisième est que cette copieuse a un second site e-commerce mais celui-ci « tenu » par un très proche familial, qui quant à lui a préféré opter pour un nom de fruit à coques mais avec une originalité orthographique certaine..

Vous avez trouvé? BRAVO! Vous séchez, ne vous inquiétez pas ça va venir, je suis là pour vous y aider et surtout pour décaper ceux qui m’ont plus que désossée. Je sais, je suis cynique et caustique dans cet article, mais lorsque vous lisez mon « A propos », vous ne pouvez que comprendre le ton de ce que vous venez de lire. Ne me jugez pas si vous trouvez cet article trop acerbe car je l’ai écrit, mon blog, donc ce blog, est autant pour témoigner de mon vécu d’entrepreneur que pour enfin expliquer tout ce par quoi l’on m’aura injustement fait passer…

** Allez, je suis bien brave, je vous aide en images **

pommescacahuètes

Rendez-vous sur Hellocoton !

L’ambition c’est tabou, on en viendra tous à bout!

En France, contrairement aux Etats-Unis par exemple, lorsque vous ne cachez pas que vous avez une certaine ambition, pire encore lorsque vous réussissez professionnellement, c’est étrangement mal perçu. En France, lorsque vous êtes un chef d’entreprise, de surcroît une femme chef d’entreprise ou tout simplement ambitieux et le summum du pire pour la mentalité française de base, une femme ambitieuse, c’est MAL! Au lieu de vous voir félicitée pour votre ambition, votre réussite, on vous déteste: je parle en connaissance de cause.

A l’inverse, aux USA, on vous dira: « GOOD JOB! GREAT! » (Bon travail! Génial!). Allez comprendre pourquoi cette différence de mentalité et de comportement….pffft, bonne colle…

Qu’y a-t-il de si mal à avoir de l’ambition? De surcroît, il y a plusieurs formes d’ambition. L’ambition pour soi, par égo, et l’ambition pour soi mais aussi pour autrui, c’est à dire le fait d’entraîner dans le chemin de sa propre ambition celles et ceux avec qui vous allez travailler. Je suis de celles et ceux qui ont cette forme d’ambition: l’ambition altruiste. Je n’ai pas d’égo, je m’en fiche même comme de l’an 40 de mon égo car je n’oublie pas d’où je viens, les valeurs qui m’ont été transmises au travers de mon éducation et revendique même haut et fort que: « OUI, je viens d’un milieu extrêmement SIMPLE, ce qui n’empêche en rien que OUI, je suis une femme avec de l’ambition » (tout au moins je l’étais car pour le moment je suis malheureusement et contre mon gré, en mode « PAUSE »).

Si le monde n’était pas composé d’une proportion d’êtres ambitieux, le monde ne serait qu’un vaste néant. Il n’y aurait ni politiciens, ni industries, ni holdings et autres gros groupes financiers, et à titre d’exemple, même pas de PC, de Mac, d’internet etc etc.. car sans Bill Gates et Paul Allen (Microsoft), Steve Jobs (Apple), Larry Page et Sergueï Brin (Google), il n’y aurait donc pas tout ce dont la plupart de nous tous ne pouvons plus nous passer au quotidien. Aussi, le monde a besoin d’ambition et d’ambitieux, je viens de vous le prouver au travers de ces quelques exemples clés.

ambition

Mon AMBITION « à moi »:

Voici comment je définirais ma propre ambition, mon point de vue sur elle et son approche, son cheminement, ses aboutissants. Tout d’abord, si j’avais à répondre à la question: « Qu’est ce que vous préférez chez vous? » (pas dans votre maison, mais bel et bien chez vous en tant que personne), voici ma réponse: MON CERVEAU.

Pourquoi mon cerveau? car il m’aura permis d’avoir une vision particulière de certains sujets, contextes, et il m’aura donc permis de développer non seulement une certaine créativité, une différence avérée car je suis atypique (ce n’est pas moi qui le dit mais tout ceux qui me côtoient depuis longtemps et connaissent réellement qui je suis et non juste ce que je montre de moi une fois sortie du contexte de mes proches, qu’ils soient des proches familiaux ou proches amicaux, proches collaborateurs professionnels), et enfin de l’ambition. 

J’aime créer, penser à, mettre en place, réfléchir sur, essayer d’anticiper sur, de prévoir que (avant les autres), développer ce que j’ai créé, le modifier car je me lasse très vite si je ne suis pas en phase d’exploration pour optimiser, affiner, perfectionner. J’aime partager ce que j’ai mis en place avec autrui pour leur transmettre ma/mes passions, mes envies, mes objectifs, mes idées qui me viennent parfois sans trop chercher, parfois en réfléchissant plus longtemps. J’aime mener, mais mener entourée toujours dans cette même optique de partage. J’aime gagner de l’argent, OUI, j’aime ça, et j’aime en faire gagner aux autres aussi! Par contre j’aime beaucoup moins l’idée qu’on me prenne cet argent gagné sous forme de taxes, impôts etc etc comme je l’ai déjà exposé, et je déteste farouchement qu’on m’ait descendue comme un gibier atteint de la rage tout cela parce que je suis une femme ambitieuse et j’étais une femme chef d’entreprise qui avait réussi. Bref, je m’égare et passons sur ce sujet car maintenant, je suis totalement prête à assumer 2 choses:

1/ Je suis atteinte d’une maladie qui a pour conséquence de mettre mon ambition de côté, en sommeil sur une durée indéterminée car je ne veux plus entendre parler d’entrepreneuriat pour ma part jusqu’à…… je ne se sais pas: peut-être pour toujours, pour une période de quelques années, l’avenir le dira.

2/ Abstraction faite de cette maladie, je suis et je resterai une personne d’ambition (par contre pas d’ambition par simple égo, non, pas celle-là) et à celles qui m’ont descendue pour cela: « JE VOUS EMMERDE! » Oui oui, je vous emmerde, vous avez bien lu. (Ne soyez pas choqués par certains mots vulgaires, il est scientifiquement prouvé que de dire des gros mots a un effet positif sur notre cerveau. A titre d’exemple, lors d’un test de résistance à la douleur, un sujet obligé de se taire résistera moins longtemps qu’un sujet à qui l’on aura autorisé de proférer des jurons.)

ambition de femme chef d entreprise

=> MORALITE: En France, l’ambition semble être diabolisée, surtout si cette ambition est une ambition féminine. Cette diabolisation est pour moi la simple traduction de la frustration des non-ambitieux par peur et non par choix. On peut choisir de ne pas avoir d’ambition et c’est très bien! Par contre, refouler les ambitieux tout simplement parce que l’on est soi-même trop creux, trop peureux, trop plat, trop fade, C’EST PAS BIEN! D’où le titre de cet article ► L’ambition c’est tabou, mais nous chefs d’entreprise, on en viendra tous à bout! Ambitieux de France, femmes ambitieuses, assumez votre ambition et dites merde à ceux que ça dérange 🙂

Rendez-vous sur Hellocoton !

♫ Je suis tombée par terre, c’est PAS la faute à Voltaire ♪ Hibou, genou, plus de sous! Article à coeur ouvert.

Cet article pourrait presque être une compilation de plusieurs chansons car là, en réalité, je commence à le rédiger et il est 5h00 du matin ► « Cinq heures du mat’ j’ai des frissons. Je claque des dents et je monte le son. Seul sur le lit. Dans mes draps bleus (non les miens ne sont pas bleus par contre) froissés. C’est l’insomnie. Sommeil cassé » (je suis en mode HIBOU depuis 3h du matin et la nuit, quand tout le monde dort mais que vous NON vous ne dormez pas, c’est long!)

De ce fait j’ai pensé à cette chanson qui pourrait bien illustrer, en son début, le manège enchanté dans lequel mon cerveau burn-outé (je sais ce terme n’existe pas) est embarqué contre son gré. Cette chanson, et bien c’est le titre de cet article! Je suis tombée par terre, mais c’est pas du tout la faute à Voltaire, c’est la faute à plein de monde en réalité: blogueuses à l’esprit vérolé, blaireaux de FacePlouc ou de Facebook pour son nom officiel, ex-VDI, DGCCRF, et un peu aussi d’accumulation d’un vécu personnel cahin-caha… et ce tout cumulé en images pourrait se comparer à: « à force d’en prendre plein la figure (au sens figuré du terme), on aboutit à ceci ↓, donc à la suite de ça, à ce qui suit »

rocky

Tout cela pour exprimer que vivre dans ma tête depuis que j’ai enfin accepté que PAF, « je suis tombée par terre » et VLAN, je n’ai pas le nez dans le ruisseau mais dans une big dépression sévère et bien le genou à terre, c’est un peu comme regarder le film: « Dans la peau de John Malkovich » ► En gros, au quotidien, mon cerveau est embarqué dans un Grand Huit (moi qui déteste les manèges) et ça tourbillonne de tous les côtés moult fois par jour et je me demande bien quand ce fichu forain décidera d’appuyer sur le bouton: « ♫♪ STOP, c’est fini les amis, tout le monde descend, wizzzzzzz ♫♪ »!

dans-la-peau-de-john-malkovich

► HIBOU, GENOU, PLUS DE SOUS => COMPIL MEGA MIX

Plutôt que des phrases, vu que cet article ne parle absolument pas de l’entrepreneuriat (comme quoi, ne pas dormir rend dingue et vous fait faire bien des choses improbables finalement, comme rédiger un article en pleine nuit), voici donc en images l’univers très spécial dans lequel mes neurones ainsi que mon enveloppe corporelle d’ex-chef d’entreprise en souffrance se trouvent ► MUSIQUE MAESTRO!

♫♪ C’est ma direction ! J’ai pété les plombs, sans abandonner ni baisser les bras. Plus d’nouvelles, batterie faible, malédiction. Dorénavant, je vais de l’avant, c’est ma direction. Ma direction.♫ = Sexion d’Assaut / Maître Gims

sexion dassaut

♫♪ Coucou Hibou, Coucou Hibou, Coucou Hibou, Coucou ♫ (Je veux dormir!)

coucou hibou

♫ J’ai plus une tune ♪

jai plus une tune

Sia- ► ♫ Dressed in Black ♪

Sia dressed in black

Mais bon, à ce qu’il paraît, à force de volonté et de patience….. et surtout si je peux enfin me réaliser de nouveau au travers d’un EMPLOI

 ♪♫ I will survive ♪ – Gloria Gaynor

Gloria-Gaynor-I-Will-Survive

Et à ce qu’il paraît aussi, même si pour l’instant je n’en suis plus là, mais je l’ai été cependant, pas avec un coeur en acier mais un trop gros coeur en revanche…

Manowar – ♪ Heart of Steel ♫

Manowar heart of steel

Ayant une attirance pour la langue anglophone, je ne suis pas très douée pour trouver des morceaux musicaux francophones, aussi pour Sia et Manowar, Tapez Youtube en mode lyrics français et vous comprendrez mieux les quelques lignes ci-dessus mentionnées.

** Avec mes plates excuses pour cet article hors sujet entrepreneuriat, mais traducteur de mon manège enchanté , qui à mon humble avis, cessera si je change enfin de vie grâce à UN EMPLOI…. ** / Merci de m’avoir lue, Soude Caustique

Chefs d’entreprise: Erreurs à éviter, Conseils #1

La suite au prochain article.

Rendez-vous sur Hellocoton !

La perception qu’autrui se fait d’un chef d’entreprise: en gros le patron est un con

Comme je cherche un travail, j’ai récemment décroché un entretien pour une embauche éventuelle et ceci m’a ouvert les yeux sur comment, nous, chefs d’entreprise, étions perçus par les recruteurs.

► Petite parenthèse: j’ai dû envoyer au moins une centaine de CV, oui oui, au moins 100, et soit je n’ai pas de réponse, soit j’ai eu une/des réponse(s) mais négative(s) (y compris pour des postes pourtant bien en dessous de mes compétences), et cet entretien aura pour le moment été le seul que j’aurai réussi à décrocher, entretien que je n’ai pas hésité à aller passer à 600km de chez moi car je suis dans l’urgence de trouver un emploi. Et après, je vois aux informations télévisées que Mr Rebsamen, Ministre du Travail parle de renforcer les contrôles chez les demandeurs d’emploi….humhum…je reste dubitative… Effectivement il y a des chômeurs professionnels, mais il y a aussi des demandeurs d’emploi comme moi qui s’usent chaque jour à en trouver un, souvent d’ailleurs sous-payé compte tenu du contexte économique, souvent précaire (trouver une offre en CDI relève du miracle).

Alors Mr Rebsamen, déjà, cela coule de source qu’il y ait sanction en cas de fraude à la déclaration de situation de demandeur d’emploi: ça chez moi, ça s’appelle pondre une phrase débile et ne pas avoir inventé la poudre. Au lieu de parler de contrôles renforcés chez les demandeurs d’emploi, pourquoi ne contrôleriez-vous pas ceux qui en ont un dans vos administrations étant donné que la seule chose qu’ils sachent correctement faire est de surveiller la pendule ou la machine à café? Pourquoi Mr Rebsamen ne cherchez-vous pas plutôt une solution pour endiguer la montée du chômage et la montée en puissance de la fermeture des entreprises, petites, moyennes ou grandes? En fait d’ailleurs, pourquoi vous ne vous tairiez-vous pas tout court afin d’éviter de sortir des conneries aussi monumentales que celle-ci, bien que je ne sois pas surprise puisqu’elles sont dans la continuité des toutes les conneries monumentales de ce Gouvernement Pingouin, qui, au lieu d’agir pour ce fameux changement, n’a pour le moment su que pondre une réforme scolaire qui dépasse toute logique!

Pour en revenir à l’objet de cet article, suite à mon entretien avec le recruteur en question mentionné ci-avant, voici ce que j’en ai déduit aux vues de l’orientation qu’a pris cet entretien, c’est à dire: mauvaise, et, bien que je sois au fond du trou, malheureusement, quand je trouve qu’on me sort des inepties infondées, je ne peux pas me taire, d’où un entretien « fight »* (*houleux, dirons-nous).

Comme le poste à pourvoir était non pas pour être « Responsable de… », « Chef de… » mais plutôt orienté « Faire partie de… », ce Monsieur a donc d’entrée commencé par mettre en doute mes capacités à m’intégrer dans une équipe. Ensuite, il a fait une description du profil des chefs d’entreprise comme étant des machines, sans coeur, sans sentiment, dépourvus de toute empathie, de toute capacité à s’impliquer dans un schéma économique et social et non seulement économique tout court, en gros, pour lui, nous, chefs d’entreprise, sommes associables, ne savons pas ce qu’est l’esprit d’équipe, nous sommes de VERITABLES CONS.

► Et c’est là que je ne suis pas du tout d’accord!

patron percu comme un enfoiré

Moi aussi avant d’être chef d’entreprise je suis passée par le salariat et effectivement, des patrons cons, j’en ai croisé, mais tous ne l’étaient pas! Je parle surtout de mon point de vue de patron d’une TPE comme je l’étais, pour les patrons de PME, les artisans, les commerçants. Croyez-vous que cela nous plaît de prendre, surtout lorsque l’on est seul aux commandes de sa société, certaines décisions dont nous connaissons les répercutions sur l’humain que nous gérons? NON!

Malheureusement, peu de personnes arrivent à intégrer dans leur cerveau borné que lorsque nous sommes chef d’entreprise, surtout si notre entreprise est de taille humaine, justement nous sommes HUMAINS. Nous devons faire notre Dr Jekill et Mister Hide. C’est à dire que nous devons prendre des décisions parfois très dures car ces décisions sont cruciales pour le devenir de notre société, mais en parallèle, nous souffrons réellement de devoir faire ces choix. Pour le lambda, étant donné que nous sommes une seule et unique personne, nous sommes donc des machines sans coeur selon les décisions difficiles que nous devons prendre pour notre société. Or, NON, nous avons un coeur, nous sommes altruistes, mais devons jongler en permanence avec nos objectifs incontournables à réaliser pour ne serait-ce que payer nos charges et diverses taxes toujours plus lourdes, et les relations humaines que nous entretenons avec nos personnels si nous gérons de l’humain, et ce jonglage est très difficile psychologiquement à supporter. 

D’ailleurs, je reviens juste en quelques mots sur ce qui a alimenté certains de mes précédents articles, si ces blogueuses hyènes parasites, facebookiens emplis de haine et de hargne, si PassWord, R2D2, ces adorables inspectrices de la DGCCRF, ainsi que beaucoup de mes VDI, avaient ne serait-ce que réfléchi une seconde au fait que OUI, je ne pouvais qu’être humaine puisque je ne suis pas faite de métal ni de circuits imprimés, sans doute aurais-je été épargnée de tout le tourment que l’on m’a fait endurer pendant 2 années et qui dure encore au travers de cette chère Inspectrice de la DGCCRF qui veut ma peau à titre personnel. Oui j’étais chef d’entreprise et mon entreprise se portait bien MAIS j’étais et je suis un être humain, avec des sentiments! J’ai l’impression de faire comme dans le film « Elephant Man » et de crier haut et fort: JE SUIS UN ÊTRE HUMAIN! 

Je-suis-un-être-humain.

Voyez que non comptant d’être en souffrance lorsque nous avons notre entreprise, nous continuons au final de l’être après lorsque nous cherchons un emploi car nous sommes catalogués, et c’est bien dommage de nous mettre cette étiquette de PATRON = CONNARD. Tout comme c’est dommage que lorsque l’on est femme chef d’entreprise, on ait soit l’étiquette de la « truffe de service » si nous sommes trop souples, ou l’étiquette « du diable incarné qu’il faut absolument descendre » si nous adoptons un management un peu plus strict….

Et comme tant qu’à faire, qui ne tente rien n’a rien, pour rappel: JE CHERCHE UN EMPLOI.

Ah j’oubliais! Comme j’ai eu le triste privilège d’y assister impuissante devant mon écran de télévision et que chaque année, le 11 Septembre, je ne peux m’empêcher de penser à ce terrible moment, voici pour toutes les victimes ainsi qu’à leur famille:

in_memory_of_the_innocent_victims_who_died_on_september_11_2001

 

Entreprises et financement: Banques et Crowdfunding* (*financement participatif)

La suite au prochain article.

Rendez-vous sur Hellocoton !