La théorie du « C’est pas facile » – inventée par le Pingouin – cadeau du week-end!

Je n’ai même pas voulu regarder la conférence de presse donnée le 18 Septembre dernier par le Pingouin, car entendre ce qu’il a à dire ne m’intéresse même pas, sauf si j’ai envie de partir à rire tant il est nul dans ses discours.

Mais, comme aux informations télévisées, comme vous tous, j’ai eu droit à quelques bribes de son discours tout transpirant dégoulinant, j’ai appris une nouvelle théorie que je ne connaissais  jusqu’à présent que dans le contexte de l’entrepreneuriat, celle du « C’EST PAS FACILE »!

  • Pauvre Président, c’est pas facile d’être un chef d’Etat qui, arrivé au milieu de son mandat, n’a plus que 13% de cote de popularité!
  • Pauvre Président, c’est pas facile de ne pas comprendre ce que vos propres Ministres vous expliquent!
  • Pauvre Président, c’est pas facile de savoir qu’en 2017, vous aurez manqué à votre slogan: « Le changement c’est maintenant » et de se retrouver de nouveau en 2017 devant « Une France forte »!
  • Pauvre Président, c’est pas facile de faire un discours en transpirant comme si vous étiez en plein marathon: signe qu’il fait chaud lors de vos apparitions devant la presse mais traduction également de votre stress à ne surtout pas sortir un méga boulette comme vous savez si bien les faire!
  • Pauvre Président, c’est pas facile de n’avoir aucune bonne nouvelle à annoncer aux Français, de ne rien proposer de positif pour changer cette austérité et ce marasme!
  • Pauvre Président, c’est pas facile que d’assumer que vous discréditiez la France avec son déficit public qui explose les compteurs et vous met plus ou moins à dos les acteurs principaux de l’UE alors que, paradoxe, vous êtes sensé en faire partie!
  • Pauvre Président, c’est pas facile de manger de bons petits plats concoctés par les meilleurs chefs français à l’Elysée tandis que le français doit de plus en plus se taper des raviolis en boîte tant le pouvoir d’achat est en berne!
  • Pauvre Président, c’est pas facile que de passer pour un réel gouja au travers d’un livre écrit par son ex-compagne, mais, comme dit le proverbe de Nietzsche: « Dans la vengeance et en amour, la femme est plus barbare que l’homme. »
  • Pauvre Président, c’est pas facile de prendre une fenêtre pour une porte au Vatican ou encore de ne plus savoir où se trouve son avion privé en pleine Afrique du Sud, et que ce soit la « France forte » qui vous l’indique!
  • Pauvre Président, c’est pas facile que de tenter de prendre position alors que vous-même vous ne savez pas sur quel pied danser et avez en permanence (pardon pour l’expression): « le cul entre 2 chaises », mais attention, des bonnes chaises Made in France issue de l’artisanat de Tulle!
  • Pauvre Président, c’est pas facile d’être surnommé Flanby ou Le Pingouin!

hollande-président du cest pas facile

Mais Pauvre Président, savez-vous que:

  • C’est pas facile de créer son entreprise en France tant le système administratif est compliqué!
  • C’est pas facile d’être chef d’entreprise en France tant vous nous accablez de charges et taxes diverses!
  • C’est pas facile d’être chef d’entreprise en France et de se « taper » quasi quotidiennement la mauvaise humeur, la lenteur d’exécution, l’incompétence, et bien d’autres notions encore de vos employés administratifs!
  • C’est pas facile d’être chef d’entreprise depuis le début de votre mandat et de devoir redoubler d’efforts chaque jour pour maintenir notre CA tant vous avez fait s’effondrer le pouvoir d’achat des Français!
  • C’est pas facile d’être chef d’entreprise et d’être amené à perdre celle-ci de quelque manière que ce soit et de constater que vous n’avez rien prévu pour nous, une fois devenus des ex-chefs d’entreprise!
  • C’est pas facile d’endurer la souffrance d’un chef d’entreprise, un burn-out, voir pire encore de traverser une dépression majeure suite à la perte de son entreprise!
  • C’est pas facile d’être à la recherche d’un emploi puisque vous avez tellement tué le système que le taux de chômage n’a jamais été aussi haut!
  • C’est pas facile d’être ex-chef d’entreprise et d’avoir dû subir le harcèlement de l’une de vos administrations et de continuer de la subir encore et encore!
  • C’est pas facile d’être chef d’entreprise concerné par votre loi appliquée depuis juin dernier soit d’allonger le délai de rétractation à 14 jours et ainsi de ne pas savoir au final quel sera notre CA réel à la fin de mois!
  • C’est pas facile d’avoir honte d’être Française tant vous nous ridiculisez auprès des autres Pays membres de l’UE et du reste du monde politique puissant.
  • C’est pas facile d’accepter que vous préférez loger des Roms sans papiers plutôt que de vous pencher sur la précarité de logement des citoyens français, notamment les personnes âgées qui sont de plus en plus touchées par la pauvreté!
  • C’est pas facile de devoir en tant que mère, préparer certains repas à ses enfants sans viande tant vous avez creusé un gouffre entre les différentes classes sociales puisque les personnes vivant bien hier, sont les pauvres d’aujourd’hui!

POUR RESUMER, c’est pas facile de vous supporter! Ce qui m’amène à me dire que, bien que je n’y crois pas réellement, je vais finir par aller brûler un cierge pour que de vous même vous décidiez de nous quitter (ne vous pendez surtout pas hein, ce serait dommage! Les suicides sont la propriété exclusive des chefs/ ex-chefs d’entreprise voyons!). Mais c’est pas facile d’imaginer que NON, vous allez nous infliger votre Présidence jusqu’en 2017, mon Dieu que c’est long!

francois hollande ce clown

Enfin, il y a tout de même quelque chose qui est FACILE: Constater que Paris ne vous donne pas bonne mine, Tulle vous conviendrait bien mieux!

Enfin, si vous voulez passer de bons moments de rire, je vous conseille ce blog, dont juste le titre parle tout seul: « Je suis stupide, j’ai voté Hollande« . L’article du 18 Septembre est réellement réussi!

Rendez-vous sur Hellocoton !

 

Publicités

RSI et Pôle Emploi: ces nids à perles, entre racket et idiotie

Parlons de deux organismes avec lesquels j’ai un joli lot de vécu d’entrepreneur et surtout une tonne d’anecdotes plus aberrantes les une que les autres: le RSI et Pôle Emploi.

Le RSI, ce cauchemar pour tout entrepreneur affilié au régime TNS* (Travailleurs Non Salariés)

Comme je l’évoquais dans un précédent article avec mon anecdote de multiple carte vitale lorsque je suis passée d’EI à société, je confirme une fois encore avec ce nouvel article que non RSI  ne veut pas dire Régime Social des Indépendants mais bien Ramassis de Sangsues Incompétentes, ou Racket Systématique des Indépendants (au choix).

Outre le fait que le RSI nous suce nous, chefs d’entreprise, jusqu’à la moelle et même plus encore, le RSI nous saigne littéralement à blanc, le RSI c’est ça:

1/ Des appels à cotisation la plupart du temps erronés pour lesquels c’est à vous de justifier que NON, vous ne devez pas la somme demandée.

2/ Des personnels administratifs qui ne sont plus joignables à 11h56 car comme ils finissent à 12h00 tocantes, ils mettent déjà le répondeur en route au minimum à 11h50 histoire d’être bien certains de ne SURTOUT PAS FAIRE ne serait-ce qu’une minute de travail supplémentaire (si l’on peut employer le mot travail le fait de surveiller la pendule à tout bout de champ, et de faire une pause café, puis une pausé thé, puis une pause de pause etc etc…)

3/ Des personnels administratifs à la limite de l’aimable au téléphone si toutefois vous avez un coup de chance inouï que d’arriver à les avoir au téléphone d’ailleurs!

4/ Des personnels administratifs ignorants car lorsque vous entendez une employée du RSI vous demander suite à votre question: » Mais c’est quoi VDI? De quoi me parlez-vous? » ou encore « Ah oui mais non Monsieur X (mon collaborateur comptable), votre cliente doit payer l’intégralité de l’appel ANNUEL de cotisations même si elle a liquidé sa société avant la fin de l’année civile car l’appel étant généré en début d’année, il faut qu’elle paie en fonction du document émis ».

=> Dans le cas de la première énorme (pardon pour ce qui va suivre, ne m’en veuillez pas de ce langage châtié) question monumentalement CONNE de « c’est quoi VDI? » vous vous demandez sérieusement si elle est réellement aussi intelligente qu’une moule ou si en fait elle est de bonne humeur et veut juste vous faire une blague, car travailler au RSI et ne pas connaître le terme VDI c’est comme être boulanger et ne pas connaître la levure.

=> Dans le cas de la réponse donnée à mon collaborateur comptable, là encore pardonnez ce langage châtié: Mais où cette pauvre dame a-t-elle lu une connerie aussi grosse et surtout que fait-elle à travailler au RSI, car moi qui cherche désespérément un emploi, lorsque j’entends ce genre d’idiotie, je me dis…. qu’on marche sur la tête!

RSI POLE EMPLOI O pointé

Ce qui m’amène d’ailleurs donc vu que l’on donne dans la pure perle de culture, à évoquer une seconde perle d’inculture de culture: Pôle Emploi.

PÔLE EMPLOI cet organisme qui ne sert à rien ►

Quand je parlais plus haut de TNS, pour un non averti il est bien entendu tout à fait normal que TNS ne vous dise strictement rien. Mais lorsqu’on travaille à Pôle Emploi, et qu’on vous dit: « heu, je ne comprends pas, TNS, c’est quoi? » Là encore, ne pas connaître ce que signifie TNS en étant employée de Pôle Emploi revient à ne pas connaître la levure pour le boulanger ou le filtre à huile pour le mécanicien….

Pire encore: Je cherchais à organiser des job dating avec diverses antennes Pôle Emploi afin de recruter des VDI pour mon réseau. D’une part ce fut le parcours du combattant pour arriver à enfin, après moult « je vous passe mon collègue », « je vous passe une autre collègue », « je vous passe le service qui s’en occupe car ce n’est pas moi », tomber sur THE personne en charge de ces job dating sociétés de vente directe/ demandeurs d’emploi, mais le pire est dans ce qui va suivre ci-après.

Pour situer le contexte, un accord a été signé entre l’Etat français représenté par le Ministre en charge de l’emploi (donc indirectement tout organisme relevant de ce Ministère) et le Président de la FVD (Fédération de la Vente Directe) en Septembre 2010 concernant la reconnaissance du statut de VDI en tant que statut de travailleur au même titre qu’un statut employé, cadre, etc etc… Ce n’est qu’en Février 2012 que cet accord a réellement été appliqué sur le terrain (punaise, 2 ans pour faire remonter l’info et la mettre en place, ils ont fait 4 fois le tour de la planète en vélo ce fameux accord à la main pour le mettre en oeuvre ou bien?!)

Lorsque j’ai donc (et ce n’était pourtant pas en 2012) demandé à pouvoir disposer de salles dans certaines annexes de Pôle Emploi pour mes job dating ainsi qu‘une diffusion sur plusieurs départements cibles de mes offres de poste de VDI à pourvoir pour le compte de ma société, voici ce que j’ai entendu: « Ah mais non Madame, là on ne peut pas prendre votre annonce d’offre d’emplois car une offre pour être vendeur à domicile ce n’est pas un emploi! » => (moi de penser) Et Louis XIV, c’était peut-être le Père Noël aussi! OU « Ah mais non Madame, on ne peut pas vous réserver une salle pour du job dating car nous n’allons tout de même envoyer une convocation à certains de nos demandeurs d’emploi pour juste être VDI, ce qui n’est même pas un travail en plus! » => Là je ne m’étale pas sur ce à quoi j’ai pensé mais je vous informe vous,chers lecteurs, que cette dernière perle vient de Pôle Emploi de NÎMES! 

pole emploi de nimes

Pire du pire du méga pire de chez Popol Emploi ► J’ai perdu beaucoup de VDI à cause de Pôle Emploi. En effet, Pôle Emploi ne sachant pas comment calculer l’ARE des VDI qui en bénéficiaient, tout en percevant aussi des commissions de VDI, étant donné que les 2 statuts sont CUMULABLES, Popol a préféré jouer au jeu du « Ch’sais pas et comme CH’SAIS pas, donc je gèle l’ARE du demandeur ». De ce fait, et donc en raison de l’incompétence de notre cher Popol, certaines de mes VDI ont dû cesser leur activité pour le compte de ma société car Pôle Emploi leur avait gelé leur ARE partant du principe que comme ils ne savaient pas dans quelle case les mettre et surtout comment calculer leur ARE du mois en fonction des commissions perçues, ils bloquaient tout les concernant, les mettant parfois dans une difficulté financière sans pareil…

Entre RSI et Pôle Emploi, de mon point de vue de chef d’entreprise (enfin, ex-chef malheureusement), ces deux organismes sont donc de véritables plaies ambulantes mais bien que plaies ambulantes, ce n’est pas pour autant qu’on les soumet à des contrôles de compétences tandis que nous, chefs d’entreprise, l’Etat ne se gêne absolument pas pour nous soumettre à tous types de contrôles. Cherchez l’erreur….

pole emploi pas d'emploi et chomage

Comment un chef d’entreprise est-il perçu par un non chef d’entreprise?

La suite au prochain article.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Chefs d’entreprise: taxes, taxes, et encore des taxes

En tant que chef d’entreprise ou ex-chef d’entreprise, vous connaissez fort bien, même trop bien ce dont je veux parler avec le mot TAXES.

Lorsque l’on se lance dans l’entrepreneuriat, même si nous savons à l’avance que nous allons avoir des charges diverses et variées ainsi que des taxes à payer, nous sommes loin d’imaginer que nous n’allons au final ne faire que ça: PAYER DES TAXES! Nous en payons d’ailleurs tellement que nous croulons sous les taxes que notre cher Etat français adore nous imposer.

Tout commence avec la création de votre entreprise pour laquelle vous devez payer le CFE (Centre de Formalité des Entreprises), le GTC (Greffe du Tribunal de Commerce) et arrive très vite, mais alors trèèèèèèèèèèèèèèèèèès vite, votre premier appel à cotisations RSI. Ce premier appel est d’ailleurs comme le double effet Kiss Cool, car souvent basé sur un forfait, donc par définition d’un montant exorbitant alors que vous n’avez même pas encore pu rentrer le moindre € de chiffre d’affaires. A votre comptable de leur écrire (et hop une 1ère lettre recommandée une!) pour leur signifier que par A + B vous ne devez pas cette somme basée sur le sens du vent, mais bien sur la rémunération gérant fixée d’après les annexes à vos statuts.

Le plus drôle, c’est que vous devez aussi payer une annonce qui ne sert à rien mais qui coûte relativement cher, pour faire savoir que ça y est, vous avez créé votre entreprise. Annonce dont le prix varie selon sa parution dans l’un des magazines faisant partie d’une liste imposée.

TAXES

Le décor des taxes est donc posé dès le début de votre parcours d’entrepreneur… Pour résumer la suite de ce décor qui va bien entendu s’étoffer, voici l’ambiance dans laquelle vous allez jongler entre ces diverses taxes et charges:

Le pire avec ces fameuses taxes est lorsque vous arrêtez votre société: car si j’additionne tout ce que j’ai payé en tampons divers (Près de 400€ un coup de tampon au SIE tout de même! A ce prix là il est en or leur tampon j’espère!) et frais d’enregistrement d’Assemblée Générale pour signaler ma dissolution, cessation d’activité,dépôt des comptes annuels et de liquidation, parution d’une première annonce de cessation puis une seconde pour la liquidation, sans oublier bien entendu l’IS sur l’exercice comptable clôturé (dont je tairai le montant par pudeur) et bien même sans cet IS, j’ai payé la modique somme de 1000€ rien qu’en tampons et frais d’enregistrements! Et comme dans la pub de cet opérateur téléphonique, ce n’est pas fini! Une fois votre société liquidée, vous recevez un dernier appel RSI appelé « appel de régularisation » et cette régularisation vous met définitivement K.O.

► Logique me direz-vous de payer autant lorsque l’on liquide sa société car généralement si on la liquide c’est que ça va mal donc que les comptes vont mal et que votre trésorerie ressemble au désert de Gobi, mais non, vous payez quand même!

Si vous ajoutez l’IS, puis une prise éventuelle de dividendes qui, si est inférieure à 10% du montant de votre capital social vous donnez 15% de ces dividendes pris au RSI, mais si ces dividendes sont supérieurs à 10% du montant de votre capital, non seulement vous payez 15% de RSI dessus mais en plus de ces 15% donnés gracieusement au RSI alors que vous les avez déjà grassement entretenus avec vos appels à cotisations trimestriels, vous payez également 40% de plus au RSI sur toute prise de dividendes supérieurs au montant de votre capital social!  BRAVO L’ETAT FRANCAIS, vous avez trouvé le moyen de nous plumer comme des poulets avec une très grande finesse d’esprit! Pour le coup, ça mérite une médaille je pense, la médaille du MEILLEUR MAC DE TOUS LES TEMPS!

L'Etat et ses taxes, les frères qui rapent tout

Mais il faut selon cet Etat français encourager l’entrepreneuriat car c’est tellement louable pour eux et valorisant que d’afficher de jolies statistiques prouvant sur le papier qu’il y a eu x% d’augmentation de créations d’entreprise telle année. D’ailleurs cela dit en passant, l’année 2013 a explosé les records de fermetures de sociétés depuis la crise de 2008: Merci l’Etat, merci son dirigeant sans envergure que même Mme Merkel ne daigne bien souvent pas regarder tant il semble lui paraître transparent.

Sauf que ces X% cachent la souffrance vécue par une chef d’entreprise surtaxé, mais là on ne fait pas de statistiques sur ce sujet: c’est TABOU!

Voici une liste non exhaustive des taxes basiques que nous, chefs d’entreprise, hormis celles de constitution et dissolution devons régulièrement payer:

RSI + URSSAF + CFE (ex Taxe professionnelle mais qui ne sert à rien, tout au moins pour nous chefs d’entreprise)+ IS + TVA + selon votre activité Taxe Transports + frais d’enregistrement de toute modification de votre structure (modification de vos statuts, de votre capital social etc etc…) et bien entendu étant donné que nous sommes des citoyens, nous payons aussi des Impôts sur le Revenu. ► Et après on s’étonne que nous, chefs d’entreprise perdons le sommeil, devenons des chevaliers du Lexomil, faisons volontiers le soir venu, ami ami avec un petit verre de Jack Daniel’s, avons des cernes sous les yeux de la taille de la valise d’un touriste japonais en visite de 3 semaines à Paris, et qu’au bout d’un moment, n’en pouvant plus, finissons par non seulement ne plus partir en vacances car il faut payer le RSI, mais de toute façon on ne peut plus partir car nous sommes épuisés moralement et physiquement, au bord si ce n’est en plein dedans, du BURN-OUT.

A contrario, vous qui conduisez les yeux hagards votre petite voiture citadine, vous croisez régulièrement de splendides voitures allemandes flambantes, avec à leur volant des jeunes hommes tout juste âgés d’une vingtaine d’années, qui vivent dans des logements sociaux, le tout aux frais de la princesse, mais visiblement, eux, ils ont le sourire puisqu’ils roulent fenêtre ouverte, musique à fond, tout en sachant bien qu’ils n’ont pas de N° Siret EUX car on ne délivre pas de N° Siret pour une activité de type BIC: vente de sucre en poudre compacté en boulette! Finalement, qui a raison, vous dans votre voiture poubelle ou eux avec leurs gros moteurs et leur sucre en poudre ou/et savonnette?

Et là, dans ce genre de moments, je suis certaine que vous, chefs d’entreprise du présent ou du passé vous vous êtes tous au moins une fois dit: « Mais qu’est ce que j’ai fait de me mettre dans mon activité actuelle et à mon compte, j’aurais mieux fait de me lancer dans la vente d’herbes aromatiques aux feuilles si particulières, au moins je saurais pourquoi je ne dors que d’un oeil! »

cannabis

Vécu d’entrepreneur et entreprise: vérités, analyse, incohérences.

La suite au prochain article: « Le non-sens du Made in »

Rendez-vous sur Hellocoton !

2014 ou l’hécatombe des entrepreneurs, article à coeur ouvert

Maintenant que je me suis enfin débarrassée par écrit sur ce blog de mes fléaux incarnés: PassWord, La Blogosphère ce Dallas impitoyable, et la DGCCRF et ses Inspectrices inhumaines serial-killers tristement cautionnées par l’Etat, j’ai besoin de faire un article PAUSE pour évacuer la tristesse qui me remplit car je continue de voir à quel point c’est l’hécatombe au sein de mes contacts professionnels.

Que je parle avec des chefs de grosses sociétés, des chefs de TPE, de PME, avec des artisans, avec certains de mes anciens partenaires et prestataires, j’entends toujours la même triste phrase: « ça va mal, même très mal, on n’a jamais connu ça. » Même les associations fonctionnant grâce aux financements divers des Conseils Régionaux, Départementaux etc etc …pleurent que le gâteau se rétrécit d’année en année et que les budgets alloués sont de plus en plus serrés.

Il est un Pingouin qui avait dit en 2012: « Le changement c’est maintenant! » Pour sûr oui, il y en a eu depuis 2012 du changement, mais pas dans le bon sens…

La France plonge, les entreprises souffrent, ferment, les chefs d’entreprise que je continue de côtoyer sont de plus en plus dépités, désabusés, usés, et tout ceci m’attriste et me révolte à la fois. Que faut-il donc faire pour que ce plongeon vers une  France version crise grecque cesse, s’endigue? Faut-il continuer à faire gonfler le nombre de signatures de la pétition pour la démission de Mr Qui ne Sert à Rien, nombre déjà supérieur à 30.000 signatures, pour enfin sortir, ne serait-ce qu’un peu, la tête de l’eau?

Hollande-Demission-

Faut-il fermer nos frontières pour que les logements sociaux financés en grande partie par les Conseils Régionaux, les Communes donc nous, contribuables, puissent être attribués aux français plutôt qu’à des Roms? Faut-il faire des coupes claires dans cette Europe des 28 qui compte malheureusement trop de pays qui tirent l’Europe des 12 vers le bas? Je n’ai pas la réponse. Mais je m’inquiète. Je m’insurge contre ce « nouveau monde du changement » qui n’est qu’une vaste fumisterie et qui nous tire tous: foyers, chefs d’entreprise, salariés, libéraux, vers un gouffre sans pareil.

Lorsque j’entends certains grands, très grands et très capables chefs d’entreprise me dire qu’ils ne savent pas comment ils vont faire pour sauvegarder leur propre emploi et celui de leurs salariés, comment moi, moi qui ne suis qu’une ex-chef d’entreprise de taille TPE pourrais-je trouver LA solution à ce marasme sans précédent?

Tout ce que je sais, c’est qu’il faut très vite réagir et trouver de la compétence incarnée ►

nicolas_sarkozy

Je passe du coq à l’âne, mais comme je viens d’évoquer plus haut dans cet article mes anciens partenaires et prestataires, même s’ils le savent car je leur ai dit avant que je ne cesse mon activité, je voudrais dire publiquement qu’en 5 ans, j’en ai croisé des pourritures, OUI VOUS AVEZ BIEN LU: DES VRAIES POURRITURES HUMAINES, enfin plutôt inhumaines, mais j’ai malgré tout, eu le privilège de faire de très belles rencontres avec une fidélité de partenariat sans faille pendant ces 5 années.

Qui figure parmi mes « MERCI à vous et vous me manquez, mes anciens partenaires et prestataires »?

-> Mon collaborateur comptable qui est juste une perle rare pour sa compétence, sa disponibilité, son empathie, sa gentillesse, son amour pour le travail bien fait.

-> Mes webmasters pour leur compétence aussi, leur disponibilité également, pour les moments de rire que nous avons partagé, pour leurs conseils prodigués alors que je n’étais qu’une novice du web 2.0.

-> Mon transitaire, enfin mes transitaires car j’ai eu plusieurs interlocuteurs et tous autant qu’ils sont, ont toujours été à la hauteur de la complexité du travail qui leur est confié.

-> Mon tout premier banquier qui m’a dit « OUI » lorsque j’ai créé ma société et m’a accordé mon si petit prêt de 6.000€.

-> Certains de mes pairs de la vente directe qui n’auront jamais été avares de leurs conseils, soutient, suivi, encouragements.

-> 2 femmes de coeur qui étaient au sein de mon réseau de VDI et qui ont su voir en moi la personne que je suis et non une machine chef d’entreprise.

Comme ceci me contrarie, j’en oublie très certainement, aussi mes profondes excuses à ceux que je ne cite pas..

merci

A contrario, qui figure parmi mes « Vaya con Dios, vous ne méritez pas que je daigne regarder en arrière vous concernant »?

-> En toute logique mes fléaux incarnés: PassWord, R2D2, les blogs parasites de Facebook, la DGCCRF, tout organisme d’administration d’Etat qui m’aura sucé jusqu’à la moelle comme le RSI, le Trésor Public et j’en passe, et enfin, quasi toutes mes VDI qui auront toutes plus ou moins fait comme dans la chanson de Mr Dutronc: « Retourné leur veste » en me crachant dessus à la moindre occasion.

-> Mon dernier banquier, cette girouette sans courage, sans panache, qui se sera dégonflé tel un ballon de baudruche lorsque je lui ai dit de vive voix et entre 4 yeux ce que je pensais de lui. Peu glorieux pour un grand gaillard d’environ 1.85m et 90kg que de devenir une vraie petite souris face à une frêle femme chef d’entreprise d’1.65m les jours de grand vent et 45 kg.

J’avais besoin d’écrire ma tristesse, mon inquiétude concernant l’hécatombe que je vois se dérouler sous mes yeux, j’avais besoin de remercier publiquement ceux qui m’auront accompagnée jusqu’au bout dans mon aventure d’entrepreneur, et j’avais besoin aussi de dédier cette photo ci-dessous à ceux que je veux oublier à tout jamais:

fléaux d'entrepreneur

Si vous m’avez lue, ici, sur cet article et que vous avez adhéré à mes propos, MERCI à vous aussi.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Cauchemar d’entrepreneur et d’entreprise: la DGCCRF, ce fléau #1

Comme je l’ai déjà expliqué, grâce à ma wonder VDI PassWord, j’ai eu le privilège d’être convoquée par la DGCCRF étant donné que j’exerçais depuis chez moi et non un bureau ouvert au public.

Le jour de ma convocation, étant telle le petit Chaperon Rouge apeuré devant le Grand Méchant Loup, j’étais pour me seconder, bien que je savais que ceci allait me coûter fort cher, accompagnée par l’un des collaborateurs de mon avocat attitré. D’entrée, j’ai vu au regard des 2 Inspectrices qui allaient me recevoir que le fait d’être accompagnée d’un avocat n’était absolument pas de leur goût. Normal me direz-vous, elles ne pourraient pas me sortir moult articles du Code du Trucmuche ou Décret X ou Y sans que mon avocat ne leur fasse remarquer que leurs références étaient inappropriées et inadaptées dans mon cas présent. Ce qui fut d’ailleurs le cas.

Quand la DGCCRF vous questionne voici l’interrogatoire de type Gestapo que vous obtenez:

Avant de commencer le bal des questions et demandes diverses de pièces que l’on vous a fait apporter, en sus d’apporter tout un tas de produits, elles vous expliquent que votre présence en leurs locaux n’est que dans le cadre d’une étude nationale pour laquelle elles sont missionnées d’établir un rapport statistique: « Mais bien sûr ma petite dame, vous avez parfaitement raison, sauf que je sais que vous me prenez pour un jambon étant donné que c’est PassWord qui vous a orienté vers moi, et si PassWord n’a pas été la seule, certaines blogueuses menaçantes telles celle ayant comme photo vendeuse sur Facebook la tête de Grand-Mère avec ses lunettes dans mon article précédent, ou même encore R2D2, en ont certainement fait de même. Et c’est pour cela que je suis ici dans vos locaux et non pas votre étude bidon. »

DGCCRF

Florilège de questions ►

=> Madame la Gérante, êtes vous bien gérante de la société X? —> Heu, écoutez, non, je trouvais que le mot gérante était sympa et sonnait bien donc je suis juste le Père Noël qui trouvait le temps long entre ce Noël-ci et le prochain à venir, donc je suis venue vous rendre visite histoire de faire un brin de causette et voir si vous n’auriez pas un thé citron à me proposer avec les petits-fours qui vont avec. (Non mais ALLO QUOI! C’est quoi cette question idiote?! Nabila sort du corps de cette inspectrice et viiiiiiiiiiite!)

=> Madame la Gérante, veuillez me fournir vos factures d’achats ainsi que tout autre document relatif à vos fournisseurs ou fournisseur si vous n’en avez qu’un. —> Tenez Madame, les voici. (Et là l’inspectrice se dit: « merde alors, elle a ses factures, donc je ne peux pas la coincer sur des achats au noir non déclarés, flute, zut, crotte, caca boudin, il va falloir que je trouve autre chose pour l’allumer »)

=> Madame la Gérante, combien êtes-vous au sein de votre société? —> Je suis toute seule madame. Je fais tout toute seule: la mise à jour de mon site e-commerce c’est à dire remplir les nouvelles fiches produit, préparer et expédier les commandes, tenir ma comptabilité qui est ensuite traitée par mon cabinet comptable, animer ma page Facebook professionnelle, répondre au téléphone et aux mails, traiter avec mes fournisseurs et mes divers prestataires, gérer mon réseau de VDI, gérer leurs contrats et préparer le nécessaire comptable lié à mon réseau de VDI pour que mon cabinet comptable n’ait plus qu’à s’occuper de leur Bulletins de Précompte et la déclaration URSSAF puis en fin d’année la DADS. ► Et là, je lis dans ses yeux qu’elle ne me croit pas! Pour elle, il est impossible qu’une femme si frêle puisse, en plus d’avoir des enfants assez jeunes, parvenir en 24h à faire tout ce que je viens d’énumérer SEULE. POURTANT SI!

=> Madame, veuillez me fournir vos factures d’achats ainsi que tout autre document relatif à vos fournisseurs ou fournisseur si vous n’en avez qu’un. —-> Heu je crois vous les avoir déjà données (Alzheimer vous guette ma petite dame! Pas le surmenage, car vive les RTT au sein de votre administration!)

=> Madame, veuillez me donner tous les tests de laboratoire que vous avez en votre possession concernant vos produits —- > Tenez madame, voici tous les tests qui m’ont été fournis par mes fournisseurs et ils présentent tous une conformité.

=> Oui mais Madame, ce ne sont pas des tests réalisés par des laboratoire français, donc ils peuvent mettre ce qu’ils veulent comme résultat! —-> Madame, un test de laboratoire qu’il soit d’un laboratoire français, espagnol, italien, américain, ou même congolais, reste un LABORATOIRE AGREE donc aucun laboratoire ne s’amuse à établir de faux compte-rendus.

=> Où sont stockées vos marchandises? —> Comme je vous l’ai dit, je suis toute seule donc ils sont stockés chez moi.

=> Oui mais là ça ne colle pas du tout à l’image qui reflète de votre site et de votre société car si l’on regarde votre site, nous avons réellement l’impression d’être sur un gros site donc d’avoir à faire à une grosse société!!! – – -> Mon avocat de répondre à ma place: Madame, ôtez-moi d’un doute, est-ce punissable que ma cliente pour arriver à recruter des VDI, trouver des revendeurs, faire du chiffre d’affaires avec son site e-commerce que d’avoir un site qui donne une impression de très professionnel et de ne pas crier haut et fort qu’elle fait tout toute seule? Bien au contraire, je trouve qu’il faut beaucoup de volonté et de courage pour tout faire toute seule! Pensez-vous que si ma cliente avait dit d’entrée: Je suis toute seule à tout faire, mais faites moi confiance, achetez mes produits qui sont stockés chez moi et pour lesquels toute la famille navigue entre les cartons pour accéder au sèche-linge et aux vélos, pour les revendre, ou devenez VDI pour le compte de ma société bien que je sois toute seule à la fois le nez devant mon écran mais aussi dans vos cartons pour préparer vos commandes et vous réponds bien souvent depuis la file d’attente à La Poste, ma cliente aurait réussi à convaincre quelconque revendeur, VDI, et inspirer confiance à ses clients? Du moment que les prestations promises ont toujours été honorées en temps imparti, où est le problème que l’on se croît chez un « GROS » tandis que l’on a à faire à juste une jeune femme aux multiples casquettes? Est-ce une infraction que de ne pas dire, pour inspirer confiance, qu’elle est seule au milieu de ses cartons? Est-ce un mal que ne pas dire, par pudeur, je fais des journées de titans mais j’honore tous vos besoins, réponds à tous vos mails? NON, ma cliente est dans son droit. (Et là l’Inspectrice jette un regard de la mort à mon avocat en se disant, mais il ne va pas la fermer celui-là!)

Précision de ma part de vous à moi: Si j’avais opté pour « Bonjour, je suis toute seule, ma maison ressemble à un foutoir rempli de cartons, je navigue depuis mon pc, à mes cartons, prépare vos commandes en enjambant mon sèche-linge et les vélos de mes enfants, réponds sur plusieurs boîtes mails, et ai une vraie tête de zombie le soir venu mais achetez mes produits » Je doute n’avoir jamais décroché un seul point de vente ni recruté une seule VDI. Aussi je n’ai pas menti dans le sens où tout le travail était fait correctement et rapidement, j’ai juste choisi de ne pas passer pour le » nanard » de service afin de donner toutes ses chances à ma société de percer en misant sur l’effet boule de neige, l’aspect très pro et très carré de mon site, soit moi au final, car je suis de nature perfectionniste, professionnelle et très carrée. Le souci est que cette inspectrice n’a pas cru un seul mot de cette pure vérité car pour elle qui est fatiguée avec ses pauvres petites 35h par semaine et ses RTT à répétition, faire ce que je  faisais relevait du surhumain donc du mensonge. ………… Sans commentaire………………..

=> Où sont stockées vos marchandises? —> Heu là il faut arrêter la picole ou la Marie-Jeanne de bon matin ma petite dame!

Rastaman

=> En observant mes produits: Mais c’est débile ce truc, ça ne sert à rien! – – – -> Mon avocat de répondre à ma place: ça Madame, c’est une affirmation très subjective qui n’engage que votre propre opinion, or, nous ne sommes pas là pour que vous nous donniez votre avis sur l’utilité, la pertinence des produits de ma cliente, mais pour que vous fassiez votre travail. (Ouhhhhhhhhhhhhhhhhh, DANS TA FACE DE POULPE!)

=> Madame, les test de laboratoire fournis étant des tests réalisés par des laboratoires non localisés en France, il va falloir réaliser ce que l’on appelle un test de type selon la norme expérimentale XYZ. – – – > Mon avocat de répondre: Qui dit norme expérimentale dit qu’elle n’est pas NORME à proprement parler, mais seulement au stade d’expérimentation. Par conséquent, comment obliger un vendeur à faire tester ses produits selon une norme qui par définition n’existe pas encore? Expliquez-moi s’il vous plaît? ► Et là, l’Inspectrice en question fouille dans sa tonne de Décrets, Normes, bafouille, se sent mal à l’aise, re-bafouille, bref, passe pour une truffe. (Mon avocat, Ce champion!)

=> Madame, vos VDI ont-elles un contrat et si oui montrez les moi – – – > « Non madame, je leur sers la main, on se tape dans le dos en se disant « wesh, ça roule, on bosse ensemble hein grosse, et quand tu feras du chiffre je te filerai un peu de tunes ok? » Bon, j’admets, c’est ce que j’aurais aimé répondre mais non, en bonne citoyenne entrepreneur j’ai transmis les contrats demandés.

=> Madame, nous allons conserver tous les articles que je vous ai demandé de m’apporter, vous me donnez votre accord j’espère! – – -> On dirait qu’à l’évidence je n’ai pas le choix, mais qui va me payer pour tous ces articles conservés, car à la base je les ai payés MOI. Donc en gros, vous êtes en train de faire vos courses gratuitement et moi je n’ai qu’à me taire et m’asseoir sur la valeur des produits que vous conservez. ► Et OUI, nous, entrepreneurs, nous sommes de très généreux donateurs à la DGCCRF car tout est offert!

Pour couper court à cet entretien Gestapo qui aura duré très longtemps, ceci a abouti à:

1/ Une grosse note d’honoraires de la part de mon cabinet d’avocat

2/ Moult lettres recommandées régulières de la part de la DGCCRF

3/ Une nouvelle convocation avec encore tout un tas de produits à leur offrir amener

4/ Encore des lettres et toujours des lettres avec encore et toujours des tonnes de questions dont des questions déjà posées (Ah cet Alzheimer!…)

5/ Me rendre folle et me pourrir la vie à tel point que je n’arrivais plus à me concentrer sur mon travail ne sachant pas à quelle sauce elles avaient décidé de me manger

6/ Être usée par leur récurrence de sollicitation, usée par mes longues heures de travail, usée par les fléaux Facebookiens et Blogueuses hyènes, aussi, j’ai un jour dit stop, en pleurant à chaudes larmes devant mon pc, car c’en était trop. C’était soit j’arrêtais, soit je me tuais.

7/ Même après avoir liquidé amiablement ma société, sachez que l’une des Inspectrices continue de m’écrire et dans la logique de son écrit, elle souhaite transmettre mon dossier au Procureur de la République pour m’amender en tant que personne physique sur la personne morale de gérante que je ne suis pourtant plus. En gros, elle veut me faire payer avec MON ARGENT (que je n’ai pas), ce qu’elle n’a pas pu me faire payer an tant que société, s’imaginant qu’il y avait là une coquette somme à récupérer: elle va être déçue.. Mais je sais que d’ici peu, ou moins peu, je vais me retrouver au Tribunal sans même savoir comment je vais payer mon avocat pour ma défense car je n’ai rien fait  de mal, mais c’est ainsi.. Au pire, si je tombe sur un Juge peu compatissant, je demanderai à payer en Roubles, Cacahuètes, Lexomil!

Bref, Fuyez la DGCCRF comme la peste car une fois après vous, même une fois votre société MORTE, elle continuera à vous harceler tel Freddy sous votre lit.

Hauts pontes de l’Etat, vous qui assermentez ces Inspecteurs/Inspectrices bien que PARADOXE, ils/elles ne soient pas tenu(e)s au SECRET PROFESSIONNEL, vous devriez, tel vous avez monté la Police des Polices, monter un Organisme pour surveiller ces Ripoux de telles administrations, car leur excès de zèle, leur humanisme inexistant vaut un sacré remaniement et contrôle.

l'Etat cause de nombreux suicides d'entrepreneurs

ANNONCE EXTRÊMEMENT SERIEUSE: Si j’en arrive à me donner la mort à cause de cette Inspectrice, mes proches qui vivent ma souffrance au quotidien n’en resteront pas là, croyez-le bien, et même si je ne serai plus là pour le voir, j’adorerais voir ce gros titre aux infos comme quoi à cause de Mme Bidibulle Inspectrice, une ex-chef d’entreprise s’est suicidée, une victime de plus de l’Etat, une victime de plus que l’ETAT CAUTIONNE. L’Etat, ce Serial Killer jamais jugé!

Et même si je suis athée, je le jure devant Dieu: si je suis condamnée à payer à titre personnel pour des « délits » que je n’ai pas commis, je cesserai d’être mais ferai savoir avant pourquoi j’aurai franchi le pas afin que cette Inspectrice finisse ses jours avec une énorme croix à porter, celle de ma mort, et celle d’avoir, je l’espère, perdu son travail si dégoûtant.

 

Vie d’entrepreneur: analyses des dysfonctionnements, anecdotes vraies diverses et variées #1

La suite au prochain article.

Rendez-vous sur Hellocoton !

 

 

Etre femme chef d’entreprise: vécu, analyse

Je me suis longtemps demandé pourquoi j’ai dû vivre un tel cauchemar en tant que chef d’entreprise et j’ai fait une analyse, après moult nuits blanches, moult tortures d’esprits car l’on peut dans le cas présent réellement parler de torture d’esprit, de souffrance morale avérée, celle que beaucoup de chefs d’entreprise connaissent mais n’avouent pas car en tant que « dirigeant », nous estimons qu’il est de notre devoir de ne pas flancher et surtout ne jamais montrer le désarrois dans lequel nous sommes souvent plongés.

De cette analyse durant laquelle je me suis posée beaucoup de questions, de pourquoi, durant laquelle je me suis même profondément remise en question afin de tenter de savoir à quoi tout cet acharnement pour lequel je n’avais aucune autre histoire comparative à ma connaissance pouvait-il être dû, je pense avoir trouvé la réponse.

Il y avait au final deux réponses possibles à cet acharnement contre moi de la part de certaines VDI, des Inspectrices de la DGCCRF, des blogueuses sur Facebook:

REPONSE 1/: Mon caractère bien trempé dans le cadre du travail car oui je suis certes une femme de caractère depuis mon plus jeune âge, mais pourtant une femme  à la sensibilité à fleur de peau, presque une femme enfant une fois le rideau du travail baissé, donc une femme forte professionnellement mais fragile personnellement, avec un gros coeur qui m’a déjà porté préjudice et qui j’imagine, continuera de le faire dans le futur. Cette facette de mon caractère, celle de la femme sensible, fragile, pleine d’émotions, personne hormis mon entourage proche ne la connait car je ne la montre pas par pudeur. Ceci étant, je me souviens que lors d’une réunion avec certaines VDI de mon réseau, l’une d’elles avait dit de moi, et bien entendu en ma présence, que j’étais: « Une main de fer dans un gant de velours avec un gros coeur ». Elle avait vu juste.

REPONSE 2/: Le fait d’être une FEMME tout simplement.

Après mure réflexion, j’ai compris qu’être femme chef d’entreprise, une femme qui dirige seule sa propre barque et qui réussit à la piloter, la porter vers son développement, sa réussite tout simplement, une femme qui dirige d’autres femmes et ce, en nombre, une femme qui ne cache pas que tout se passe bien pour son entreprise sur les réseaux sociaux car si tout se passait bien, c’était un dû, le fruit de mes longues heures de travail acharnées, aussi je n’avais pas volé le peu que j’avais et la relative réussite que j’avais atteint, aboutit comme résultat à DERANGER. ► C’est donc le 2/ la réponse à mes nombreux POURQUOI.

Oui, je dérangeais car je réussissais, je dérangeais car j’arrivais à mener de front (pourtant à quel prix et quels sacrifices!) ma société et ma vie de mère. En France, la mentalité pourrie fait quel’on ne loue pas votre réussite, bien au contraire, on la déteste tandis que l’on se délecte de vos échecs. Triste petite mentalité et petitesse d’esprit. Mais j’oubliais, aux dernières Présidentielles plus de la moitié des français ont voté PS et son Illustrissime candidat: reflet de l’illustrissime petitesse d’esprit d’une grande partie de la population ici, bien que, (comme quoi le vent tourne), ce pauvre Illustrissime qui sait tout mais ne sait rien, ait aujourd’hui une cote de popularité plus bas que Vingt Mille Lieux sous les Mers. Vous l’aurez compris, je n’ai pas voté PS, et ceci ne me pose aucun souci que d’afficher publiquement que je suis une pro-Sarkozy.

femme chef d'entreprise

Je pense tristement que lorsque l’on est une FEMME chef d’entreprise, quel que soit le comportement que l’on adopte, nous avons malheureusement systématiquement une étiquette collée dans le dos d’office et selon ce comportement, cette étiquette nous conduit droit vers les ennuis, les obstacles, les soucis, voir pire encore.

2 POSSIBILITES au travers de mon cas et de mon vécu ►

1/ Vous êtes trop gentille, trop pour le « laisser faire », trop empathique => On vous prend pour la »truffe de service » et non seulement vous n’obtenez rien de vos VDI qui partent dans tous les sens, donc autant ne pas avoir de réseau puisque celui-ci va à moyen terme vous entraîner vers le bas, vers le chute de votre CA donc celle de votre entreprise. Vous êtes trop gentille, aimable, amicale presque avec les blogueuses, elles profitent de vous bien qu’elles prétendent toutes le contraire, et vous vous retrouvez à donner, donner, offrir, donner et offrir encore ce qui aboutit aussi à moyen terme à « bouffer la grenouille » en expression familière.

2/ Vous durcissez votre management afin d’avoir un réseau professionnel et non pas composé de « poules qui caquettent en se noyant dans un vert d’eau », tout en pourtant restant au plus disponible et à l’écoute, vous devenez la Sorcière de Salem. Vous tenez tête aux blogueuses qui parfois, et même souvent, franchissent les limites de la correction, de la familiarité, du sans-gêne, et surtout se servent de leur blog non pas comme d’un outil d’expression, de lecture pour les internautes, mais comme d’une ARME, vous devenez la femme à abattre.

Dans les 2 cas en ce qui me concerne, comme j’ai essayé le 1/ et le 2/, vous êtes coincée et ne pouvez qu’aller droit dans les ennuis, plongée seule au milieu d’un gigantesque panier de crabes.

Si de surcroît vous devez faire la désagréable connaissance d’Inspectrices de la DGCCRF donc encore une fois une relation de femme à femme(s), vous êtes cuite.

A contrario, même s’il est plus dur de faire sa place en tant que femme chef d’entreprise pour être reconnue par ses pairs masculins, une fois cette reconnaissance acquise, les HOMMES au moins, se réjouissent de votre parcours, de votre évolution, vous prodiguent même volontiers des conseils.

► Moralité: Femmes chefs d’entreprise, tant qu’à vous arracher les cheveux, optez pour un comportement de management plus strict si vous gérez de l’humain féminin, sinon vous serez mangée toute crue si vous êtes trop gentille et trop accessible (L’être humain confondant systématiquement gentillesse et faiblesse malheureusement). N’hésitez pas à vous entourer d’hommes, au moins vous éviterez les querelles de basse-cour, les jalousies, les coups bas. A pire, vous risquez juste que l’on tente d’en vouloir à votre petite culotte, mais comme dit le proverbe: « L’Homme propose, la Femme dispose », donc en cela, vous ne risquez pas grand chose si vous savez dire oui ou non selon ce que VOUS voulez.

Je vous ai donc déjà courtement présenté deux de mes fléaux incarnés à l’origine du début de mon cauchemar d’entrepreneur dans mes 2 articles précédents, fléaux que j’ai baptisés respectivement PassWord pour cette VDI machiavélique, et R2D2 pour cette Facebookienne mythomane. Il est temps de vous présenter courtement sous forme d’exemples 2 autres fléaux incarnés: Les blogueuses hyènes qui se sont acharnées sur moi (quoiqu’il y a eu aussi des blogueurs hommes: pauvre d’eux, devenir si petits en se croyant si puissants), et les Inspectrices de la DGCCRF qui en ont fait de même et tel des poux de rentrée scolaire, continuent de me pourrir la vie encore au jour d’aujourd’hui.

blogosphère

Mon cauchemar d’entrepreneur: la Blogosphère, ce Dallas #1

La suite au prochain article.

Rendez-vous sur Hellocoton !