Cauchemar d’entreprise: vérité, analyse, fléaux #2 – les Facebookiens et leur haine

Dans mon article précédent je vous expliquais que mon cauchemar a commencé en raison d’un noyau de mon réseau de VDI, et aussi en raison de Facebookiens remplis de rage et de haine.

Après vous avoir dans les grandes lignes fait une brève introduction de mon fléau de VDI incarnée par l’une d’elles en particulier, soit comme je l’ai baptisée pour vous, pour plus de facilité à suivre la suite de mes péripéties: PassWord, il est temps d’aborder l’acharnement soudain qui s’est abattu sur moi tel un Tsunami sur Facebook.

En même temps que je devais faire face à cette sorte de mutinerie organisée et menée par un noyau de VDI au sein de mon réseau de vente directe, et surtout résoudre rapidement cette mutinerie, toujours par le biais de l’une de mes VDI (quel poème me direz-vous dites donc les VDI), c’est donc sur Facebook que le pugilat a commencé. Une personne très proche de cette autre VDI (celle-ci de VDI, ne vaut même pas la peine que je me creuse la tête à lui donner un nom car tellement peu intéressante), ayant d’ailleurs la réputation d’être une « faiseuse d’histoire », a commencé à venir m’importuner en postant des commentaires et même des publications salasses sur ma page d’entreprise donc lisibles de tous.

Voyant que je ne réagissais pas afin de ne surtout pas lui accorder quelconque intérêt étant donné le genre de personnage (petite vie, petite dans sa tête, pas petite en hauteur mais bien moins petite en largeur, concouriste invétérée mais se prétend licenciée en Droit /oui à y réfléchir il existe une licence qui récompense ceux qui arrivent enfin à reconnaître le côté DROIT du GAUCHE: Congratulations/ , etc etc..: trop large pour faire le tour du propriétaire), de publications salasses, les publications et commentaires ont abouti à des menaces et le tout, suivi chaque jour par ses « copinautes » histoire de se donner du courage à plusieurs. Par pudeur, bien que j’aie encore tout dans mes vieux dossier, je ne vous montrerai pas de quoi je parle mais croyez bien qu’à la lecture de ce type de phrases, vous êtes comme soudainement pris d’un mélange de gastro-entérite aigüe et d’envie de prendre votre véhicule pour lui faire avaler son clavier, son pc en entier, et surtout, aussi forte que cette dame soit en corpulence et moi aussi frêle (attention je ne juge aucunement la corpulence humaine, je ne parle dans le cas présent que de cette personne), lui faire le coup du trottoir à la « American History X » (Si vous n’avez aucune idée du coup du trottoir en question, Youtube et Google images sont vos amis).

Pour apporter une touche de mon humour sarcastique et cynique à cet article, j’ai décidé d’appeler cette Facebookienne: R2D2 (Pourquoi R2D2? car elle s’exprime dans un langage qui, malgré le fait que je sois de langue française, ce R2D2-ci, « moi pas toujours comprendre » ses phrases tronquées et écorchées, témoins de sa grande culture générale).

la haine sur facebook

Cette R2D2 est une Facebook addict qui se fait systématiquement supporter et encourager par ses copinautes hyènes facebookiennes: des particuliers, mais bien entendu aussi des blogs (on y revient aussi rapidement, au final, aux blogs!), des singes savants ne sachant au final rien si ce n’est que de tenter de se faire passer pour ce qu’ils ne sont pas car si l’on se penche sur leur profil creux comme une huître, soit ils ne vivent que pour participer à des concours, soit ils sont hyper connectés junkies facebookés = en gros ils ne travaillent pas EUX. Pire encore s’ils travaillent, ce qui est le cas de certaines, je pense que leur employeur serait ravi de savoir que leurs salariées emploient leur temps de travail à polluer la vie d’entrepreneurs sur Facebook au lieu de s’acquitter des tâches pour lesquelles elles sont rémunérées.

R2D2 a donc commencé par du très désagréable par écrit, mais, constatant que, loin d’être née de la dernière pluie du web 2.0, oh tristesse pour elle, j’avais comme solution radicale pour mettre fin à ce parasitisme,  fini par devoir faire le nécessaire pour que, bien qu’elle s’acharne à poster avec divers faux profils, ma communauté ne voit pas ses horreurs, et là encore mal m’en a pris car cela n’aura fait que renforcer sa véhémence, allant jusqu’à avoir le culot extrême de m’appeler un soir à 19h alors que je venais tout juste de stopper ma journée, entourée de mes enfants, pour m’insulter et me menacer de milles choses diverses et variées, les plus farfelues mais néanmoins très perturbantes pour l’être humain que je suis.

Fatiguée de ceci, de ces menaces, de ne pouvoir travailler TRANQUILLEMENT, j’ai donc décidé d’aller porter plainte contre R2D2 et cette seconde VDI au nom aussi inutile que le fait d’enfiler ses chaussettes, avec à l’appui, tous les écrits de ces deux personnes ayant subi un peu trop longtemps les températures froides de leur région ou éventuellement pris la foudre.

Et là, NON-SENS de la JUSTICE FRANCAISE et preuve encore du CAUTIONNEMENT DE FACEBOOK aux dérives en public: cette plainte n’a même pas abouti. Enfin, si, elle a abouti à me faire passer des jours, des nuits entières à me ronger les sangs, mais ça, qui s’en souciait puisque visiblement j’étais la femme à abattre, plutôt la machine à abattre car pour agir de la sorte, ces personnes citées ci-avant n’ont même pas songé une seule seconde que j’étais juste un être humain, une maman, une femme comme tout le monde, à la seule différence près c’est que moi j’avais eu le courage de monter une entreprise, la volonté de la faire se développer. D’ailleurs, si j’étais un homme, en langage familier et je vous demande de bien vouloir excuser la phrase qui va suivre, je résumerais qu’à leur différence, MOI j’avais des coui**es, y compris pour me retrouver le nez en face du leur (mais pas elles si bien cachées derrière leur écran de poltronnes parasites).

la justice française est bancale - non sens

Je me suis d’ailleurs longtemps gratté la tête en me demandant bien POURQUOI cette HAINE, POURQUOI cette détermination à m’exterminer, POURQUOI tout court?

Après réflexion, mais une très longue réflexion, je pense avoir saisi le pourquoi, même si je n’en suis pas certaine à 100% ► Ceci m’a conduit vers l’ANALYSE de la perception d’une femme chef d’entreprise.

 

Cauchemar d’entrepreneur et d’entreprise #3: Analyse de la femme chef d’entreprise 

La suite au prochain article.

Rendez-vous sur Hellocoton !