Chefs d’entreprise: taxes, taxes, et encore des taxes

En tant que chef d’entreprise ou ex-chef d’entreprise, vous connaissez fort bien, même trop bien ce dont je veux parler avec le mot TAXES.

Lorsque l’on se lance dans l’entrepreneuriat, même si nous savons à l’avance que nous allons avoir des charges diverses et variées ainsi que des taxes à payer, nous sommes loin d’imaginer que nous n’allons au final ne faire que ça: PAYER DES TAXES! Nous en payons d’ailleurs tellement que nous croulons sous les taxes que notre cher Etat français adore nous imposer.

Tout commence avec la création de votre entreprise pour laquelle vous devez payer le CFE (Centre de Formalité des Entreprises), le GTC (Greffe du Tribunal de Commerce) et arrive très vite, mais alors trèèèèèèèèèèèèèèèèèès vite, votre premier appel à cotisations RSI. Ce premier appel est d’ailleurs comme le double effet Kiss Cool, car souvent basé sur un forfait, donc par définition d’un montant exorbitant alors que vous n’avez même pas encore pu rentrer le moindre € de chiffre d’affaires. A votre comptable de leur écrire (et hop une 1ère lettre recommandée une!) pour leur signifier que par A + B vous ne devez pas cette somme basée sur le sens du vent, mais bien sur la rémunération gérant fixée d’après les annexes à vos statuts.

Le plus drôle, c’est que vous devez aussi payer une annonce qui ne sert à rien mais qui coûte relativement cher, pour faire savoir que ça y est, vous avez créé votre entreprise. Annonce dont le prix varie selon sa parution dans l’un des magazines faisant partie d’une liste imposée.

TAXES

Le décor des taxes est donc posé dès le début de votre parcours d’entrepreneur… Pour résumer la suite de ce décor qui va bien entendu s’étoffer, voici l’ambiance dans laquelle vous allez jongler entre ces diverses taxes et charges:

Le pire avec ces fameuses taxes est lorsque vous arrêtez votre société: car si j’additionne tout ce que j’ai payé en tampons divers (Près de 400€ un coup de tampon au SIE tout de même! A ce prix là il est en or leur tampon j’espère!) et frais d’enregistrement d’Assemblée Générale pour signaler ma dissolution, cessation d’activité,dépôt des comptes annuels et de liquidation, parution d’une première annonce de cessation puis une seconde pour la liquidation, sans oublier bien entendu l’IS sur l’exercice comptable clôturé (dont je tairai le montant par pudeur) et bien même sans cet IS, j’ai payé la modique somme de 1000€ rien qu’en tampons et frais d’enregistrements! Et comme dans la pub de cet opérateur téléphonique, ce n’est pas fini! Une fois votre société liquidée, vous recevez un dernier appel RSI appelé « appel de régularisation » et cette régularisation vous met définitivement K.O.

► Logique me direz-vous de payer autant lorsque l’on liquide sa société car généralement si on la liquide c’est que ça va mal donc que les comptes vont mal et que votre trésorerie ressemble au désert de Gobi, mais non, vous payez quand même!

Si vous ajoutez l’IS, puis une prise éventuelle de dividendes qui, si est inférieure à 10% du montant de votre capital social vous donnez 15% de ces dividendes pris au RSI, mais si ces dividendes sont supérieurs à 10% du montant de votre capital, non seulement vous payez 15% de RSI dessus mais en plus de ces 15% donnés gracieusement au RSI alors que vous les avez déjà grassement entretenus avec vos appels à cotisations trimestriels, vous payez également 40% de plus au RSI sur toute prise de dividendes supérieurs au montant de votre capital social!  BRAVO L’ETAT FRANCAIS, vous avez trouvé le moyen de nous plumer comme des poulets avec une très grande finesse d’esprit! Pour le coup, ça mérite une médaille je pense, la médaille du MEILLEUR MAC DE TOUS LES TEMPS!

L'Etat et ses taxes, les frères qui rapent tout

Mais il faut selon cet Etat français encourager l’entrepreneuriat car c’est tellement louable pour eux et valorisant que d’afficher de jolies statistiques prouvant sur le papier qu’il y a eu x% d’augmentation de créations d’entreprise telle année. D’ailleurs cela dit en passant, l’année 2013 a explosé les records de fermetures de sociétés depuis la crise de 2008: Merci l’Etat, merci son dirigeant sans envergure que même Mme Merkel ne daigne bien souvent pas regarder tant il semble lui paraître transparent.

Sauf que ces X% cachent la souffrance vécue par une chef d’entreprise surtaxé, mais là on ne fait pas de statistiques sur ce sujet: c’est TABOU!

Voici une liste non exhaustive des taxes basiques que nous, chefs d’entreprise, hormis celles de constitution et dissolution devons régulièrement payer:

RSI + URSSAF + CFE (ex Taxe professionnelle mais qui ne sert à rien, tout au moins pour nous chefs d’entreprise)+ IS + TVA + selon votre activité Taxe Transports + frais d’enregistrement de toute modification de votre structure (modification de vos statuts, de votre capital social etc etc…) et bien entendu étant donné que nous sommes des citoyens, nous payons aussi des Impôts sur le Revenu. ► Et après on s’étonne que nous, chefs d’entreprise perdons le sommeil, devenons des chevaliers du Lexomil, faisons volontiers le soir venu, ami ami avec un petit verre de Jack Daniel’s, avons des cernes sous les yeux de la taille de la valise d’un touriste japonais en visite de 3 semaines à Paris, et qu’au bout d’un moment, n’en pouvant plus, finissons par non seulement ne plus partir en vacances car il faut payer le RSI, mais de toute façon on ne peut plus partir car nous sommes épuisés moralement et physiquement, au bord si ce n’est en plein dedans, du BURN-OUT.

A contrario, vous qui conduisez les yeux hagards votre petite voiture citadine, vous croisez régulièrement de splendides voitures allemandes flambantes, avec à leur volant des jeunes hommes tout juste âgés d’une vingtaine d’années, qui vivent dans des logements sociaux, le tout aux frais de la princesse, mais visiblement, eux, ils ont le sourire puisqu’ils roulent fenêtre ouverte, musique à fond, tout en sachant bien qu’ils n’ont pas de N° Siret EUX car on ne délivre pas de N° Siret pour une activité de type BIC: vente de sucre en poudre compacté en boulette! Finalement, qui a raison, vous dans votre voiture poubelle ou eux avec leurs gros moteurs et leur sucre en poudre ou/et savonnette?

Et là, dans ce genre de moments, je suis certaine que vous, chefs d’entreprise du présent ou du passé vous vous êtes tous au moins une fois dit: « Mais qu’est ce que j’ai fait de me mettre dans mon activité actuelle et à mon compte, j’aurais mieux fait de me lancer dans la vente d’herbes aromatiques aux feuilles si particulières, au moins je saurais pourquoi je ne dors que d’un oeil! »

cannabis

Vécu d’entrepreneur et entreprise: vérités, analyse, incohérences.

La suite au prochain article: « Le non-sens du Made in »

Rendez-vous sur Hellocoton !