2014 ou l’hécatombe des entrepreneurs, article à coeur ouvert

Maintenant que je me suis enfin débarrassée par écrit sur ce blog de mes fléaux incarnés: PassWord, La Blogosphère ce Dallas impitoyable, et la DGCCRF et ses Inspectrices inhumaines serial-killers tristement cautionnées par l’Etat, j’ai besoin de faire un article PAUSE pour évacuer la tristesse qui me remplit car je continue de voir à quel point c’est l’hécatombe au sein de mes contacts professionnels.

Que je parle avec des chefs de grosses sociétés, des chefs de TPE, de PME, avec des artisans, avec certains de mes anciens partenaires et prestataires, j’entends toujours la même triste phrase: « ça va mal, même très mal, on n’a jamais connu ça. » Même les associations fonctionnant grâce aux financements divers des Conseils Régionaux, Départementaux etc etc …pleurent que le gâteau se rétrécit d’année en année et que les budgets alloués sont de plus en plus serrés.

Il est un Pingouin qui avait dit en 2012: « Le changement c’est maintenant! » Pour sûr oui, il y en a eu depuis 2012 du changement, mais pas dans le bon sens…

La France plonge, les entreprises souffrent, ferment, les chefs d’entreprise que je continue de côtoyer sont de plus en plus dépités, désabusés, usés, et tout ceci m’attriste et me révolte à la fois. Que faut-il donc faire pour que ce plongeon vers une  France version crise grecque cesse, s’endigue? Faut-il continuer à faire gonfler le nombre de signatures de la pétition pour la démission de Mr Qui ne Sert à Rien, nombre déjà supérieur à 30.000 signatures, pour enfin sortir, ne serait-ce qu’un peu, la tête de l’eau?

Hollande-Demission-

Faut-il fermer nos frontières pour que les logements sociaux financés en grande partie par les Conseils Régionaux, les Communes donc nous, contribuables, puissent être attribués aux français plutôt qu’à des Roms? Faut-il faire des coupes claires dans cette Europe des 28 qui compte malheureusement trop de pays qui tirent l’Europe des 12 vers le bas? Je n’ai pas la réponse. Mais je m’inquiète. Je m’insurge contre ce « nouveau monde du changement » qui n’est qu’une vaste fumisterie et qui nous tire tous: foyers, chefs d’entreprise, salariés, libéraux, vers un gouffre sans pareil.

Lorsque j’entends certains grands, très grands et très capables chefs d’entreprise me dire qu’ils ne savent pas comment ils vont faire pour sauvegarder leur propre emploi et celui de leurs salariés, comment moi, moi qui ne suis qu’une ex-chef d’entreprise de taille TPE pourrais-je trouver LA solution à ce marasme sans précédent?

Tout ce que je sais, c’est qu’il faut très vite réagir et trouver de la compétence incarnée ►

nicolas_sarkozy

Je passe du coq à l’âne, mais comme je viens d’évoquer plus haut dans cet article mes anciens partenaires et prestataires, même s’ils le savent car je leur ai dit avant que je ne cesse mon activité, je voudrais dire publiquement qu’en 5 ans, j’en ai croisé des pourritures, OUI VOUS AVEZ BIEN LU: DES VRAIES POURRITURES HUMAINES, enfin plutôt inhumaines, mais j’ai malgré tout, eu le privilège de faire de très belles rencontres avec une fidélité de partenariat sans faille pendant ces 5 années.

Qui figure parmi mes « MERCI à vous et vous me manquez, mes anciens partenaires et prestataires »?

-> Mon collaborateur comptable qui est juste une perle rare pour sa compétence, sa disponibilité, son empathie, sa gentillesse, son amour pour le travail bien fait.

-> Mes webmasters pour leur compétence aussi, leur disponibilité également, pour les moments de rire que nous avons partagé, pour leurs conseils prodigués alors que je n’étais qu’une novice du web 2.0.

-> Mon transitaire, enfin mes transitaires car j’ai eu plusieurs interlocuteurs et tous autant qu’ils sont, ont toujours été à la hauteur de la complexité du travail qui leur est confié.

-> Mon tout premier banquier qui m’a dit « OUI » lorsque j’ai créé ma société et m’a accordé mon si petit prêt de 6.000€.

-> Certains de mes pairs de la vente directe qui n’auront jamais été avares de leurs conseils, soutient, suivi, encouragements.

-> 2 femmes de coeur qui étaient au sein de mon réseau de VDI et qui ont su voir en moi la personne que je suis et non une machine chef d’entreprise.

Comme ceci me contrarie, j’en oublie très certainement, aussi mes profondes excuses à ceux que je ne cite pas..

merci

A contrario, qui figure parmi mes « Vaya con Dios, vous ne méritez pas que je daigne regarder en arrière vous concernant »?

-> En toute logique mes fléaux incarnés: PassWord, R2D2, les blogs parasites de Facebook, la DGCCRF, tout organisme d’administration d’Etat qui m’aura sucé jusqu’à la moelle comme le RSI, le Trésor Public et j’en passe, et enfin, quasi toutes mes VDI qui auront toutes plus ou moins fait comme dans la chanson de Mr Dutronc: « Retourné leur veste » en me crachant dessus à la moindre occasion.

-> Mon dernier banquier, cette girouette sans courage, sans panache, qui se sera dégonflé tel un ballon de baudruche lorsque je lui ai dit de vive voix et entre 4 yeux ce que je pensais de lui. Peu glorieux pour un grand gaillard d’environ 1.85m et 90kg que de devenir une vraie petite souris face à une frêle femme chef d’entreprise d’1.65m les jours de grand vent et 45 kg.

J’avais besoin d’écrire ma tristesse, mon inquiétude concernant l’hécatombe que je vois se dérouler sous mes yeux, j’avais besoin de remercier publiquement ceux qui m’auront accompagnée jusqu’au bout dans mon aventure d’entrepreneur, et j’avais besoin aussi de dédier cette photo ci-dessous à ceux que je veux oublier à tout jamais:

fléaux d'entrepreneur

Si vous m’avez lue, ici, sur cet article et que vous avez adhéré à mes propos, MERCI à vous aussi.

Rendez-vous sur Hellocoton !