De chef d’entreprise à employée: JOIE!

Dans mon article précédent je vous faisais part de mes 3 décisions: celle de ne revenir sur ce blog que lorsque j’aurai trouvé un emploi, celle d’y faire l’article de la fin pour enfin me débarrasser de tous les non-dits qui auront fait de ma vie un enfer de chef d’entreprise puis d’ex-chef d’entreprise en grande souffrance morale et physique, et enfin, celle de ne plus conseiller qui que ce soit concernant l’entrepreneuriat étant donné que tout le monde s’en tape bien que j’aie pu vivre un enfer.

Me revoilà donc car décision n°1: CHECK! J’ai trouvé un emploi! Forcément je ne dirai ni lequel, ni où, ni quoi ni qu’est-ce car je veux avant tout dorénavant tourner la page et encore plus me préserver qu’avant. La seule ironie du sort que je puisse tout de même vous partager à ce sujet, est que nous étions beaucoup à avoir postulé pour ce poste et que si j’ai été prise plutôt qu’une autre personne est……… certes le fait de correspondre en terme de compétences mais d’avoir été moi aussi chef d’entreprise. Ahhhhhhhhh que ça fait du bien de se dire qu’en plus de trouver du travail, je l’ai décroché car j’ai eu le courage de moi-même diriger une société (ça change de la plupart des recruteurs qui ne voulaient pas de moi en raison de cette expérience professionnelle sur mon CV car de suite relayée au rang des potentielles employées ingérables puisqu’ayant moi-même géré).

Je vais donc passer du statut de femme chef d’entreprise, puis ex-chef d’entreprise en souffrance et pauvre laissée pour compte qui envoyait au moins 5 à 6 CV par jour depuis des mois, à celui d’employée. Et comme je n’ai pas d’égo, je m’en contrefiche comme de l’an 40 de ne plus être « à la tête de » mais « derrière le ». L’essentiel est que je puisse enfin sortir la tête de l’eau financièrement, retrouver l’envie de sourire, de rire, et de me reconstruire au travers d’un emploi car je l’ai souvent dit: « Le travail est salvateur de beaucoup de maux ».

Maintenant j’espère de tout coeur que ma période d’essai sera concluante et qu’ainsi je serai définitivement l’employée qui donne entière satisfaction à sa Direction. Et loin de moi l’envie d’être une sournoise Calife à la place du Calife, tout ce que je veux est garder ce job le plus longtemps possible et mettre mes compétences et connaissances entièrement au profit de mon employeur et de son équipe, soit mes nouveaux collègues de travail.

joie

Ce qui m’amène donc à ma décision N°2: l’article de la fin…. Ahah, bonne colle, que contiendra-t-il cet article? Les pseudos des blogueuses hyènes et facebookiens moulesques qui m’auront pourri la vie? Le nom de mon inspectrice de la DGCCRF histoire qu’un gentil clown aille l’attendre à la sortie du bureau une hache en plastique à la main pour lui faire « chier de peur dans son froc »? (oui oui je sais c’est extrêmement vulgaire, mais comment employer des termes polis envers une personne aussi pourrie?), le vrai pseudo de PassWord sur Facebook (quoique bof, pas super passionnant étant donné que cette dame est la championne des faux profils mais bon, on y voit quand même bien sa tête lorsqu’on fouille un peu), ou son nom, idem pour R2D2? Peut-être que mon article contiendra aussi sa dose de soude décapante à propos de certains tabous comme celui de ne pas prendre suffisamment en compte la souffrance des chefs d’entreprise, la souffrance des VRAIS demandeurs d’emploi etc etc… Ouch, quoiqu’il en soit, je vais prendre TOUT MON TEMPS lorsque je serai en week-end pour réfléchir à cet article pour qu’il soit un vrai feu d’artifice de soude caustique.

Concernant ma décision N°3 soit celle de ne plus conseiller ni chef ni futur chef d’entreprise, il n’y a rien à ajouter, que chacun se débrouille, car au final, tout ce que j’aurai appris en tant que chef d’entreprise, je l’aurai appris seule ou avec très très peu d’aide et de soutien. Les seuls soutiens que je ne veux jamais oublier:

1/ Celui de mon collaborateur comptable qui, comprenant que je voulais comprendre ce qu’il faisait avec ma comptabilité, m’expliquait avec patience les rouages comptables pour que j’y sois plus familière car il est certains termes et certaines opérations comptables plus que complexes à intégrer.

2/ Celui de mes webmasters qui m’auront indiqué comment maîtriser le SEO (référencement).

3/ Celui de mes interlocuteurs chargés de mes transactions d’import- export qui m’auront tous autant qu’ils sont, aidé à améliorer mes connaissances en cette matière.

En attendant THE article de la fin, merci à vous qui m’aurez lue jusqu’à présent. Et merde à celles (et éventuellement ceux) que j’ai vu lire UN article plus que les autres en une seule journée (hé oui, j’ai gardé les mêmes habitudes à consulter les statistiques comme au bon vieux temps) suite à ma photo postée de dos dans mon article précédent: l’article parlant de la blogosphère ce Dallas impitoyable. Si vous m’avez reconnue, vous-autres à qui je dis merde, je m’en fiche: I’M HAPPY CUZ I HAVE A JOB!* (*Je suis heureuse car j’ai un travail!) et surtout, serrez les fesses, car je me marre par avance de ce que j’écrirai dans… on verra quand 😀

victoire 1

Rendez-vous sur Hellocoton !